☰ Menu eFinancialCareers

Le grand mercato des traders a commencé : info ou intox ?

À propos de l’impact des nouvelles réglementations en matière de bonus qui menacerait les banques françaises de voir partir leurs meilleurs éléments, le PDG de la Société Générale vient d’indiquer qu’il n’était pas inquiet. Nous sommes capables de recruter et de retenir les talents dont nous avons besoin dans notre banque d’investissement , a ainsi rappelé Frédéric Oudéa au cours d’une conférence de presse à Londres (Bloomberg).

Pourtant, dans le même temps, d’autres semblent s’inquiéter de voir partir les traders les plus talentueux vers d’autres pays. En cas d’adoption d’une réglementation trop stricte sur les fonds propres des banques, le risque est de voir certaines activités les plus risquées s’externaliser, en dehors de tout contrôle , estime Ariane Obolensky, la directrice générale de la FBF (L’Agefi). Un phénomène que des observateurs relèvent concernant les activités de trading, dont certaines seraient en train de migrer vers la Suisse, Hong-Kong ou Singapour.

Sans oublier les Etats-Unis, comme en témoignent les départs de Nick Trantier, responsable européen de la vente d’actions pour l’Europe de BNP Paribas, ou bien Luc François, l’ex-patron des dérivés actions de la SocGen, pour ne citer qu’eux.

Des tranferts limités

Ces mouvements, d’une vingtaine de personnes, sont plutôt marginaux par rapport aux 8 000 opérateurs de marché que compte la place de Paris. Il n’y a rien d’exceptionnel dans ces changements, explique Éric Singer, associé du cabinet de recrutement spécialisé Singer & Hamilton (Challenges.fr). Les banques cherchent simplement à compléter leur dispositif sur tel ou tel segment d’activité.

D’après certains observateurs, le chiffon rouge agité par les patrons de banques serait avant tout un moyen de justifier a posteriori le milliard d’euros de provisions passé par BNP Paribas en pleine torpeur estivale pour les bonus de ses traders (Marianne.fr).

Les banques disent qu’il faut bien payer les meilleurs traders, sinon ils passent à la concurrence : il faut arrêter ça ! Ces traders gagnent déjà énormément d’argent. Il ne faut pas croire que sans bonus ils sont au Smic ! S’il y a une régulation européenne et américaine, ils ne partiront nulle part. Ou peut-être au Burkina Faso ou en Zambie… , ironise le député européen Daniel Cohn-Bendit.

commentaires (3)

Comments
  1. L’exode a en effet commence ansi que la structuration des remunerations de facon opaque.

  2. Certes tout le monde ne disparait pas de la place de Paris, mais ce sont essentiellement les très gros calibres qui franchissent le pas. Par conséquent, comment mesurer les pertes pour la place parisienne ? L’argument d’un mouvement marginal est stupide.

  3. Une banque comme HSBC est en train de transférer ses activités de trading en Asie. Restent en Europe les “esclaves” du middle et back office en passe d’être outsourcés vers des cieux plus cléments dès que les plans de déploiement stratégiques seront finalisés. A chaque fois que les politiques accouchent d’une nouvelle règlementation pour prévenir des crises qu’ils ont eux-même provoquées ont peut être sûrs que les salariés européens vont descendre d’un cran (ou même de plusieurs) sur l’échelle des salaires, en attendant de se faire remplacer définitivement par des petites mains asiatiques.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici