☰ Menu eFinancialCareers

Comment négocier un contrat à Francfort ?

Que vous soyez à Francfort, Londres ou New York, votre Big Mac sera toujours le même, comme les pièges de votre contrat de travail en banque d’affaires.

Quelle que soit la place financière où vous choisissez de travailler, si vous démarrez un nouvel emploi vous devez signer un nouveau contrat de travail avec de nouvelles garanties concernant votre salaire, vos vacances et d’autres avantages. Mais attention, des deux côtés de l’Atlantique les contrats peuvent contenir les mêmes clauses défavorables. Quelle partie de votre contrat devez-vous regarder à la loupe ? Surveillez de près les clauses concernant les bonus et celles de non-concurrence en cas de départ.

Comme en France, les banques allemandes évitent souvent de mentionner le bonus dans un contrat de travail par crainte d’être obligées de le payer chaque année. “Si un employé touche un bonus pendant au moins trois ans, il peut arguer que ce bonus fait partie intégrale de sa rémunération légale” explique Bernd Weller, spécialiste du droit du travail chez Lovells à Francfort.
Quand un bonus est mentionné dans un contrat de travail allemand, il est traité comme une gratification libre et volontaire de l’employeur (lire ‘discrétionnaire’), qui n’est aucunement un droit et peut être annulé à tout moment.
Les banquiers allemands doivent également veiller aux clauses de non sollicitation qui visent à empêcher un employé de partir travailler dans une autre société avec une équipe entière. Ces clauses prennent tout leur sens avec la tentative en juillet dernier du CSFB de débaucher pas moins de 20 analystes actions et dette du bureau Francfortois de Dresdner Kleinwort Wasserstein.
il n’est pas rare que les banques fassent courir ces clauses de non sollicitation jusqu’à deux ans ; deux ans pendant lesquels les relations de travail ont le temps de s’étioler espèrent les banques, indique Weller.
Comme dans d’autres pays, les clauses de non-concurrence en Allemagne sont parmi les plus contraignantes. Les contrats allemands prévoient souvent des clauses interdisant aux employés de travailler pour des concurrents jusqu’à deux ans après leur départ.
Ces restrictions sont toutefois limitées à certaines fonctions ou à un pays, nuance Weller: “on peut interdire aux employés de faire un travail semblable à Francfort mais il est moins aisé de les empêcher de faire ce travail à Wall Street ou à Londres.”
Cependant, comme en France, les banquiers allemands liés par des clauses de non-concurrence peuvent se consoler par le fait qu’ils peuvent recevoir une compensation. Généralement ils bénéficient d’une indemnité représentant la moitié de la rémunération, bonus inclus, de leur dernière année.
Quelque soit le pays où vous travaillez, vous devez particulièrement surveiller les traductions. Ainsi, un peu plus tôt cette année, Gregory Weir, spécialiste informatique de la Commerzbank, a touché 12 000€ ($13 080) de sa banque qui avait refusé de lui payer son bonus annuel garanti de $25 000. La garantie était mentionnée dans la traduction anglaise de son contrat de travail, mais pas dans la version allemande, qu’il avait signée.
Très bientôt : comment négocier votre contrat à Londres et à New York.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici