☰ Menu eFinancialCareers

Quelques obstacles supplémentaires en vue pour les candidats étrangers à la recherche d’un emploi en finance

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant veut réduire l’immigration légale liée au travail. Choses dites (au printemps) et bientôt faites : la liste des métiers ouverts aux étrangers non ressortissants de l’Union européenne passerait de 30 à 15, selon Les Echos, dont le Parisien présente le détail dans son édition du mardi 26 juillet.

Les préfets auraient, pour la première fois, la possibilité de réduire encore cette liste, si cela se justifie pour leur région.

IT et Assurance concernés

Verdict ? Les cadres de l’audit et du contrôle comptable sont saufs. En revanche, le poste de responsable d’exploitation en assurances qui travaille avec les agents généraux disparaît de la liste. Les métiers informatiques seraient, avec le secteur du BTP, les plus entaillés. Seule la fonction d’ingénieur production et exploitation des systèmes d’information a été retenue.

Voilà qui risque de compliquer l’affaire des SSII et des compagnies d’assurance, qui ont de forts besoins de main d’ceuvre pour des raisons de pyramide des âges, de turnover, de manque d’attractivité…

L’objectif fixé par le gouvernement est de réduire de moitié, dès cette année, les autorisations de séjour délivrées au titre du travail, qui s’élevaient à environ 20.000 en 2010, dont 80 % sont en réalité des changements de statuts de personnes déjà présentes sur le territoire, précise le quotidien économique.

Paradoxe

Dans un climat un peu moins accueillant, les jeunes étrangers qui viennent de plus en plus nombreux se former en France auront de leur côté quelques soucis supplémentaires pour s’intégrer au marché de l’emploi.

Et cela pourrait potentiellement se compliquer dans la mesure où la conférence des Grandes Ecoles a récemment manifesté sa volonté de tripler le nombre d’étudiants étrangers d’ici à 10 ans, pour les porter à 750.000 contre 278.000 aujourd’hui. Les étudiants étrangers sont motivés pour rester sur la place parisienne, attirés par la qualité de vie. Parmi les pays d’origine de ces étudiants : le Liban, le Maroc et la Chine, avait déclaré Robin Rivaton, président du Club Finance Paris, à l’occasion d’une table ronde organisée par eFinancialCareers en mai.

Réduire l’immigration et le chômage

Pour la Direction générale de l’emploi (DGEFP), cette nouvelle liste consiste surtout à se se focaliser sur les métiers les plus qualifiés ou les plus spécifiques, correspondant à des besoins significatifs de main d’oeuvre impossibles à pourvoir à court terme avec des travailleurs déjà en France. Pour le reste, on compte sur la formation des chômeurs pour combler les manques.

Le nouveau projet d’arrêté, qui amende un arrêté de 2008, aurait été envoyé aux syndicats pour consultation. La CGT et la CFDT nous confiaient cependant hier soir ne pas l’avoir encore reçu. Le ministère aimerait avancer vite sur ce dossier, idéalement d’ici à la fin de l’été.

commentaires (24)

Comments
  1. a coté de ça, les jeunes français que l’on forme (plutôt bien voire très bien) en France ne pensent qu’à une chose : aller trouver un job à l’étranger…

  2. en catimini, pendant l’été, pour éviter tout débat.. je trouve la méthode franchement limite, sans parler du fond tout aussi discutable…

  3. 20 000 visa par an ? Sur combien de français ? Ah oui … 66 Millions … C’est ce que j’appelle une urgence dans le contexte économique actuel !

    Précisions : “Pour le reste, on compte sur la formation des chômeurs FRANCAIS pour combler les manques.”

  4. Il y a près de 10% de chomeurs officiel, plus si on compte toutes les catégories et sans compter les emplois précaires. Non seulement il y avait urgence et ça aurait du être fait beaucoup plus tôt.

    Au lieu de penser à vous, pensez à tout ceux qui sont en recherche de job et qui ne trouvent pas parce qu’une boite aura préféré aller chercher quelqu’un d’autre payé une misère à l’étranger.

    A lire pour les curieux:
    http://munci.org/Les-difficultes-de-recrutement-en-informatique-et-la-penurie-d-informaticiens-entre-mythe-et-realites

  5. Je voudrais juste faire remarquer que les travailleurs étrangers dont on parle sont ceux éssentiellement venu d’Afrique. J’en fait partie. Mais, n’oublions pas pendant toutes la durée de nos études, (3 à 5 ans), nous contribuons un peu quand mème à l’économie des villes dans lesqueles on étudie, et la majorité de l’argent qu’on dépense pendant les études provient de l’étranger( de nos parents). Tous les pays au monde ont des secteurs ou ils ont besoin de la main d’ouvre étrangère. Avec toutes ces opressions sur les étrangers qualifiés, la France finira par ne plus en former beaucoup à l’avenir. La qualité de l’enseignement faisant partie d’une des meilleures au monde quand-mème.

  6. C’est de la démagogie la plus parfaite de la part de notre cher ministre en période pré-électoral. Je vous assure que si votre patron est content il vous embauchera sans aucun problème après votre stage de fin d’études ou même dans une PME peut être à un niveau de salaire moins élévé au tout départ mais vous reviendrez au prix de marché!!!!
    Bon courage à tous,

  7. 1- Déjà il faudrait être pris en stage! Ce qui n’est pas évident vu là aussi la concurrence entre écoles, universités ou juste entre étudiants d’une même formation.
    2- un stage ne débouche pas forcèment sur une embauche. Quand c’est la crise, c’est la crise. Les budgets sont gelés.
    3-le prix du marché évolue à la hausse…comme à la baisse. Or, c’est justement parce que des étrangers sont prêts à travailler pour 10-20% de moins que les salaires n’augmentent pas et diminuent même.
    4- il est démagogique de dire que c’est démagogique sans éléments pour prouver le contraire.
    5- lorsque les métiers de la finance pure et non l’IT seront concernés par la concurrence venue du tiers monde on en reparlera de ce qui est démagogique ou non.

  8. Mon cher Kris,
    je suis bien placé pour le savoir étant moi même étranger.
    Je suis étranger, je ne sombre pas dans le misérabilisme auquel on veut nous attacher. Je suis étranger et oui je gagne correctement ma vie en France.
    Si tu n’es même pas prêt à avoir un stage, il faut se poser des questions ( je ne parle de du stage de tes rêves)
    Le stage ne débouche pas forcément sur une embauche mais vous rend employable aux yeux des recruteurs ce qui vous permet de vous relancer.
    Les étrangers acceptent 10 ou 20% de moins pour avoir leur carte de travail et changeront d’employeur pour gagner plus. Personne n’est mariée avec son entreprise.
    La concurrence venue du tiers monde çà me fait doucement rire, ce qui compte ce sont les compétences des gens. Quel que soit son origine en finance pure en sortant d’une bonne formation, tu t’en sortira. De plus, il n y a pas que la finance pure pour trouver sa voie.

    Je vous conseille un peu d’optimisme dans cette période!!
    Un étranger devenu français depuis peu!!!

  9. “une boite aura préféré aller chercher quelqu’un d’autre payé une misère à l’étranger” Quelle belle vision de l’étranger.
    80% des personnes bénéficiant d’un titre de travail sont déjà installés en France en tant qu’étudiant ou un autre statut. ils ne sont pas prêts à avoir un salaire de misère çà je vous l’assure hormis durant le période d’obtention de la carte de travail je vous l’accorde.
    Bon courage à vous Kris avec une vision bien lointaine de la réalité!!!!

  10. @ Kris.
    A vous entendre on se croirait dans les métiers ouvriers, qui diffèrent, permettez moi, quelques peu de la finance.
    A chacun sa compétence et a chacun des capacités. Il n’y a aucun vol de poste par ses “nombreux” (20 000) étrangers. Les recruteurs et patrons sont loins d’être tous ignorants et ne cherchent pas tous le gain de quelques centaines d’euros pour cause de “crise”. Vache maigre certes mais l’efficacité avant tout mon cher! Sans cela où trouver de la croissance et du développement, donc du chiffre in fine??? Seuls ceux qui en veulent, donc ceux réellement motivés feront la différence. Ou tt simplement ceux qui dégagent un minimum d’ intelligence.
    Bien à vous.

  11. Pas très malin comme mesure. Non seulement ça va faire baisser le nombre d’étudiants étrangers dans l’IT alors que la France manque de ressources dans ce domaine, mais ça va augmenter l’outsourcing Offshore. On pourrait penser que ce genre de mesure s’apparente plus à une forme de racisme déguisé.

  12. A Kris (4ème commentaire)
    Je ne m’emploierai pas à argumenter ou a induire des subtilités quand on voit le niveau intellectuel de l’intervention….Une seule chose, c’est à cause de gens comme Kris que la France est en déclin. Pessimisme , faible esprit critique et animosité…Kris mais d’où tu débarques pour dire qu’en finance des gens venus de l’étranger travaillent pour une misère. Un étranger n’a aucune dignité, il est prêt à travailler pour deux sous, c’est bien cela ?. Sais-tu combien coûtent les frais de scolarité en école de commerce avant d’avancer cela ? Crois-tu que que quelqu’un qui paye 10 000e de frais de scolarité par an sera prêt à travailler pour une “misère” ?

    Et puis je déteste ce concept d’étranger comme si celui qui prononçait ce mot était au centre du monde. Londres n’est elle pas bondée de financiers français ? Qui s’en plaint ? Tu aurais été britannique aurais-tu aussi pesté contre ces Français qui travaillent pour “une misère” et qui te volent ton emploi ? Ton argumentaire relève de la morale des faibles, de ceux qui érigent des barrières de peur d’être envahis…Que l’être humain peut-être parfois limité! Bcp de révulsion à la lecture de ton msg…

  13. @Anonyme1:
    1- Je ne recherche pas de stage. Mais qui a dit que j’en cherchais un? Pourquoi ramener ce que je dis à moi?

    2- Les stages sont obligatoires pour obtenir un diplôme. C’est de l’exploitation pure et dure de main d’oeuvre qualifiée.

    3- puisque vous etes d’accord pour dire qu’un etranger est pret à travailler pour 10- 20% de moins, c’est donc que vous etes d’accord avec moi pour dire que ca tire les salaires vers le bas

    4- pour qui est ce que ça compte les competences des gens? pour le patron tres certainement. Mais, pour la France qui finance les études(donc fait une sorte d’investissement), qui doit indemniser les chomeurs (le cout social) et le pays d’origine de cet étranger qui se trouver privé d’une telle ressource ou pour la personne qui se retrouve en situation difficile ça n’a aucune importance! On ne parle pas de prix nobels.

    5- Si je parle de finance “pure”, c’est pour prendre l’exemple de métiers qui ne sont pas concernés par cet article (puisqu’il n’est question que de l’IT finance) et pour faire comprendre aux lecteurs ici présent que le jour qu’ils verront des tas de postes leur passer sous le nez parce qu’ils sont mis en concurrence directe par

  14. @anonyme2:
    Il ne faut pas voir que le salaire. Il faut voir aussi et surtout l’offre et la demande. C’est la loi du marché puisque l’on parle entre “financiers”. Plus il y a de demandeurs et plus les demandeurs doivent se “pricer” moins cher.

  15. @Lise:
    Je parle d’expériences là. En dehors d’un besoin très précis pour une compétence rare, un recruteur est loin de vouloir l’efficacité car tout le monde se vaut plus ou moins et il n’est pas possible de l’estimer “a priori”. Ce qui va donc compter “in fine” c’est le tarif journalier. C’est valable en finance et ailleurs.

    Comme dit plus haut le taux de chomage en IT c’est près de 6%. Voir le lien indiqué plus haut:
    http://munci.org/Les-difficultes-de-recrutement-en-informatique-et-la-penurie-d-informaticiens-entre-mythe-et-realites
    Des gens compétents ce n’est pas ça qui manque. Il n’y a donc pas besoin d’aller voir ailleurs.

  16. @Jean:
    Il ne manque absolument personne en IT en France. Voir un de mes liens précédents. On est très loin du plein emploi et la tendance est plutôt à la suppression dans les années à venir. Que ce soit à cause des avancées technologiques ( type cloud) ou la rationalisation des coutés ( développement des GIE), l’emploi en IT disparait.

    Quand à dire que ça va développer l’outsourcing, c’est le parfait exemple de la délocalisation des emplois en cours depuis des années! Merci d’avoir rappelé que l’offshore avait détruit de l’emploi et donc que la France ne manquait pas de ressources.

  17. @saad:
    On peut pas dire que votre exemple montre la sérénité, l’ouverture et justement l’esprit critique. Sans doute parce que vous vous sentez visé je présume? Etrangère comme les autres intervenants avant? Beaucoup d’objectivité donc.

    Je ne vais pas reprendre mon argumentaire puisque visiblement c’est peine perdue. Mais pour préciser, j’aurais été britannique je me serais plains de la même manière. Les britanniques sont pas mieux, ils ne voient pas d’un bon oeil les français tout comme sur les autres places dans le monde d’ailleurs. C’est “naturel” et ça fait parti de la règle du jeu que toute le monde connait.

  18. @krikri
    “Mais, pour la France qui finance les études(donc fait une sorte d’investissement)”

    Peux tu préciser, ayant fais une sup de co avec un financement perso j’hallucine de lire ce genre de propos mais peut être que je me trompe.
    Et puis franchement comme ca été déjà dit, un étranger dans la finance accepte au départ un salaire légèrement bas pour son changement de statut (et il reste 6 mois s’il est bon et un peu plus d’un an s’il est moyen, mais c’est pas une règle, c’est juste du vécu dans mon entourage).

    Apres étant donné qu’il est dans le marché son salaire il le négocie en fonction de ses compétences comme tout autre financier, alors quand on parle de salaire de misères ca ne prête qu’a sourire, la réalité est bien tout autre.

  19. A Kris

    N’usez pas de termes dont l’accès vous échappe. Ouverture, esprit critique ou objectivité sont le privilège de ceux qui ne se laissent pas guider par leurs bas instincts

    Il y a soixante ans des gens comme vous, se croyant menacés ont pointé L’Autre comme source de tous leurs maux. On sait à quoi cela a mené…Et c’était en Europe..

    Ce qui m’interpelle c’est plutôt VOTRE sérénité. Votre “raisonnement” est abject, et c’est la froideur dans lequel vous le déployez qui m’interpelle. C’est la froideur d’un esprit anesthésié.

    J’ai le sourire aux lèvres quand je lis qu’avoir été britannique n’aurait rien changé à vos propos. Vous avancez cela comme un gage de bonne foi tandis que ma démarche était plutôt de souligner l’ineptie de vos propos :)

    Par ailleurs il est intéressant de noter l’expression employée “me sentir visé” comme s’il y avait une menace. La pire menace est celle qui vous guette, celle d’un esprit défaillant et difforme. Un handicap lourd qui pour le coup n’a aucune nationalité :)
    Vous comprendrez donc que pour moi vous n’êtes ni français ni britannique….

    Le débat ne peut de toute façon rien contre l’obscurantisme d’un esprit perméable.

  20. Bonjour à tous,
    je sens que le débat est en train de déraper entre Kris et Saad.
    C’est facile pour les étrangers que nous sommes de donner des lecons de morale mais il faut essayer de s’élever sur ce point.
    Penses tu qu’un français à Casablanca, Tunis ou même Alger ne subira pas de l’exclusion ou même le racisme? Facile pour nous de dire que le racisme n’est que d’un côté.
    Moi qui suis nouvellement français et fier de l’être (Franco-Marocain) d’appartenir à un pays qui permet à tout le monde de s’en sortir quand on ne se plaint pas contrairement au Maroc pays que je connais bien au sein duquel si tu n’es pas le fils de tel ou tel tu n’aura aucune chance de t’en sortir.

    A nous étranger d’adhérer aux valeurs de notre nouveau pays d’intégration et d’éviter de partir en besogne en déclarant tel ou tel raciste parce qu’il a un commentaire plus nationaliste.

  21. @nicon: Je ne vais pas reparler de la loi de l’offre et de la demande pour une énieme fois donc j’en resterais là.

    Mais je vais parler des frais de scolarité. Certes les écoles de commerce sont payantes et n’ont rien à voir avec les universités mais une partie de ses coûts est pris en charge malgré tout par les départements et régions et indirectement par l’Etat avec les bourses et allocations diverses( APL par exemple).

    De plus, avant d’arriver dans votre école, vous êtes très certainement passer par une classe préparatoire et avant encore par une école publique ou même privé sous contrat. Or, il faut savoir que le coût moyen d’un élève dépend du niveau et qu’il est d’environ 8000 euros par an. Faites vos calculs pour quelqu’un .

    Ce n’est pas parce que c’est en apparence gratuit ou que vous avez l’impression de payer beaucoup que vous ne coutez rien. Ce n’est pas pour rien que le premier budget de dépense de l’Etat et des collectivités locales c’est l’education! Je vous renvois à Frédéric Bastiat puisque vous avez fait des études économiques: il y a ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas.

  22. A Anonyme 1

    Je crois rêver! Sous prétexte que racisme existe partout alors il faudrait s’en accomoder, laisser faire, accepter, parce qu’ailleurs c’est pire ?
    Je n’appelle pas ça s’élever mais courber l’échine.

    Tu parles d’adhérer aux valeurs de ton nouveau pays d’intégration.
    Si c’est celles du nationalisme alors je te les laisse.

    De plus tu opères une distinction entre racisme et nationalisme.
    J’espère ne rien t’apprendre en te disant que tout nationalisme porte en lui les germes du racisme. Je ne crois donc pas “partir en besogne”

    S’il te plaît de ne pas te dresser contre ça libre à toi mais ne prétends pas t’élever quand tu t’esquives. La réalité économique actuelle renforce la xénophobie. En bon français tu devrais t’en offusquer plutôt que de procéder à une comparaison par le bas avec ton pays d’origine. Ce n’est pas comme cela que l’on avance.

  23. C’est clairement un faux débat. Je souhaiterais que le Ministre de l’Intérieur tienne à disposition des français un chiffre net (français expatriés vs étrangers travaillant en France). Si tous les français de l’extérieur devaient revenir en France, je ne suis pas certain que le chômage soit plus faible ou qu’il n’y ait pas de pression à la baisse sur les salaires.

    Nous vivons dans une société “globalisée” et la concurrence est rude. La couleur ou la nationalité seule ne peuvent être des critères de recrutement. Si les sociétés françaises ne recrutent pas des étrangers en France, elles délocaliseront comme le font déjà certaines grandes SSII en Inde ou en Chine. Les sociétés sont également gagnantes du brassage culturelle.

    C’est une vraie question mais les réponses “politiques” ne font qu’induire la peur de l’autre alors que ce n’est guère la solution. Il est normalement que les politiques essaient de faire croire aux “nationaux” que les étrangers sont la cause de tous leurs maux. Mais à nous d’être plus malins. Ne personnalisons pas le débat !

    Peace.

  24. Vous prenez le problème à l’envers. C’est parce qu’il y a du chomage en France et des salaires faibles que les jeunes diplomes preferent s’en aller. Si d’autres pays veulent des étrangers c’est leur problème. C’est leur modèle économique.

    La société est globalisée mais il faut aussi penser au niveau des Etats et de leurs citoyens. Est ce que c’est bon pour eux? Non.

    Quand à parler de délocalisation, les SSII ou autres ne délocalisent pas pour cause de difficultés de recrutement mais bien pour baisser leur cout et s’affranchir des regles du travail: conges payes, heures par semaine,etc.

    Dire que les sociétés y gagnent par le brassage culturelle, aucune étude ne l’a jamais montré. Ce serait plutot l’inverse. Y a t il une avancée quand tout le monde est obligé de parler anglais parce qu’il y a un irlandais ou un indien qui ne sait pas parler un mot de français?

    Aucun politique n’induit la peur la dedans. C’est du pragmatisme que de vouloir réguler son immigration. Il faut voir quelle est la valeur ajoutée d’un étranger par rapport à un contexte donnée et très clairement en temps de crise, il n’y en a pas. La France a un an de retard par rapport à la Grande Bretagne.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici