☰ Menu eFinancialCareers

Désengagement des banques du private equity : quel impact sur l’emploi ?

Avec l’impact des nouvelles réglementations (Bâle II, Solvency), les banques et les assurances vont encore réduire sur l’année 2010 leurs montants investis dans le capital investissement , rappelait Monique Cohen, directeur associé chez Apax Partners France, lors des dernières Rencontres de la finance organisées à Paris en janvier dernier par HSBC Private Bank.

L’impact en terme d’emplois varie d’une structure à l’autre. Prenons l’exemple de Natixis qui poursuit actuellement des négociations avec Axa Private Equity en vue de la cession de ses activités de private equity pour compte propre en France. Si elle se concrétisait, l’opération pourrait engendrer une vague de licenciements. Je vois mal Axa PE conserver une équipe de plus de trente professionnels, alors que ses activités de fonds de fonds mobilisent moins d’un tiers de cet effectif , note un spécialiste (L’Agefi).

De son côté, Allianz France, filiale de l’assureur allemand, s’apprête à céder sa filiale AGF Private Equity à la société d’investissement Idi. Le projet prévoit le maintien des équipes en place et la continuité de l’organisation et des pratiques de gestion d’AGF Private Equity , indiquent les deux groupes dans un communiqué commun. Concrètement, cela signifie que les 33 salariés de la filiale continueront de gérer les portefeuilles dont ils ont la responsabilité.

Le travail ne manque pas…

Quant au CIC, en pleine restructuration de ses équipes afin de rassembler l’ensemble de ses activités de private equity réparties entre CIC Finance, la Banque de Vizille et IPO dans l’Ouest, (Les Échos, abonnement), il est encore trop tôt pour se prononcer.

Quoi qu’il en soit, après une année entière consacrée à restructurer leurs entreprises en portefeuille, les fonds d’investissement ne chôment pas et les opérations de cessions et d’acquisitions reprennent. Directeurs de participation, contrôleurs financiers et autres professionnels du capital investissement sont donc plus que jamais sollicités.

C’est encore plus vrai s’ils se sont spécialisés sur des secteurs comme la santé ou de l’alimentaire, où l’on ne compte plus les fonds qui sont actifs en ce moment (3i, Euromezzanine, Montagu, Astorg, ICG, Qualium, LBO France…). Loin d’attendre les bras croisés que les discussions avec Axa PE aboutissent, les équipes de Natixis viennent ainsi de renforcer leur participation au capital de Vedici, 5e acteur de l’hospitalisation privée en France.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici