☰ Menu eFinancialCareers

Banques cherchent désespérément spécialistes des moyens de paiement

Les spécialistes des moyens de paiement, et plus particulièrement des cartes bancaires, sont toujours recherchés par les établissements bancaires pour leur activité de banque de détail (droit des moyens de paiement, des comptes, du crédit…).

Pour preuve, le Cedicam, filiale Flux et Paiements du groupe Crédit Agricole, a recruté 5 nouveaux collaborateurs depuis le début de l’année et propose 50 autres postes à pourvoir pour 2010, notamment des profils seniors avec 5 à 7 ans d’expérience. Nous recherchons surtout des chefs de projet MOA et MOE, mais aussi des fonctions de back-office, d’exploitation, de production et des fonctions transversales , explique Véronique, responsable de projets MOA chez Cedicam. En attendant, la banque verte a déployé les grands moyens en créant un site Internet exclusivement dédié aux postes en rapport avec la monétique, le traitement des flux ou encore la sécurité des moyens de paiements.

Y aurait-il des difficultés à recruter les profils idoines ? En tout cas, la localisation de la plupart des postes en région parisienne ne semble pas être un frein de l’avis de Julien, chef de projets MOA. Cela va faire bientôt 2 ans que je travaille au Cedicam et je tiens à souligner que la qualité de vie sur le site de Saint-Quentin-en-Yvelines est vraiment incomparable à ce que j’ai pu connaître par le passé. Bien sûr, cela dépend de ce qu’on recherche ! La gare à 500 mètres, un parking en sous-sol, une crèche, des équipements sportifs, un restaurant… autant dire que nous ne manquons pas de services et de commodités. Le site est gigantesque, verdoyant et on s’y sent en sécurité . Avis donc aux amateurs de verdure…

Des profils qui ne courent pas les rues

La raison est à chercher ailleurs. Dans le salaire ? Pas vraiment : dans l’une de ses annonces, le cabinet Robert Walters proposait un salaire de 40-80 k€ pour un juriste de deux ans d’expérience spécialisé dans les moyens de paiements. Dans le fait que le métier soit jugé peu sexy ? Non plus. Paiement, retrait, compensation-règlement des opérations transfrontières… toutes ces actions impliquent une grande technicité ! Pas le temps de s’ennuyer ! poursuit la responsable de projets MOA de Cedicam.

Non, assurément, le vrai problème vient plutôt de la rareté des profils recherchés. Les juristes qui maîtrisent les problématiques liées aux moyens de paiement sont peu nombreux. Il n’existe pas de cursus spécifique donc les profils intéressants sont dotés d’une formation en droit bancaire ou des affaires puis d’une expérience de cinq à dix ans sur les moyens de paiement , constate Valérie Renom à la direction des ressources humaines de Natixis qui vient de réaliser une embauche dans ce domaine et dont la recherche n’était pas évidente (Agefi Hebdo).

Par ailleurs, les banques ne sont plus les seules à recruter ces spécialistes. Depuis le 1er novembre 2009, les prestataires non bancaires sont autorisés à s’installer sur le marché des services de paiement, traduisant la volonté de la Commission européenne d’accroître la concurrence dans ce secteur. Il va y avoir une multiplication des acteurs sur un marché jusqu’à présent réservé aux banques traditionnelles , pronostique Thibault Lanxade, PDG d’Aqoba, opérateur de cartes bancaires sur mesure. Car si de grandes banques ont anticipé la mutation en créant des filiales qui ont pris la forme d’établissements de paiement, d’autres, plus petites, ont recours à des prestataires spécialisés dans la monétique.

commentaires (2)

Comments
  1. Vous imaginez, vous réalisez une mission SEPA et aprés, ..SEPA 2 ?
    Il n’y a pas d’interet dans ces missions.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici