☰ Menu eFinancialCareers

Voici combien vous devriez gagner si vous êtes trentenaire dans la finance à Paris

Golden euro signs raining.

En banque d’investissement, les juniors sont un peu les coqueluches du moment. Trop inquiets de les voir filer à la concurrence, vers le secteur technologique ou bien le consulting, les établissements bancaires, qui doivent renouveler 40% de leurs cadres sur 10 ans en France, sont aux petits soins avec leurs petits protégés. Wall Street a donné le ton cet été, mais la priorité à l’embauche et la valorisation des salaires des juniors se propagent doucement mais surement en Europe.

D’après Emolument.com, le site spécialiste des rémunérations dans l’industrie financière, un jeune de 25 ans qui travaille à Paris en front-office (conseil/M&A, analyse financière, vente ou trading) touchera 50 k€ de salaire fixe (+20k€ de bonus), quand dans le même temps le salaire médian en France des jeunes diplômés avec un Bac +5 et plus s’établit à 29,4 k€, selon les chiffres de l’Apec qui viennent de paraître.

Mais que se passe-t-il après pour ces jeunes financiers ? Passé 30 ans, un banquier d’investissment peut-il espérer rapidement dépasser les 200 k€ de rémunération globale ?

Apparemment, oui. La recherche réalisée par Emolument.com pour eFinancialCareers.fr montre que les rémunérations moyennes des banquiers juniors augmentent de façon exponentielle. C’est entre 25 et 30 ans qu’elle progresse le plus : +130% en cinq ans – ou, dit autrement, plus de 18 k€ d’augmentation annuelle en moyenne – pour atteindre, à 30 ans, une moyenne de 163 k€, bonus inclus.

Si avez 25 ans et commencez votre carrière dans une BFI, s’accrocher 5 ans – au moins – fait donc du sens.

 ÉVOLUTION DE LA RÉMUNÉRATION MOYENNE EN FRONT OFFICE EN FRANCE, SELON L’ÂGE

Emolument data France

Source : Emolument, sur la base de 578 entrées (dont 61% employés de banques françaises). Les contributions se répartissent sur 3 ans : 2014 (31%) ; 2013 (48%) et 2012 (21%).

Après 30 ans, les rémunérations continuent de progresser mais moins vite, d’après Emolument. Entre 30 et 35 ans, le banquier moyen bénéficie d’une hausse de 87%. Résultat : sa rémunération globale dépasse tout juste les 300 k€ au milieu de la trentaine. Quant aux 5 années suivantes, la progression se limite à 57% avec une rémunération moyenne à 476 k€ arrivée la quarantaine. Pas étonnant que les banquiers quadras aient temps de mal à changer de carrière et craignent autant pour leur emploi.

D’ailleurs, les banquiers trentenaires parisiens ont probablement plus encore à perdre à quitter le secteur que leurs confrères londoniens. D’abord parce que les évolutions en matière de rémunération y sont légèrement plus soutenues à ce stade de la carrière de ce côté-ci de La Manche (8 points d’écart sur la période 30 et 40 ans), au point qu’à 40 ans le différentiel de rémunération d’un banquier parisien n’est plus que de 14% avec un financier de la City, contre 52% à 30 ans. Un phénomène que l’on avait déjà relevé, avec des écarts de rémunération quasi nuls entre Paris, Londres et New-York à un niveau MD (managing director).

Par ailleurs, si l’on s’intéresse cette fois aux rémunérations médianes, plus pertinentes pour présenter une réalité parisienne particulièrement contrastée, on s’aperçoit que les banquiers de 30 ans ont tout intérêt à tenir bon encore quelques années. Car en cinq ans leur rémunération globale double quasiment : +90% (contre +83% entre 25 et 30 ans, et +33% entre 35 et 40 ans). Ainsi, la rémunération médiane à 35 ans atteint 245 k€. Oui, vous avez bien remarquez : c’est 60 k€ en moins par rapport à la moyenne indiquée plus haut. Ceci s’explique par les écarts significatifs de rémunération sur la place parisienne entre les établissements français (61% du panel d’Emolument) et les banques étrangères, notamment en matière de bonus. Ces dernières faisant gonfler la moyenne des rémunérations, en particulier pour les jeunes quadras.

DÉTAIL DES RÉMUNÉRATIONS MOYENNES ET MÉDIANES EN FRONT OFFICE EN FRANCE, SELON L’ÂGE

emolument-tableau-comparati


LIRE AUSSI :

Où les banquiers d’investissement seniors sont-ils les mieux payés ?

Rémunération : des écarts étonnants entre les établissements bancaires à Paris

Rémunérations en banque d’affaires et finance de marché à Paris, Londres, New York : les “vrais” chiffres

 

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici