☰ Menu eFinancialCareers

Quel courtier français planifie 250 embauches ?

Quand l’on évoque les réformes en gestation sur les dérivés OTC, on pense standardisation, disparition de plusieurs centaines d’emplois dans la structuration et la vente de produits dérivés sur-mesure, sans oublier les emplois relatifs à la documentation juridique de ces produits, que le projet d’un système de compensation centralisé met clairement à mal.

250 embauches en front-office

Le Financial News a pourtant réussi à trouver un acteur qui envisage de renforcer ses équipes en vue des nouvelles réglementations.

Newedge, détenu à 50/50 par Crédit Agricole et Société Générale, affirme ainsi vouloir embaucher 250 personnes d’ici à 2012, selon le journal.

Issu de l’alliance entre Fimat et Calyon Financial début 2008, le courtier français qui doit basculer en juillet vers une nouvelle organisation par lignes de métier, serait actuellement en train de recruter 57 personnes, si l’on en croit la section carrières de son site web. 26 de ces offres d’emploi sont basés sur le continent américain, même chiffre pour la zone Asie-pacifique, et seulement 3 à Paris et 2 à Londres.

Nouvelles opportunités pour ce spécialiste des produits dérivés listés

Un porte-parole nous a confirmé que le plan d’embauches est mondial et qu’il concernait surtout des postes en front-office. Un des axes important de développement est le prime brokerage aux Etats-Unis.

Le courtier compte au total 3.000 professionnels dans 17 pays, dont 1.250 personnes en front-office. 250 embauches est l’objectif que l’on vise. Cependant, à ce stade, le plan n’est pas entièrement défini, a-t-il ajouté.

Newedge croit en en son cceur de métier qu’est le courtage de produits dérivés listés. Patrice Blanc, son directeur général, est persuadé que les projets de régulation européenne et américaine concernant les produits dérivés traités de gré à gré vont créer des opportunités pour Newedge, permettant à cette dernière de prendre part au gigantesque marché des swaps de taux, évalué à 345 trillions d’euros.

L’exception qui confirme la règle

Le plan de recrutement de Newedge pourrrait toutefois être l’exception qui confirme la règle. Patrick Clancy, associé en charge du marché britannique des dérivés chez Shearman & Sterling pense que la standardisation conduira vers des suppressions d’emploi.

Même constat chez Ralph Silva, analyste chez TowerGroup : Ce projet de developpement ne va pas véritablement augmenter le nombre d’emplois dans le secteur, il va seulement compenser les emplois qui sont appelés à disparaître ailleurs.

commentaires (1)

Comments
  1. Comme d’habitude…3 embauches à Paris….merci Newedge de promouvoir la place de Paris!!!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici