☰ Menu eFinancialCareers

SGCIB en mode recrutement… aussi en France

socgen HQ

Le siège de Société Générale à la Défense.

Une offre d’emploi de « trader quantitatif » à pourvoir en France chez SGCIB, c’est en soi un signe que les lignes du recrutement sont en train de bouger. Conquérante, Société Générale a communiqué il y a peu sur ces prévisions d’embauches en France pour 2015. Cela donnait 2.600 CDI, une hausse spectaculaire de 73% en un an qui profite largement aux jeunes diplômés. Ces prévisions mettent traditionnellement à l’honneur les activités de banque de détail tandis que la BFI reste sur le carreau. Mais ce sera peut-être un peu moins le cas cette année.

Si la cure d’austérité semble bel et bien finie dans les métiers de la BFI, les bureaux de La Défense sont-ils concernés par la nouvelle offensive que souhaite mener SGCIB ? Oui, si l’on en croît le site carrière de SGCIB : actuellement 95 CDI sont à pourvoir en France chez SGCIB sur ses 145 offres d’emploi publiées en Europe, et les 700 postes ouverts dans le monde.

Offensive de SGCIB

En fin de semaine dernière, c’est à Londres que les principaux responsables de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs (GBIS) ont détaillé les priorités stratégiques pour leur pôle d’ici à 2016.  « Nous ne voulons pas être premiers dans tous les métiers mais être leaders dans ce que nous savons faire », a tempéré Didier Valet, son directeur, repris par Reuters, avant de citer en exemple les activités de financement de ressources naturelles, les dérivés actions, les services de post-trading et la banque privée en Europe. Une volonté qui fait écho au nouveau plan stratégique du groupe, présenté en mai dernier, que nous vous avions alors décrypté.

Entre 2014 et 2016, le pôle vise une croissance de ses revenus de plus de 3% par an. Un objectif a priori ambitieux au regard de la dernière étude de Standard & Poor’s, qui, elle, anticipe une baisse moyenne des revenus dans ce secteur de 5% à 10% cette année par rapport à 2013, avant une stabilisation en 2015. Aussi, comment Société Générale compte-elle s’y prendre pour faire mentir les prévisions et dans quelle mesure cela va-t-il impacter les recrutements en France ?

Développer les activités de financement et de conseil

À l’aide d’infographies, la banque rouge et noir a résumé sa méthode. En allouant plus de ressources pour développer les activités de financement et de conseil, la banque espère pouvoir faire progresser ses revenus dans cette division de 8% en moyenne par an d’ici à 2016. Une enveloppe de 12,3 milliards d’euros supplémentaires d’engagements (pondérés des risques) a été débloqué. Il faudra bien cela pour remonter regagner le terrain perdu notamment en France. Le deuxième groupe bancaire français est passé de la 2e à la 6e place du classement Dealogic basé sur les revenus des banques d’investissement en France sur les 9 premiers mois de l’année.

Cette stratégie passe également par le renforcement des équipes. Sur son site carrières, la banque a publié diverses offres d’emploi en France dans les activités ciblées, dont un associate corporate finance, un VP M&A spécialiste du secteur des institutions financières, un chargé d’affaires (VP senior).

Les activités de marchés en « mode croissance »

À l’instar des activités financement et conseil, les activités de marchés doivent contribuer à 20% des revenus du groupe, selon les plans. « La période difficile est achevée, nous sommes maintenant en mode croissance », a relevé à Londres Dan Fields, le patron des activités de marchés, repris dans Les Echos.

Côté emploi, les professionnels du front-office devront naturellement se tourner vers l’international et les marchés clés pour SG (Etats-Unis, Allemagne, Asie) pour maximiser leurs chances, même si une poignée d’opportunités peuvent dorénavant être dénichées dans les métiers actions et sur les ETF (gérant, ingénieur produits structurés).

Les fonctions SI à l’honneur dans toutes les activités de GBIS

En revanche, ce sont plusieurs dizaines de postes en soutien au front office qui sont à pourvoir à Paris sur la partie Risques (chef de projet risques de marché, gestionnaires risques opérationnels, analyste risque de contrepartie, analyste risques de crédit senior, organisateur risques de marché…) et surtout sur les Systèmes d’Information (SI), qui proposent actuellement le plus d’offres (développeurs, ingénieurs études, architectes, maitrise d’ouvrage, gestion de projets, pilotage de la mie en œuvre de la stratégie…).

Ces profils viennent également en renfort du développement de la nouvelle ligne métier de Prime Services (trading pour le compte de hedge funds essentiellement), dans les activités dites “post-marché”. Activités sur lesquelles SocGen mise gros avec une croissance annuelle moyenne anticipée de 12% d’ici à 2016, en s’appuyant notamment sur l’acquisition de Newedge.

De même si l’on s’intéresse à la banque privée et de Lyxor en Europe, 4e pilier du plan de développement de GBIS, ce sont les fonctions SI que l’on retrouve à l’honneur. Un constat qui n’étonne guerre lorsque l’on sait que les fonctions IT constituent aujourd’hui, et de loin, la priorité des recrutements des grandes banques d’investissement. Enfin, toujours sur les fonctions support, SG n’en oublie pas pour autant les fonctions finance, contrôle et compliance (chargé d’études senior normes prudentielles, expert normes, fiscaliste au sein de la BFI, chef de projet comptable et réglementaire, analyste liquidité…).


LIRE AUSSI

Reprise des embauches en banque d’investissement et en gestion, pour qui exactement ?

Ces professionnels de la BFI que les recruteurs parisiens s’arrachent

« De nombreuses expertises intéressent les cabinets de conseil dans les services financiers ! »

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici