☰ Menu eFinancialCareers

MBA : quels débouchés dans un secteur bancaire en crise ?

Près de 40 % des étudiants en MBA sont recrutés dans les services financiers. Si ces quatre dernières années, la demande a été forte (en progression de 23 % par an), qu’en est-il aujourd’hui ?

Pour 2008, la plupart des recrutements de stagiaires MBA ont été effectués en janvier , explique Sandra Schwarzer, directrice du département Career Services à l’Insead.

Toutes les banques sont venues sur notre campus et ont recruté un nombre de candidats similaire à l’an dernier, rassure, de son côté, Diane Morgan qui occupe les mêmes fonctions à la London Business School. Plusieurs banques, qui ont fait l’erreur de réduire fortement les effectifs en 2002, ont connu une pénurie de talents quand le marché est remonté. Si bien qu’elles s’y reprennent désormais à deux fois avant de se séparer d’un MBA et de couper le robinet des recrutements.

Dans les allées du salon World MBA Tour organisé le 22 octobre à Paris, certains reconnaissaient cependant qu’il sera plus difficile de placer les petits nouveaux, d’autant plus que des établissements comme Bank of America, Citigroup ou Merrill Lynch ont boudé certains campus, trop occupés à gérer la crise. Les perspectives à long terme restent néanmoins prometteuses, de l’avis des professionnels. Nous recrutons des MBA pour former de futurs dirigeants, avec une vraie valeur ajoutée, une expérience internationale, des réseaux… , note Dee Clark, responsable du recrutement chez Goldman Sachs à Londres.

Peu de MBA dans les banques françaises

Dans les pays anglo-saxons, le MBA est souvent un passage obligé en management. Rien de tel dans l’Hexagone où les grandes banques françaises se montrent peu loquaces sur le recrutement de profils MBA. Il faut dire qu’elles en emploient très peu, si l’on en croit un porte-parole de la Société Générale. Il arrive néanmoins que certains salariés déjà en place effectuent un MBA. Un scénario que l’on retrouve également chez les assureurs, comme l’illustre l’expérience de Marc Banget, ingénieur en informatique chez Axa, qui a été soutenu dans sa démarche par son employeur, et nommé responsable de l’équipe support après son cursus à la Reims Management School.

L’assurance justement, tout comme le private equity, les hedge funds, le consulting ou les départements finance des grandes compagnies telles Novartis, Siemens ou Google, sont autant de secteurs qui profitent des difficultés des banques pour attirer des profils MBA.

À noter que les ingénieurs représentent jusqu’à 50 % des effectifs des MBA. Et s’il convient de s’organiser pour gérer le rythme soutenu des cours d’un MBA avec son travail quotidien, le jeu en vaut la chandelle : dans le secteur bancaire, un MBA touche en moyenne 75 k€ contre 53 k€ pour un diplômé avec quatre ans d’expérience, selon une étude salariale internationale menée par QS TopMBA.com.

commentaires (2)

Comments
  1. Article complètement deconnecté de la réalité et vraisemblablement écrit par le département carrière d’un MBA (ou alors d’un auteur qui n’a pas pris la peine de vérifier indépendamment les informations)
    Les chiffres pour les recrutements désignent vraisemblablement ceux qui ont été réalisés l’an dernier, pas ceux de cette année.
    Et pour info le private equity et les hedge funds ne sont pas en mode recrutement en ce moment, plutôt en mode downsizing…

  2. … Et que dire des MBA à 7000€?
    Que dire des étudiant en double compétence qui choisissent le MBA pour valoriser un profil, s’ils ne sont pas ingénieur ou juriste, que dire de celà?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici