☰ Menu eFinancialCareers

Lazard aux petits soins pour ses employés

Les mauvais résultats de Lazard sur l’année 2009 ne rimeront pas avec bonus en berne. Une fois n’est pas coutume, les salariés se verront même généreusement récompensés après que la banque d’affaires franco-américaine a enregistré 130 millions de dollars de perte contre un bénéfice de 37,9 millions d’euros à la même époque l’an passé.

Les résultats de Lazard ont souffert d’importantes charges spéciales de rémunération et de changements dans sa politique de rémunération, a expliqué la banque dans son communiqué.

Le décès de Bruce Wasserstein, figure incontournable de Wall Street, a occasionné 86,5 millions de dollars de dépenses liées à des rémunérations en actions antérieures. Parallèlement, les charges de rémunérations de la banque ont pratiquement triplé au quatrième trimestre à 615,5 millions de dollars contre 221,9 millions un an plus tôt. La part de la charge salariale par rapport aux revenus atteint un chiffre comme l’on en voit plus aujourd’hui : 65,9% (soit 1,060 million de dollars), alors que la plupart des ratios des banques anglo-saxonnes se situent autour de 40% contre 50 à 60% dans le passé.

Le debt advisory, star de 2009

Contrairement à la plupart des banques qui ont différé une large partie des bonus, Lazard ne paiera pas non seulement bien mais vite. Lazard a en effet éliminé les paiements en numéraires différés et a augmenté en contrepartie la part cash non-différé et les paiements en titres différés. La banque a aussi accéléré le paiement de la part cash différé de l’année précédente. Sans aucun doute, le type de politique que menons nous permet d’être compétitif quand il s’agit d’attirer et de retenir les talents, a déclaré le nouveau PDG, Kenneth Jacobs, au FT.

Les professionnels du conseil en restructuration devraient être particulièrement chouchoutés alors que les revenus dans cette activité ont progressé de 216% au cours de l’exercice, à 376 millions de dollars. Le nouveau tandem François Guichot-Pérère et Geoffroi de Saint Chamas, co-responsables du debt advisory en France, ne regrette certainement pas RBS, qu’ils avaient quitté en janvier 2009, alors qu’ils étaient co-responsables des financements à effet de levier en France.

2.200 employés sur le carreau

La gestion d’actifs, dont les revenus ont augmenté de 63% sur un an, ne sera pas en reste. Seuls les revenus de M&A sont en berne avec une diminution de 12% en 2009. Le directeur financier, Mike Castellano, a toutefois confiance dans le rebond de l’activité. Nous avons tous le sentiment que 2010 s’annonce beaucoup mieux que 2009 ne s’annonçait l’an dernier à cette époque, a-t-il précisé.

Tenté de rejoindre Lazard? Vous avez raté le coche. Mike Castellano a même précisé que le groupe réduisait ses effectifs pour les ramener à un niveau proche de celui de 2006, soit 10% des effectifs du groupe, quelque 2.200 employés. Les coupes ont surtout eu lieu dans dans les activités de back-office et les activités à faible croissance (alphaville.ft.com).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici