☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Les grandes et petites joies d’être sans emploi

Après un licenciement, vous n’échapperez pas à l’inévitable examen de conscience, une extrême nervosité et des questionnements du genre eh bien, je suis dans le pétrin ou bien encore est-ce que je vais dormir sous les ponts ce soir ? . Malgré tout, le fait d’être au chômage peut présenter quelques bons côtés inattendus :

1. Rentabiliser son capital temps

Plutôt que de considérer votre propre maison comme un hôtel où vous rentreriez chaque nuit dans un piteux état, être au chômage signifie que vous pouvez réellement utiliser vos dix doigts. Vous tirerez profit de cette période si vous passez votre temps à faire des petits boulots comme bricoler ou faire du rangement. Par contre, rien de positif à retenir si vous décidez de passer toute la journée au lit à regarder le plafond pendant qu’une pile de vaisselle sale digne d’un étudiant s’accumule et vous ensevelit à jamais dans votre trou.

2. Tourmenter ceux qui ont encore un travail

Pour les chômeurs, rencontrer régulièrement d’anciens collègues sur leur ancien lieu de travail présente deux principaux avantages. Le premier, c’est la consommation gratuite de déjeuners / boissons / dîners puisque dans votre situation actuelle, ils ne peuvent pas compter sur vous pour payer, n’est-ce pas ? Second avantage : l’occasion de redorer ce qui reste de votre ego en vous attardant sur la chance que vous avez. Ce sera d’autant plus facile s’il y a du soleil et que vous pouvez passer du temps au jardin ou sur la terrasse. S’il pleut (et ce sera probablement le cas), focalisez-vous uniquement sur la grasse matinée et les bons moments que vous passez en famille (votre ancienne réputation de bourreau de travail fera vite oublier ce que cela signifie réellement, notamment les querelles interminables à propos du ménage et de la vaisselle que cela sous-entend). Si vous n’avez pas de famille, remplacez celle-ci par la télé, la PlayStation, le minibar et la voiture.

3. Planning

Organiser sa journée peut prendre quelques heures dans l’emploi du temps d’un chômeur. Une fois planifiés les événements principaux, comme trouver un nouvel emploi, jusqu’aux événements les plus anodins, vous réaliserez qu’il n’est que 9 h 30 et que vous n’avez aucune idée de ce que vous allez faire le reste de la journée en attendant que votre conjoint, vos enfants ou votre chat rentrent à la maison. Inéluctablement, le planning inclura l’intention de suivre des cours réguliers au gymnase (probablement tous les jours pour un impact maximum) afin d’être en pleine forme physique lorsque vous décrocherez un nouvel emploi. Cependant, à moins que vous n’ayez de jeunes enfants à la maison qui ont besoin de prendre l’air, cela risque d’être reporté aux calendes grecques (n’oubliez pas d’annuler votre inscription au club de gym, personne ne le fait jamais).

4. Rester éveillé vraiiiiiment tard

S’il n’y a absolument aucune raison pour que vous vous leviez le matin, alors il n’y a rien de tel qu’une bonne grasse matinée. Vous pouvez rester aussi tard que vous voulez à regarder la rediffusion de Plus belle la vie, l’Inspecteur Derrick, La Croisière s’amuse… parfois 4 ou 5 heures d’affilée… pas besoin de changer de chaîne. La seule chose vraiment déprimante quand on regarde la même série d’épisodes depuis son lit, c’est que cela vous rappelle la dernière fois où vous vous êtes fait licencier et où vous avez fait la même chose…

commentaires (11)

Comments
  1. Moi, ça fait est tjs au chômage depuis 1 an et demi.
    Tout s’est écroulé autour de moi: plus de travail est synonyme de plus de vie. Je me suis renfermé sur moi-même (silence radio avec les friends et la famille) en + (mon captial self-confidence est quasi-nul). J’ai eu de sérieux pbs de santé, en bonus…..Plus de goût à rien, je ne tenais plus à rien ni à personne.
    Pessimisme et spleen en continu, thérapie psy sans résultat! (cas trop désespérant!) ça ne m’étonne pas du tout, puisqu’en, période d’activité pro, mon humeur est indexée à 100% sur ma performance au job!
    Voilà pour mon vécu!

  2. Le chomage, sans un projet, sans avoir ete prepare a l’avance, bref sans dynamique est une calamité. De meme,” l’oisiveté ” qui en decoule, sans une forte curiosité intellectuelle et une independance d’esprit, est une catastrophe morale. votre article n’est vrai que sur le court terme (semaines), mais a la longue, cela devient un vrai poison pour toute personne non preparee.
    De plus ce poison se diffuse petit a petit, et peut finir par engendrer des consequences tres desagreables.

    Je tiens aussi a dire que cela est vrai dans les couches populaires, mais aussi au sein des cadres.

    Donc merci de ne pas nous faire penser, a travers cet article, que le chomage est en soi une joie

  3. Certes, ce n’est pas facile de vivre une situation pareille mais il faut combler le vide non pas par des idées négatives qui détruisent au fil du temps, mais essayer de profiter de chaque instant libre pour s’occuper de sa famille, profiter de ses enfants, faire du sport, se former ou bien penser à l’avenir (changer de voix professionnelle ou pas). Je pense que le message de cet article est clairement positivons!!

  4. Pourquoi ne pas profiter de ce temps libre pour penser à un projet business à monter soi-même, après tout cela ne coute rien en terme de temps et d’énergie, et la perspective d’être indépendant est plutôt attrayante, notamment en temps de crise “emploi”. Bien entendu il faut en avoir envie…
    Bonne chance et bon courage à toutes et à tous

  5. j’ai fait du rangement, des travaux, organiser mes 50 ans : tout ça en 2 mois a peine, je n’ai pas pris de vacances car les fins de mois sont difficiles, et depuis février, je cherche, je cherche, je cherche un emploi désespéremment, jusqu’à aujourd’hui, 3 entretiens et j’attends 1 réponse la semaine prochaine, je n’arrive pas à optimiser comme vous le dites.

  6. Je ne pense pas que d’être au chômage véritablement une joie! Effectivement, au début on prend son temps et on profite de la vie, mais ça peut vite devenir lassant et désocialisant. Pour ma part, licenciée de la finance en 2007, à 51 ans, j’ai réfléchi à mon devenir professionnel, pris une nouvelle direction dans la gestion de carrières et entrepris une année de formation à l’université. Je finis mon diplôme la semaine prochaine et recommence une autre année en novembre. Et je peux vous dire que c’est hyper motivant. Alors, pour tous ceux qui se retrouvent dans cette situation, ne restez pas au fond de votre canapé à regarder des émissions débiles à la télé, réfléchissez à ce que vous aimeriez faire et si vous avez des envies, allez-y car il n’y a pas d’âge pour se former. Bon courage à toutes et tous.

  7. La dérision est la seule humeur d’esprit qui nous reste lorsque nous n’avons plus de boulot, dans ce sens l’article est excellent sans compter qu’on a le temps pour soi, faire du sport, bosser sur un business plan ou encore faire du trading pour son propre compte…
    Restez avant tout actif !

  8. ne vous laissez pas abattre continuer à chercher, vous finirez bien a trouver !!!!!!!!!!!

    courage et bonne chance a tous

  9. moi je le vis trés bien. J’ai choisi cette transition pour enfin poser mes valises et réfléchir à une suite solide et qui a du sens.
    Bien sur qu’il y a une vie en dehors du travail et il y a aussi le corps qui a besoin aussi de récupérer.
    disons nous que la vie est un formidable puzzle où chaque évènement a sa place …la chose la plus importante est d’être en VIE!

  10. Excellent et tellement vrai !!!
    ça remonte le moral de voir que nous ne sommes pas seuls dans le même cas.
    Allez, gardons espoir : mon téléphone recommence à sonner et j’ai déjà passé 3 entretiens depuis septembre

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici