☰ Menu eFinancialCareers

Lazard fait de la résistance

En pleine tempête, la banque d’affaires franco-américaine garde le cap. Et figure parmi les rares banques d’investissement à ne pas devoir annoncer de restructuration, ni de suppressions d’emplois. Presque un petit exploit aujourd’hui. Certes, les résultats ne sont pas brillants, mais les pertes affichées sont largement dues à des charges exceptionnelles, principalement le rachat de parts de son activité de gestion d’actifs qu’elle ne détenait pas encore (Les Échos).

Pour le reste, RAS : les activités de conseil en baisse de 29 % sur Q3, et celles de gestion d’actifs en baisse de 12 %. Un élève moyen en somme, compte tenu des circonstances (Reuters). Le P-DG Bruce Wasserstein s’est dit content . Il faut dire que le pipeline de deals est toujours bien rempli. Et le conseil en restructuration, sur lequel la banque se positionne clairement, est un filon porteur.

Nous croyons à notre modèle de maison indépendante, qui repose sur des banquiers seniors , a insisté Steeve Golub, vice-président de Lazard dans un communiqué. La banque a bien compris qu’elle pouvait tirer partie des difficultés de ses concurrentes en débauchant leurs talents. C’est ce qu’elle a fait tout récemment à Londres en allant chercher Alexis de Rosnay chez Lehman Brothers (L’agefi) ou lorsqu’elle a récupéré George Bilicic de KKR, 5 mois après son départ pour le fonds d’investissement (Financial News, abonnement).

D’autres recrutements pourraient suivre. Lazard est dans une situation idéale, car en position de force par rapport à des concurrents plus affaiblis qu’elle. Par contre, ça restera du cherry-picking ! Elle n’ira chercher que les meilleurs seniors. Pour le reste, en particulier sur l’asset management, c’est le calme plat , nous a indiqué un chasseur parisien.
La tâche ne se montre toutefois pas aisée : En France, Lazard n’est plus la Rolls Royce qu’elle était, elle a perdu beaucoup de son pouvoir d’attraction notamment au profit de Rothschild, ainsi qu’un certain nombre de ses talents , nous a commenté, également sous couvert d’anonymat, un autre headhunter, basé à Paris.

Sur les neuf premiers mois de l’année, Lazard occupe le 8e rang dans le classement sur le marché français des opérations de fusions-acquisitions annoncées, derrière JP Morgan (numéro 1), BNP Paribas, Rothschild, Citi, Ubs, Merrill et Calyon selon Thomson Reuters.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici