☰ Menu eFinancialCareers

Combien vaut un vendeur de dérivés actions ?

Un panel de chasseurs de tête évalue le salaire moyen de ce type de poste à Londres : entre 135 et 185 000 € avec un bonus qui peut atteindre de 300 à 500 %.

Les récents débats autour de l’absence de régulation et du caractère obscur du marché des dérivés ainsi que la menace qu’il fait peser sur la stabilité des marchés financiers n’ont pas réussi à calmer l’activité de cette industrie complexe mais hautement profitable. En effet, selon des observateurs attentifs, une nouvelle tendance se dessine: fabriquer des instruments plus hybrides et complexes pour maximiser les espoirs de rendement.

Le marché des dérivés actions reste l’un des plus actifs parmi les marchés de gré à gré ou réglementés. Il continue de bénéficier de la croissance des produits structurés vendus aux particuliers , explique Richard Fraser chez RJF Global Search.

Patrick Burford, directeur de la vente de dérivés actions chez Napier Scott, confirme ce phénomène et rapporte que la recherche produits a connu un certain nombre de recrutements : il y a une demande croissante pour des spécialistes en produits structurés, en particulier sur les marchés français et allemands. La Scandinavie est également une zone que les banques cherchent à couvrir .

Connaissance du marché

Les vendeurs ayant une certaine connaissance des marchés suisse et du Benelux sont également recherchés. En effet, le gros des recrutements se concentre sur les profils ayant une grande connaissance du marché, un bon carnet d’adresses, et de bonnes aptitudes en calcul. Evidemment, il faut y ajouter la capacité à comprendre les besoins des clients.

Si 2004 était une bonne année, les volumes ont baissé par rapport à 2003. La demande a par conséquent migré vers des profils plus expérimentés, le surcroît d’innovation permettant de compenser la baisse de la volatilité.

Les embauches ont concerné les vendeurs aux institutionnels, les vendeurs aux particuliers et le domaine des dérivés actions corporate : en général, les embauches sont liées au potentiel à long terme , explique Richard Fraser.

Alors, quelle rémunération espérer en tant que vendeur qualifié ? Les chasseurs de tête estiment que les personnes ayant une expérience dans les produits complexes et hybrides ont vu leur salaire tirer vers le haut par des banques de renom telles que SG, Goldman Sachs, BNP Paribas, JP Morgan, Deutsche Bank ou Merrill Lynch disposées à mettre le prix pour embaucher le bon candidat.

Selon Patrick Burford, un senior ayant 6 ans d’expérience peut aspirer à une rémunération totale comprise entre 450 et 600 000 €. Richard Fraser parle de salaires compris entre 135 et 185 000 € mais avec un bonus pouvant atteindre jusqu’à 500 %.

La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus d’employeurs sont prêts à offrir de telles rémunérations. Parmi les banques qui cherchent à développer leurs équipes, on compte Barclays Capital, Nomura International ou RBS.

A court et moyen terme, il semble que la demande pour ce type de profils va être amenée à excéder l’offre disponible. Ce qui signifie que les seniors peuvent espérer pour quelques années encore toucher des rémunérations avec beaucoup de zéros.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici