☰ Menu eFinancialCareers

La finance islamique va-t-elle résister à la crise ?

La Société Générale vient de suspendre son fonds islamique. Lancé en mars 2008 à La Réunion, SGAM Shariah Liquidité était le premier produit financier francophone conforme aux exigences de l’Islam. Trois mois à peine après son lancement, le produit atteignait déjà 15,7 millions d’euros. Motif invoqué pour justifier de cette fermeture : une conjoncture générale très difficile (Al-Kanz).

Pourtant, l’an dernier, le secteur paraissait prometteur, et la finance islamique faisait l’objet de toutes les attentions dans l’Hexagone. La France est ouverte à l’établissement de banques de finance islamique sur son territoire , avait déclaré la ministre de l’Économie Christine Lagarde en décembre dernier, se basant sur un rapport de Paris Europlace qui estimait que la finance islamique pouvait attirer une manne de 100 milliards d’euros dans l’Hexagone.

Des chiffres sans commune mesure avec ceux avancés dans une étude sur le poids de la finance islamique réalisée par le cabinet de conseil américain Cerulli Associates, qui indique que la taille de l’industrie des fonds conformes à la charia serait de 65 milliards de dollars dans le monde (L’Agefi.fr).

Ne pas lâcher l’affaire

Malgré un aménagement du cadre juridique et fiscal dont Christine Lagarde s’était publiquement engagée à favoriser l’aménagement, les produits financiers sont pour l’instant compliqués à mettre en ceuvre , reconnaît Jean-Paul Laramée, auteur de La Finance islamique à la française (L’Express.fr).

On ne lâchera pas l’affaire , glissait pourtant encore récemment en privé la ministre de l’Économie (L’Express.fr). D’ici juin, quatre banques charia-compatibles devraient ouvrir en France, dont la Qatari Islamic Bank et la Kuwait Finance House. Enfin, un établissement financier français émettra un sukuk d’un milliard d’euros, entre juin et octobre, et ce sera sans doute la première émission d’un emprunt d’entreprise islamique en Europe , a déclaré Gilles Saint-Marc, président du Comité de finance islamique de Paris Europlace, sans préciser de quelle banque il s’agissait.

commentaires (7)

Comments
  1. la finance islamique va résister à la crise bien evidemment

  2. Commentaires en 4 parties (1/4)

    Bien évidemment, et ce pour deux raisons majeures : la première est que la finance islamique ne touche pas aux actifs toxiques (du moins, pour le moment), la deuxième est que le secteur est en pleine phase de croissance. Dans ce contexte, il sera d’autant plus facile de continuer à afficher des taux de croissance assez forts et les établissements, des rentabilités satisfaisantes.

    Les défis de la finance islamique sont autres et je vais essayer de les exposer de manière synthétique sans reprendre la multitude de chiffres divers et variés qui circulent abondamment.

    Les bons principes …
    La finance islamique est fondée sur des principes sains qui n’ont pour autre objectif que d’assurer un développement sain de l’économie. On retiendra notamment le financement d’actifs réels, le partage du profit et la circulation de la richesse par opposition à l’accumulation de certains acteurs au détriment des autres, la protection des plus faibles en limitant le profit, …
    (A suivre …)

  3. Commentaires en 4 parties (2/4)

    … sont partagés bien au-delà du monde musulman

    Ces principes sont partagés notamment depuis très longtemps par l’Eglise chrétienne dont le poids, au moins moral, a été très important dans l’économie jusqu’au début du XXème siècle. La plus part des principes islamiques ont été développés et argumentés depuis des siècles dans la doctrine économique de l’Eglise.
    La pratique de l’intérêt, par exemple, a été vivement combattue et interdite par l’Eglise pendant près de 5 siècles jusqu’à l’apparition des premières banques au XVème siècle.

    Quelle réalité derrière le développement de la finance islamique ?

    La finance islamique se développe rapidement en termes de volumes, et les produits sont proposés, au Moyen-Orient, à la fois par des établissements en conformité avec la shariah qui ne proposent que des produits conformes mais également par des établissements conventionnels qui disposent d’une islamic window .

    (A suivre)

  4. Commentaires en 4 parties (3/4)

    Dans le cas de ces derniers, les produits islamiques apparaissent plus comme un produit marketing permettant de couvrir les besoins d’une clientèle très variée. Il est intéressant de noter que plusieurs établissements du Moyen-Orient ont démarré leurs activités avec des produits conventionnels avant de se transformer en établissement islamique.

    Lorsqu’on regarde le marché et les ambitions qu’affichent localement les acteurs, il est clair qu’ils ont tous de très fortes ambitions de croissance, de reconnaissance des marchés comme étant des acteurs majeurs du monde financier … et aussi, la volonté affichée de réaliser des profits qui assureront un excellent retour sur investissement à leurs actionnaires, surtout les établissements les plus récents. Les établissements conventionnels sont passés par cette phase avant …

    Prendre en compte l’histoire pour ne pas retomber dans les mêmes écueils

    La recherché effrénée du profit a conduit de nombreux établissements conventionnels là ou nous savons. La finance islamique pourra seulement offrir une alternative durable si:

    (A suivre)

  5. (4/4)

    · Les différences observées d’une région à l’autre ou d’un pays à l’autre sont gommées par l’établissement de règles claires et communes à l’ensemble des acteurs, ce qui permettra à la finance islamique d’établir une réputation sans ombre

    · Les sociétés et leurs dirigeants ne focalisent pas uniquement sur la réalisation de profits, au risque si ce n’est pas le cas, de tomber dans les excès qui les conduiront directement dans les affres dans lesquels sont tombés de nombreux établissements conventionnels

    · Les sociétés portent toute l’attention nécessaire à la bonne appréciation des risques car la valeur, même d’actifs tangibles, peut fortement varier et impacter les profits durablement. Le fait de financer l’économie réelle n’est pas en soi une garantie contre les risques

    Dans l’immédiat, les acteurs majeurs sont tournés vers l’Europe, mais surtout la région nord-africaine qui offre énormément de potentiel, à réaliser dans des conditions déjà plus faciles (langue et religion communes). On notera aussi avec intérêt la volonté de l’Arabie Saoudite de créer l’établissement islamique le plus important de la planète avec un capital de 10Mds de dollars.

  6. la banque islamique résiste et résistera toujours à la crise.

  7. Si c’est bien appliqué conformément aux règles et consignes de l’Islam elle persistera et prendra la place des banques actuelles…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici