☰ Menu eFinancialCareers

Banque – finance : le recrutement des seniors en question

Le terme senior a beau être connoté positivement en finance, secteur qui valorise fortement l’expérience, le demandeur d’emploi âgé de 48 à 50 ans a généralement trois fois moins de chances qu’un candidat plus jeune d’obtenir un entretien d’embauche.

L’âge est devenu le premier facteur de discrimination de l’emploi en France, selon le baromètre établi par l’Observatoire des discriminations. La finance ne fait pas exception , assure-t-on du côté d’Atout Senior, un cabinet de recrutement spécialisé dans l’emploi des seniors. Les prétentions de salaires constituent l’un des principaux freins, disent tout bas les recruteurs. Argument justifié ? Beaucoup en doutent.

Une embellie vient en tout cas d’être constatée par l’Association nationale des DRH et Inergie Opinion. Selon leur étude 2008, deux tiers des entreprises sondées déclarent avoir embauché des quinquas sur les 12 derniers mois contre 49 % en 2005. Près d’une entreprise sur cinq a mis en place une politique globale intégrant la problématique de gestion des carrières des plus de 50 ans , constate l’étude. Un début de prise de conscience ?

Les besoins, eux, sont bien réels : un tiers des salariés du secteur bancaire sont aujourd’hui âgés de plus de 50 ans, et les départs massifs en retraite des enfants du baby-boom vont précipiter le recours aux personnels qualifiés. Grâce à leur réseau, ces derniers font souvent d’excellents apporteurs d’affaires. Les seniors sont efficaces, dynamiques et matures dans leur fonction. Ils se révèlent être, également, d’excellents tuteurs , renchérit Thomas Trapenard, responsable chez Atout Senior. Sera-t-il entendu par les recruteurs ?

Pensez-vous que des mesures pénalisantes financièrement pour les entreprises récalcitrantes , comme le suggère le ministre du Travail, Xavier Bertrand, aideront l’emploi des seniors, notamment en finance ?

commentaires (7)

Comments
  1. “des mesures penalisantes financierement pour les entreprises recalcitrantes”, la belle blague. Du vrai langage de politicien.
    De toute facon, le temps que la premiere commission rende son rapport sur la legalite de la chose, qu’une autre se charge d’une consultation pour determiner le montant des amendes, et que des sous-commissions amendent tout ca, etc ; les medias auront eu tout le temps de passer a autre chose et le ministre de suivre le flot et de ranger tranquillement le tout au fond d’un tiroir.

  2. Si il y a bien un secteur ou le problème de l’emploi des seniors ne se pose pas c’est bien la finance. Vous le dites vous même en début d’article.
    Dans ces métiers a forte valeur intellectuelle ajoutée, on aime les gens expérimentés qui connaissent leur job. Ils coutent certes plus cher mais sont plus rentables
    Encore plus en temps difficile, on a besoin de gens compétents et qui ont prouve leurs qualités, plutôt que des jeunes ambitieux qu’il faut encore former. Ce n’est pas un senior qui aurait perdu 5 milliards!

  3. En tout cas, quand BNP et Calyon sont venus faire leur marche a la SoGe, c’est pas les juniors qu’ils sont venus chercher!

    Et les reductions d’effectifs c’etait surtout la non-embauche de nous, les stagiaires!

  4. Pénalisons, pénalisons … il en restera toujours qque chose, comme la mise au terme amiable du contrat de travail (cf nouveau dispositif) avant le seuil d’application de la mesure.
    Faut pas rêver : quand l’employeur a besoin d’une qualification il l’a prend là où il la trouve (senior ou pas) et regarde si la VA dégagée par le senior est supérieure au salaire (forcément élevé !) du senior.
    Pas plus compliqué que ça le management des seniors.

  5. Senior de quoi parle t”on ? Dans la finance de marché aprés 40 ans on est déjà senior et bon à jeter. Même avec de trés bons résultats!
    Pyramide des âges oblige. C’est ce que j’ai vécu avec 4 autres collègues….à quelques mois d’intervalle

  6. La question soulève différentes problématiques selon le niveau d’analyse.
    On manque de toute façon d’éléments pour répondre de manière catégorique et les avis de chacun sont autant de cas particuliers inspirés de leur expérience individuelle.
    Il est évident que la qualité des liens sociaux à l’échelle nationale passe par l’équilibre des ages dans l’emploi des actifs ; et que la pyramide d’ages d’une entreprise (des entreprises dans leur ensemble) devrait refléter celle de la société toute entière si l’on souhaite globalement un équilibre.
    L’emploi des seniors pose vraisemblablement un problème puisqu’il préoccupe le gouvernement. Il dispose des chiffres et je pars du principe que ces chiffres l’inquiètent.

  7. bonjour à tous,

    il ne faut pas se leurrer.

    une banque préférera tjs embaucher un jeune diplomé inexpérimenté qu’elle pourra former à sa main et qu’elle pourra sous-payée à la différence d’un quadra qui lui n’aura plus grang chose à apprendre et à prouver.

    quand en plus , ce sont les anciens qui doivent former les jeunes pour leur apprendre le boulot ,ca fout vraiment les boules.

    quand aux mesures étatiques sur l’emploi des seniors, je doute fort que cela soit vraiment entendu par les institutions financières, j’en ai fait en 7 ans 1/2 5 foix l’expérience dans de grandes maisons de la place.

    que faut-il vraiment en penser?
    bonne journée à tous et à toutes et bonnes recherches!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici