☰ Menu eFinancialCareers

Les directeurs financiers, heureuses victimes de l’inflation salariale

Si la profession de directeur financier, fusible idéal pour les entreprises faisant face à une crise de liquidité et désireuses de regagner la confiance des marchés, a été particulièrement exposée ces dernières années, elle ne cesse de se renforcer. Avec à la clé, une belle progression des niveaux de salaires pour rémunérer cette fonction de plus en plus stratégique et à risque.

Cette inflation – 30 % environ en trois ans – répond d’ailleurs au surcroît de responsabilités du directeur financier, directement lié aux crises de financement précitées, lesquelles ont souvent pris racines dans les erreurs comptables, volontaires ou non. En effet, le directeur financier encourt aujourd’hui des risques pénaux prévus par le Sarbanes-Oxley Act aux Etats-Unis, ou la Loi de Sécurité Financière en France. C’est principalement la rémunération de ce risque qui aujourd’hui valorise la profession.


Perle rare

Avant même cette crise majeure et structurante pour la profession, les niveaux de salaires étaient élevés du fait du niveau de qualification requis. Comme l’explique un consultant senior dans un cabinet de recrutement international : même s’il existe beaucoup de candidats en instance de mobilité, la tension est forte sur les profils compte tenu des exigences des entreprises à recruter des profils que l’on peut qualifier d’exceptionnels au vu de la liste des critères retenus .

Le métier de directeur financier suppose en effet une multitude d’aptitudes et de savoir-faire techniques. Les critères incontournables sont la maîtrise de la comptabilité, de la fiscalité, du contrôle de gestion et de l’informatique sous tous ses aspects . Dans l’immense majorité des cas, le directeur financier possède parfaitement l’anglais, voire une autre langue européenne, le plus souvent acquises ou consolidées dans le cadre d’une expérience à l’international.

En équivalents francs, ceux que l’ont qualifient souvent de chefs d’orchestre des différentes fonctions dont ils assument la supervision, touchaient en 2000, des salaires variant de 80 à 120 k€ dans la tranche 30-40 ans à un salaire tournant autour de 150 k€ autour de la cinquantaine (données TMP Worldwide). Depuis trois ans, le directeur financier a ajouté deux cordes sensibles à son arc. La surcharge de responsabilité évoquée et une véritable expertise en communication financière. Selon une récente enquête publiée par Décideurs, un directeur financier de multinationale âgé de 30 à 40 ans touche entre 100 et 150 k€, salaire pouvant grimper à 300 k€ à l’âge mûr et auquel il faut ajouter une partie variable comprise entre 12 et 25 %. Dans les sociétés françaises internationalisées, il faut appliquer une décote d’environ 20 %, et parfois supprimer le bonus.


CAC 40, mode d’emploi

La place réelle occupée peut toutefois casser cette logique. En effet, un directeur financier d’une grosse société française plutôt hexagonale pourra toucher davantage que son homologue patron des finances de la filiale française d’une multinationale : certaines responsabilités peuvent en effet échapper à ce dernier, comme par exemple la trésorerie, susceptible d’être centralisée au niveau de la maison-mère .

Si vous rêvez de devenir directeur financier d’un groupe du CAC 40, il faut s’armer de patience, car, sauf démission forcée, le turn-over est faible. Il existe toutefois quelques clés pour intégrer ces directions financières, la première étant de travailler pour un grand cabinet de conseil – Fat 4 de préférence – qui vous affectera sur un beau nom comme Accor ou Vinci. C’est souvent le point d’entrée dans la maison. Ensuite, il faudra gravir les échelons un par un et faire montre de fidélité : deux directeurs financiers du CAC 40 sur trois ont été nommés en interne.

La moyenne d’âge de ce club très fermé est proche de 50 ans, avec une tendance au rajeunissement toutefois (Emmanuel Babeau, Pernod Ricard, a 38 ans), due à la nécessité croissante d’être pointue dans les opérations de haut de bilan et donc d’être davantage spécialiste de la finance de marché que de la finance d’entreprise. En terme de formation, HEC truste la première place des écoles de commerce avec 7 représentants, tandis que l’ENA s’affirme comme un complément idéal puisqu’il sont 11 à en être diplômés.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici