☰ Menu eFinancialCareers

Les institutions financières publiques recrutent avec parcimonie

Banque de France, ministère des Finances, Caisse des Dépôts : certains professionnels de la banque et de la finance sont certainement tentés de rejoindre une institution publique, d’autant plus que les missions des organismes d’État semblent s’être considérablement élargies avec la crise. C’est le cas du Crédit Foncier, la filiale du groupe Caisse d’Épargne spécialisée dans les financements immobiliers, qui vient d’être retenue par l’État pour apporter ses compétences techniques à la nouvelle Société de financement de l’économie française (L’Agefi.fr). Nous avons besoin de profils techniques pour des fonctions support dans les domaines de la finance, des risques et du contrôle de gestion, mais en nombre limité , rappelle Christian Miglietti, directeur général adjoint ressources du Crédit Foncier.

Attention à ne pas frapper aveuglément à toutes les portes : la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) semble ainsi en mauvaise posture pour planifier des embauches, le groupe ayant dû notamment subir le sinistre de Dexia dont il était actionnaire à hauteur de 11 % , rappelle son président Augustin de Romanet. De son côté, un porte-parole de la Banque de France insiste sur le fait que la crise n’a pas élargi ses missions et qu’il n’y aura donc pas d’incidence particulière, les recrutements se faisant toujours par concours . Enfin, du côté de l’Autorité des marchés financiers (AMF), les besoins en recrutement sont, paraît-il, comblés.

L’effet réseau

Les organismes nationaux font très peu appel aux cabinets de recrutement. Les embauches se font essentiellement sur concours interne ou par networking , explique Alain de Borchgrave, managing partner chez le cabinet de chasse Eric Salmon & Partners, spécialisé dans les organisations supranationales. Exemple à Bercy, où le ministre des Finances Éric Woerth souhaite instaurer un service fiscal judiciaire pour lutter contre la fraude fiscale complexe mettant en ceuvre des montages juridiques, bancaires ou comptables (Challenges.fr). Le service, s’il voyait le jour, devrait compter une quinzaine de super agents, essentiellement des contrôleurs et inspecteurs. Les banquiers passés par Bercy dans leur carrière ont donc toutes leurs chances, la cerise sur le gâteau restant, bien sûr, d’être issu du corps de l’Inspection générale des Finances.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici