☰ Menu eFinancialCareers

Une journée avec Alex Plavsic, responsable du service investigation des fraudes

06h00 Je sors de mon sommeil, souvent assez brutalement. – J’ai deux jeunes fils qui me servent de réveil-matin. Après être sorti du lit, je dévale les escaliers avec eux, et nous prenons le petit déjeuner ensemble. Lorsque j’ai le temps, je regarde parfois les informations à la télé, et j’essaie même de parcourir les pages financières du Telegraph. Mais cela est rarement possible : les enfants me demandent beaucoup d’attention.

07h30 Après avoir quitté la maison, je prends le métro à Chiswick Park pour me rendre chez KPMG situé près de Blackfriars.

08h00 Aujourd’hui, ma journée commence tôt, par une conférence de presse sur les questions de procédures comptables et les problèmes de fraude. Les journalistes ne sont pas toujours au courant des arcanes de la législation comptable, c’est pourquoi nous les abordons à travers la nature des fraudes et des fausses déclarations financières.

09h45 Après avoir présenté en détails le service d’investigation des fraudes à la presse, je retourne au bureau pour consulter mes emails et mon répondeur.

10h30 Je commence à interroger un suspect accusé de vol d’actifs. Il semblerait que le suspect ait transféré des fonds du compte de son employeur au sien.

La plus grande partie du travail a lieu avant la confrontation. Le plus difficile consiste à rassembler toutes les preuves à l’avance, afin d’être prêt à traiter tous les arguments possibles que le suspect pourrait avancer pour sa défense.

La confrontation en elle-même est pour l’essentiel une question de technique. D’abord, il faut établir une relation avec la personne que l’on interroge ; il faut l’amener à parler. Je commence par poser des questions générales, puis, de fil en aiguille, je passe à des sujets plus spécifiques.

En théorie, il y a deux issues idéales à ce type de confrontation : soit la personne interrogée avoue, soit elle est incapable de fournir des arguments valables pour réfuter les preuves. C’est ce qui se passe dans le cas présent. J’ai en ma possession un ensemble de preuves montrant que le nom et le mot de passe du suspect ont été utilisés pour avoir accès au compte de l’employeur, le suspect étant incapable d’en expliquer la raison. Il est clair qu’il a détourné les fonds.

11h45 J’appelle le client pour lui faire un résumé du résultat de l’interrogatoire.

12h45 Je déjeune avec un avocat spécialisé dans les litiges avec lequel j’ai déjà travaillé plusieurs fois. C’est un moment agréable, au cours duquel nous nous encourageons mutuellement à relever de nouveaux défis.

14h00 J’ai fini de déjeuner et je retourne au bureau pour procéder à l’évaluation annuelle du reste du personnel de la division. La partie la plus intéressante est de discuter avec les équipes de leurs performances. En revanche, remplir les formulaires d’évaluation l’est beaucoup moins, ce qui va me prendre l’après-midi.

15h15 J’ai rendez-vous avec un collègue pour réviser la proposition que nous présentons à 16h00 à un groupe bancaire mondial. Les banques s’intéressent de plus en plus à ce domaine. L’autorité anglaise compétente en la matière, la FSA (Financial Services Authority) durcit son attitude au sujet des risques de fraude. Nous proposons aux banques de les aider à améliorer la façon dont elles gèrent les fraudes, ainsi qu’à dissuader les fraudeurs de s’en prendre aux banques.

16h00 Le rendez-vous se passe bien. Nous présentons la proposition, qui porte sur trois aspects. Nos conseils : la banque doit employer des personnes qui ont une intégrité à toute épreuve ; elle doit écarter tous ceux qui ont des antécédents judiciaires; elle doit évaluer ses risques de fraude potentiels, comme par exemple les traders qui dissimulent leurs pertes ; et elle doit mettre en place une procédure de dénonciation efficace. – 40 à 50% des cas de fraudes sont découverts grâce à des dénonciations.

Nous découvrirons le lendemain que nous avons gagné le contrat.

18h30 Je retourne au bureau et je récupère les derniers messages et les dernières lettres.

19h30 Je saute dans le métro et je me rends à mon club de gym.

21h00 Quand je rentre à la maison, les enfants sont couchés, et je dîne avec ma femme. Je vais me coucher vers 23h. – J’ai besoin de me ressourcer avant d’être à nouveau réveillé sans ménagement le lendemain matin.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici