☰ Menu eFinancialCareers

Les contrôleurs en dérivés de crédit à la fête

D’une façon générale, les comptables sont très demandés en banque d’investissement mais ce sont sans aucun doute les candidats ayant de l’expérience en dérivés de crédit qui profitent des meilleures opportunités.

Le marché des dérivés de crédit a connu une croissance explosive. Très récemment, l’International Swaps and Derivatives Association (ISDA) a publié une étude montrant que la valeur globale des dérivés de crédit a grimpé de 48 % au premier semestre 2005, atteignant ainsi 12,4 trillons de dollars. Cela représente plus du doublement de ce marché encore presque inexistant il y a encore quelques années en seulement un an.

Pour les non initiés, les dérivés de crédit sont des instruments financiers complexes qui permettent aux investisseurs d’acheter ou de vendre le risque de défaut d’un émetteur sur sa dette. Il en existe une multitude dont le plus connu est le Credit Default Swap (CDS). Les Collateral Debt Obligations (CDO) sont des produits synthétiques permettant à une banque de vendre une multitude de risques de crédit à des investisseurs en différentes tranches correspondant à un risque particulier.

Inutile de dire qu’il s’agit de produits et de marchés sophistiqués. Les intervenants, parmi lesquels les contrôleurs financiers, doivent donc en saisir les moindres nuances. Les recruteurs estiment que les banques ont beaucoup de mal à trouver des contrôleurs expérimentés sur ce marché: autant chercher une aiguille dans une botte de foin.

Denrée rare

Le directeur du réseau Robert Half Finance & Accounting de la City de Londres, Neil Owen, indique que l’on trouve rarement des personnes avec de l’expérience. C’est extrêmement rare de trouver un candidat ayant de l’expérience dans les dérivés de crédit qui cherche du travail. Les contrôleurs produits sont déjà difficiles à trouver, mais dans la mesure où les dérivés de crédit sont des produits relativement nouveaux, on assiste à une pénurie de spécialistes . Les recruteurs estiment que la croissance du marché est de nature à pousser des banques aussi reconnues que JP Morgan, Deutsche Bank ou Goldman Sachs à dynamiser les fonctions de contrôle sur ces produits, et considèrent que la poussée de fièvre sur les embauches est le fait d’acteurs de second rang tels que la division marché financier de Lloyd’s TSB, venus sur le tard. Il existe un nombre limité de personnes expérimentées , souligne Simeon Hall, directeur de la division finance au cabinet de recrutement PSD Group. C’est un peu comme pour les risques opérationnels il y a quelques années: les banques cherchaient des gens chevronnés mais la matière était tellement nouvelle qu’il n’y en avait quasiment pas .

Trouver des spécialistes sur des produits en vogue comme les dérivés de crédit est un véritable challenge , rapporte Simon Lowe, directeur des marchés de capitaux chez RBS.

Payer ou élargir sa recherche

Etant donné l’ampleur du défi, Simeon Hall estime que les banques doivent élargir le spectre de leur recherche et embaucher des candidats avec de l’expérience de contrôle dans les dérivés actions ou dérivés de taux d’intérêt. Peu souhaitent cependant procéder ainsi, ajoute-t-il.

Amy Butler, responsable des métiers comptables finance et risques chez Joslin Rowe, cabinet de recrutement, rapporte que la comptabilité qui sous-tend le calcul du compte de résultats des produits dérivés de crédit est complexe, et peut difficilement être transposable depuis d’autres produits. Pourtant, les banques acceptent parfois d’embaucher des jeunes diplômés afin de les former.
La pénurie de contrôleurs fait naturellement grimper les salaires. Pour Simeon Hall, les salaires de vice president avec 6 ans d’expérience tournent autour de 115 ou 130.000 euros, contre 100.000 pour des contrôleurs d’autres produits financiers. Les bonus varient entre 50 et 100 %.
Selon Neil Owen, les VP gagnent entre 115 et 145.000, avec un bonus de 25 %. Amy Butler évalue les bonus à 100 % avec un salaire de base plus modeste, compris entre 95 et 115.000, une rémunération globale qui s’accompagne de garanties. Les banques qui se lancent dans de tels recrutements doivent accepter ces conditions essentielles .

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici