☰ Menu eFinancialCareers

Des centaines d’embauches en vue à la Banque Européenne d’Investissement

Le siège de la BEI à Luxembourg

Le siège de la BEI à Luxembourg

315 milliards d’euros d’investissements supplémentaires en Europe sur les 3 prochaines années. C’était la bonne nouvelle annoncée par la Commission européenne, fin novembre. L’enthousiasme quasi général suscité par l’annonce du plan Juncker pour la croissance et l’emploi en Europe devrait être partagé par les financiers à la recherche de nouvelles opportunités professionnelles. Car, au cœur du dispositif, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) qui chapeautera le nouveau Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) pourrait avoir besoin d’embaucher 400 à 500 personnes, selon la presse néerlandaise. Le processus de recrutements pourrait rapidement débuter après la validation du plan par les ministres des Finances de l’UE (Ecofin) qui se réunissent demain, puis par le Conseil européen des 18 et 19 décembre.

Incertitude sur les volumes de recrutements

La BEI qui confirme le besoin de recrutements se montre néanmoins prudente sur les volumes annoncés. « Les chiffres sont pour l’heure spéculatifs, cela pourrait plus ou moins 400 ou 500 embauches. Cela va dépendre des scénarios d’application du plan », affirme une porte-parole de la BEI, qui assure que le « nouveau fonds EFSI va être en mesure de travailler rapidement en synergie avec les instances existantes de la BEI ».

Pour l’organisation née en 1968 à Luxembourg, cette vague d’embauches – si elle se confirme – serait à nouveau un incroyable challenge puisqu’il pourrait être question ici d’augmenter ses effectifs d’environ 20%. Cela rappelle fortement l’ampleur de la tâche à laquelle s’était attelée la Banque Centrale Européenne fin 2013 suite au lancement du mécanisme de surveillance bancaire unique, avec 1.000 recrutements à réaliser en 12 mois.

Près de 500 embauches déjà réalisées en deux ans

En matière d’embauches, la BEI n’est cependant pas une novice. En 1999, son effectif comptait 1.000 employés contre près de 2.300 aujourd’hui. D’après la porte-parole, l’institution a recruté 230 personnes en 2013 et 250 cette année. Une hausse des embauches qui a été déclenchée suite à l’augmentation de capital de 10 milliards d’euros décidée début 2013 et qui devait permettre à la BEI de dégager 60 milliards d’euros de financements supplémentaires sur trois ans.

Cette fois le plan de relance proposé par le nouveau président de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Junker, prévoit que le nouveau Fonds européen pour les investissements stratégiques soit initialement doté de 21 milliards d’EUR et, parvienne à mobiliser, par de subtils mécanismes d’effet de levier, au moins 315 milliards d’EUR d’investissements supplémentaires sur 3 ans dans des projets à forte valeur ajoutée issus de secteurs stratégiques.

Besoin d’experts

De quelles compétences la BEI a-t-elle besoin ? « D’experts qui mènent la due dilligence et l’évaluation des projets », relève la porte-parole. Il peut s’agir d’analystes, de business development manager, d’investment officers, de spécialistes du risque crédit, d’experts des financements structurés, des profils legal & compliance, des ingénieurs techniques (la BEI en compte déjà une centaine), des profils IT ou bien encore des professionnels des RH. Le site carrière de la BEI compte à ce jour une trentaine d’annonces d’offres d’emploi.

La plupart des postes seront basés à Luxembourg, siège de la BEI. Des opportunités pourront également se faire jour dans les bureaux satellites en Europe. A Paris, le bureau de représentation de la BEI compte 5 collaborateurs, dont 2 personnes recrutées cette année.

Un bonus capé à 35% du fixe

La BEI propose principalement des contrats de travail de 3 à 4 ans. Côté rémunération, l’institution applique un barème à chacun des neuf grades la composant, soit entre 33,7k € à 258 k€. Côté bonus, on est loin des avantages proposés en banque : le montant total des récompenses versées au titre de la performance de 2012 a représenté environ 16% de la masse salariale annuelle totale, et ne peut en aucun cas dépasser 35% du salaire fixe.


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici