☰ Menu eFinancialCareers

Le périmètre de compétences du trésorier s’élargit

Vous êtes d’un naturel plutôt sédentaire mais néanmoins curieux ? Alors intéressez-vous à la fonction de trésorier d’entreprise : elle prend du galon à mesure que ses attributions se démultiplient. Si l’optimisation des coûts demeure une de ses préoccupations majeures, les chantiers transversaux à l’entreprise font de plus en plus souvent appel à ses compétences. Et là attention, car le trésorier couvre des risques dont les enjeux sont parfois méconnus de la direction générale. Radiographie d’un métier de l’ombre.

Les attributions d’un trésorier en font un poste à haute responsabilité. Pour Christophe Delaire, directeur de la trésorerie et des financements chez Essilor, embauché comme trésorier après un apprentissage sur les marchés financiers, l’enjeu des couvertures de taux et de changes est lourd.
Rapidement, je me suis rendu compte que d’opérer sur les devises était tout aussi concret pour l’entreprise, avec une incidence sur les ventes et le compte de résultat , rapporte-t-il.


IAS 39

Le plus grand défi du trésorier européen et surtout français à l’heure actuelle réside dans l’accompagnement de la mise en place des normes IFRS. Il est tout naturellement en charge de la norme IAS 39 relative à la comptabilisation des instruments financiers, dont le principe de la comptabilisation à la valeur de marché peut potentiellement générer une grande volatilité sur les états financiers de l’entreprise. Un enjeu si prégnant que le directeur financier s’en mêle directement. Le problème que posent les IFRS sur les couvertures prises chez Essilor, c’est d’être le plus possible en macro-couverture pour couvrir un risque global, tout en restant capable d’expliquer de A à Z pourquoi on fait une opération de change et pourquoi elle se réalise ou non. C’est un énorme travail d’explication et de justification , explique le spécialiste.

Pour l’heure, la gestion de ce risque reste relativement peu contrôlée. L’audit régulier du dispositif de gestion de trésorerie n’est réalisé que dans une entreprise sur deux. Certes, les activités de trésorerie sont très normées et sujettes à des procédures écrites, toutefois le risque est de voir les opérations réalisées sortir l’entreprise de sa logique de production. Attention donc au syndrome de la tour d’ivoire.


Carrefour d’informations

Compte tenu de la sophistication des outils informatiques, la fonction devient de plus en plus analytique et transversale. Le trésorier a notamment vocation à intervenir en support sur des sujets précédemment dévolus à son directeur financier. Les exigences des marchés, les besoins de financement des acquisitions externes, l’émergence de la notion anglo-saxonne de cash ou encore l’importance croissante de la maîtrise des ratios d’endettement due à la multiplication des faillites d’entreprises tendent à élever considérablement le niveau d’exposition interne et externe du trésorier groupe, et par conséquent lui confèrent une dimension nouvelle.

Fondamentalement, le trésorier est l’homme des flux financiers et le carrefour de l’information. Par voie de conséquences, il est également celui qui est chargé du reporting et de la prévision de trésorerie. Selon une étude réalisée par le cabinet Ernst & Young, dans trois entreprises européennes sur quatre, il est celui qui organise les relations bancaires – fournisseurs officiels d’information financière : il peut ainsi jouer le rôle crucial d’assurer la liquidité de son entreprise (56 %). Il a le plus souvent la main sur la négociation des prestations bancaires. Et pour les transactions aussi structurantes qu’un crédit bancaire, si le directeur financier signe, c’est le plus souvent le trésorier qui discute les clauses techniques du contrat. Ce type d’attribution est d’autant plus répandu à mesure que croît la taille de l’entreprise (c’est souvent le cas pour un CA supérieur au milliard d’euros) et il est le plus souvent impliqué dans la phase de réflexion stratégique de gestion de la dette.

Croissance interne ou externe

Parce qu’il doit maîtriser l’information financière, le trésorier est impliqué dans l’architecture informatique par laquelle elle transite. Les nombreux projets qui ont à voir avec des développements informatiques – systèmes de gestion de trésorerie, cash pooling, dématérialisation des chèques ou des factures, en font quelqu’un de très au fait des nouvelles technologies, qui s’impose même un devoir de veille. De même, il utilise la technologie pour industrialiser ses process d’encaissement et de décaissement, tout en accroissant la sécurité de ses transactions grâce à des supports de plus en plus sécurisés. Il ne manque d’ailleurs pas d’être sollicité par les prestataires. L’optimisation fiscale de ces montages complète la nécessité qu’a le trésorier d’être pluri-disciplinaire.

Mais, inéluctablement à terme, se pose la question de l’évolution du trésorier. Je crois bien sur au principe de Peter : nous nous rencontrons de temps en temps, mais à priori cela se passe -pour le moment encore- assez bien. C’est le problème de tout spécialiste et en particulier d’un trésorier. Il y a plusieurs alternatives, aller dans un groupe plus important ou grandir avec sa structure , conclut Christophe Delaire.


Les rémunérations

Untitled

– de 30 ans 30/40 ans +40 ans
CA < 1 Md ou Eff. < 1000 P Min. 35

Moy. 46

Max. 55

Min. 46

Moy. 56

Max. 64

Min. 53

Moy. 61

Max. 72

1 Md < CA < 5 Mds ou 1000 P < Eff. < 5000 P Min.43

Moy.55

Max.61

Min.55

Moy.68

Max.99

Min.65

Moy.79

Max.100

CA > 5 Mds ou Eff. > 5000 P Min.50

Moy.65

Max.76

Min.76

Moy.91

Max.117

Min.91

Moy.107

Max.150


Source : Michael Page

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici