☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : À quoi s’attendre en cas de licenciement ?

On a tous entendu ce genre d’histoires : quelqu’un qui apprend son licenciement suite à un retour automatique d’email précisant que le destinataire ne travaille plus dans l’entreprise, ou bien celui qui se voit refuser l’accès au parking de sa banque sous prétexte qu’il a quitté la société.

Mais que se passe-t-il réellement lorsque votre employeur vous annonce qu’il n’a plus besoin de vos services ?

Les licenciements arrivent rarement de façon subite. Pour autant, l’effet de surprise est toujours bien là. Typiquement, les sociétés avertissent d’abord qu’elles ont besoin de réduire leurs coûts et, quelques semaines plus tard, les réunions peuvent commencer.

Votre patron, qui est forcément impliqué dans la décision de vous licencier, devrait avoir le courage et la décence de vous délivrer le message lui-même. Difficile de trouver pire qu’un manager qui esquive et passe le fardeau à un responsable RH qui ne vous a jamais vu avant le jour de votre gardening leave*.

Admettons que votre boss soit présent, vous trouverez probablement surréaliste le fait d’être assis là dans son bureau, encadré d’un professionnel des RH. Le tout suivant un scénario bien rodé. Votre patron (qui peut également être l’un de vos anciens amis) a idéalement été formé ou coaché pour délivrer un tel message. Si tel est le cas, vous ne devriez pas entendre le mot désolé . Dans le cas contraire, le mot peut être lâché, de même que des formules comme cela m’affecte autant que toi ou je sais exactement ce que tu ressens qui, même si elles partent d’une bonne intention, semblent très hypocrites.

Suite à cette réunion, votre société est censée suivre un plan bien défini. Malheureusement, le processus d’ensemble visant à licencier quelqu’un relève de plus en plus, à tort ou à raison, d’un véritable exercice de risk management. Vos codes d’accès pourraient donc être immédiatement désactivés et, en fonction de votre poste, on pourra même exiger de vous que vous ne retourniez pas à votre bureau.

Dès lors, vous pouvez entrer dans une période dite de consultation, durant laquelle vous serez mis en gardening leave*, tandis qu’on essaiera de vous trouver un nouveau job en interne. Ne vous attendez pas à ce que les RH fassent le gros du travail : ils seront probablement surbookés. Soyez proactif : la réalité est que vous pourriez bien vous trouver un poste vous-même, auquel personne n’a pensé.

Si à la fin de la période de consultation, aucun poste de remplacement satisfaisant n’a été trouvé, vous devrez compter sur la chance d’être introduit dans une cellule de reclassement capable de vous fournir une aide personnelle et des conseils pour vous aider à rebondir.

Pendant le processus, restez optimiste. Sollicitez votre réseau un peu partout, et engagez des conversations en affichant votre bonne humeur et votre esprit d’ouverture. Les autres seront soulagés de vous voir aussi positif. Non seulement vos anciens collègues se sentiront moins coupables d’être toujours en poste, mais vous découvrirez également que votre enthousiasme fera grossir le club de vos supporters, qui deviendra encore plus efficace pour vous aider à retrouver un emploi.

Attendre que l’orage passe sans un sourire ne fera pas revenir le soleil.

Philip Beddows est associé dans la société de conseil en recrutement IDDAS.

* Dans le droit du travail britannique, le garden leave (ou gardening leave) désigne la pratique visant à prévenir un employé sur le départ de travailler pendant sa période de préavis. Celui-ci continue d’être payé et d’avoir des obligations vis-à-vis de son employeur mais reste à la maison. Et cela dans le but d’éviter les fuites d’information vers la concurrence, le débauchage d’employés ou encore le vol de clients.

commentaires (2)

Comments
  1. Quid, si, autour de cette période, on trouve soit-même un autre poste en interne (grâce à une démarche proactive) et que la direction et les RH n’en font aucun cas et poursuivent votre licenciement ?

  2. Ne pas chercher plus loin : “Vous êtes le maillon faible…!”

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici