☰ Menu eFinancialCareers

Trois mythes sur la rémunération des patrons de banque français

remuneration patrons banque

L’industrie financière est une industrie qui paye bien, très bien même – pour ne pas dire la plus généreuse de toutes les industries. Mais qu’en est-il de la rémunération de ses patrons ? L’étude des rémunérations des dirigeants des sociétés du CAC 40 en 2014 réalisée par Le Revenu avec Ethics & Boards fait tomber quelques mythes à propos des dirigeants des grands groupes financiers français.

  • Les patrons de banque sont parmi les dirigeants les mieux rémunérés du CAC 40 : Faux

Les patrons les mieux rémunérés en 2014 sont Christopher Viehbacher l’ex-PDG de Sanofi remercié en octobre dernier, Jean-Paul Agon, CEO de L’Oréal et Carlos Ghosn pour Renault payés au total respectivement 8,25 millions ; 8,13 millions et 7,21 millions. Des rémunérations au moins deux fois supérieures en moyenne aux dirigeants de banques françaises.

  • Les banquiers mieux rémunérés que les assureurs : Faux

Etant donné la taille des enveloppes de bonus distribuées en banque – très loin des montants en assurance – on pourrait naturellement penser qu’il en va de même pour leurs dirigeants. Au sein du CAC 40 pourtant, c’est le patron d’AXA qui a reçu le plus gros chèque soit 5,41 millions (fixe, variable et stock-options compris).  Henri de Castries, en poste depuis 22 ans, est le 9e PDG le mieux payé du CAC 40, loin devant Frédéric Oudéa (SG), Jean-Laurent Bonnafé (BNP Paribas) et Jean-Paul Chifflet (Credit Agricole) respectivement au 22e, 24e et 30e rang, selon le classement de Capital.

  • La rémunération des dirigeants de banque continue d’augmenter : Faux

La rémunération globale des dirigeants des sociétés du CAC 40 a progressé de 4,4% en moyenne en 2014. Il y a eu de belles augmentations : Carlos Ghosn a quasiment triplé sa rémunération ; +72% pour Martin Bouygues ou même +21% pour Gérard Mestrallet le PDG de GDF Suez, et accessoirement président de Paris Europlace en charge de promouvoir la place financière parisienne. Le scénario est différent pour les patrons de banque, qui ont tous vu leur rémunération baisser en 2014 et jusqu’à -17,5% pour Jean-Laurent Bonnafé chez BNP Paribas suite à l’amende américaine.

remunerations patrons banque CAC40


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici