☰ Menu eFinancialCareers

Les femmes et la finance : un mauvais ménage ?

La place des femmes dans les instances dirigeantes des entreprises a refait surface dans l’agenda politique français (deux propositions de loi en faveur d’un quota de 40% dans les conseils d’administration sont en débat au Parlement).

La problématique, loin d’être balayée par la crise, est aussi montée en puissance auprès des recruteurs en finance, titillés peut-être par la boutade de la directrice générale de la Banque mondiale : Si Lehman Brothers avait été Lehman Sisters, on n’en serait pas là aujourd’hui ! .

eFinancialCareers a ainsi décidé d’organiser une table-ronde sur le sujet, qui s’est tenue le 30 mars à Paris. Des débats, nous avons retenu quelques interventions clés des six invitées :

LUCE GENDRY, Associé Gérant, Rothschild & Cie :

Dans les M&A, le vrai problème, c’est la vie de famille et les contraintes d’organisation que cela suppose : ce sont des métiers où l’on ne sait jamais ce qui nous attend le week-end. Personnellement, je suis arrivée en banque d’affaires vers 40 ans, ce qui est beaucoup plus supportable qu’à 30 ans lorsque l’on est enceinte avec deux enfants en bas âge.

Le rapport des femmes à l’argent est plutôt détaché : peu d’entre elles rêvent de faire fortune. Il faut donc faire en sorte qu’elles soient plus motivées et qu’elles s’impliquent davantage dans leur carrière professionnelle.

VALÉRIE PILCER, Directeur des Risques et de la Conformité, Oddo & Cie :

Ce n’est pas en début de carrière que les problèmes surgissent, mais ensuite, surtout au moment du congé maternité. Il ne faut pas cependant que les femmes s’autolimitent : grâce aux Smartphones et au travail à distance, elles peuvent s’organiser pour rester en contact.

Pour la gestion des risques comme pour d’autres activités, la mixité est un élément clé, par l’échange de points de vue différents. Ce n’est pas seulement un enjeu RH mais aussi un enjeu business. Il pourrait être considéré comme un critère d’appréciation d’un dispositif de contrôle à part entière pour les régulateurs et les agences de notation.



ELISABETH KARAKO, Responsable de la Diversité, Groupe BNP Paribas :

Chez BNP Paribas, nous invitions parfois de jeunes étudiantes à venir découvrir nos métiers de salle de marché. C’est une activité pour laquelle nous recrutons beaucoup d’ingénieurs. Or, les femmes qui sont dans des écoles d’ingénieurs ont tendance à intégrer des sociétés industrielles plutôt que des banques. De plus, l’atmosphère dans les salles de marché leur semble parfois trop rude.

L’association BNP Paribas MixCity organise régulièrement des mix-morning, petits déjeuners qui font se rencontrer des femmes de l’Association et des membres de Comex ou de Comités de direction pour les sensibiliser à la place des femmes dans l’entreprise.



DIANE SEGALEN, Vice Chairman, CTPartners :

Lors d’un entretien, il est rare qu’une femme demande combien un poste est payé. Chez un homme, la question arrive généralement au bout de 10 minutes.

Les entreprises qui n’investissent pas dans la diversité reculent : j’ai par exemple un client qui en 2006 comptait parmi les cadres dirigeants du groupe 20% de femmes et n’en compte plus aujourd’hui que 9%.



MARIE-JO ZIMMERMANN, Député UMP, Présidente de la Délégation aux droits des femmes à l’Assemblée nationale :

Les études visant à démontrer que la présence de femmes ont un impact positif sur la performance sont fondamentales

Si l’on se contentait d’appliquer les lois qui existent, il y aurait moins de difficultés


ELISABETH FERRO-VALLÉ, Auteure de l’ouvrage Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes : comprendre et agir , Afnor Editions, 2009 :

Intégrer les congés maternité est plus prévisible que les accidents de ski !

Promouvoir l’égalité professionnelle Femmes-Hommes relève d’une stratégie de développement bénéfique tant pour les salariés que pour les employeurs.

Temps de travail partagé, travail à distance : toutes les pistes sont bonnes à condition de bien peser les avantages et les inconvénients.


Pour lire la synthèse de la table-ronde, cliquez ICI.

commentaires (14)

Comments
  1. C’est vrai qu’une femme qui fait de la finance n’a plus le temps de faire le ménage. Les femmes et la finance, un mauvais ménage. C’est sur.

  2. Ah, ah, ah… Tu t’es donné beaucoup de mal Bob pour trouver ce jeu de mots super lourd??

    Ce qui est surtout sur, c’est qu’en lisant des commentaires comme ça, on voit qu’il y a encore beaucoup de boulot de sensibilisation à faire… Tellement que les femmes vont vite perdre patience et les quotas seront mis en place plus vite que tu ne l’aurais imaginé.

    C’est bête, tu te feras grillé la place par des nanas. Et là, ça risque de te faire tout drôle d’un coup d’être mis dans leur position :)) Tu feras peut-être moins le malin

  3. Rachel, t’es du genre à courir, non ? Visiblement, tu crois que je suis sérieux, que je reste à sensibiliser. Ben désolé, mais je préfère en rire, surtout quand la personne qui a écrit cet article tend une perche pareil.

  4. Je ne sais pas si ça fait bon ménage, mais les femmes font de bien meilleurs managers en général, du moins celle qui ne font pas un complexe d’infériorité ou se sentent obligées de jouer au tyran pour se mettre au niveau des hommes. Hors c’est souvent le cas dans l’univers particulièrement rude de la Finance.

    Je note aussi beaucoup d’hypocrisie dans les banques, et surtout en salle de marché ou on demande aux femmes un peu trop jolies de se couvrir pour ne pas perturber les autres trader Hommes.

    Bref c’est comme tout, on interroge on fait des sondages, on publie des déclarations de bonnes intentions mais au final, on ne fait absolument rien de concret.

  5. Imposer un quota de femmes veut dire que des hommes seront écartés même au cas où ils seraient plus compétents: “Désolé on peut pas vous embaucher malgré que vous ayez le profil idéal pour ce poste, on n’a pas rempli notre quota de femmes.”

  6. Bah bravo Bob ! d’autant plus que l’on est en pleine période du nettoyage de printemps…
    Faire le ménage en finance pourquoi pas, il semblerait qu’elles aient un certain don :)
    ( Rire ) Je suis tout de même sensibilisé.

    Tout à fait d’accord avec Markov, mettre en place une politique de quotas reviendrait à nuire à la méritocratie qui engendre alors une montée de la discrimination.

    C’est marrant que les interventions clés citées ne proviennent que de Femmes… ( rire ! )

  7. S’il n’y avait pas de discrimination et que la méritocratie existait aujourd’hui, on ne serait pas en train de parler du sujet aujourd’hui. Les quotas ne créent pas de la discrimination, ils rétablissent une justice.

    @ SC
    “Les interventions citées ne proviennent que de femmes” : logique dans la mesure où ce sont des femmes uniquement qui semblent avoir été invitées à cette table-ronde. Dommage qu’aucun homme n’ait été présent. En même temps, cela ne m’étonne qu’à peine, le sujet n’intéresse pas les hommes et/ou leur faire peur…

  8. “Je note aussi beaucoup d’hypocrisie dans les banques, et surtout en salle de marché ou on demande aux femmes un peu trop jolies de se couvrir pour ne pas perturber les autres trader Hommes.”
    Je trouve ce commentaire un peu ridicule. La libération de la femme ne se trouve pas forcément dans le fait de se dénuder. il faut des tenues correctes. Pourquoi les mecs ne se ramènent pas en short marcel et pourquoi le costume cravate est souvent la tenue de prédilection imposées aux mecs dans les banques. Il faut arrêter avec ça.
    Pour revenir sur le sujet, ça me fait penser à la discrimination des personnes non caucasiennes. Faut imposer des quotas, c’est le seul moyen de changer les choses, sinon les gens ne prennent jamais d’initiative de ce genre par eux memes,il faut jouer du baton, c’est que comme ça que ça marche.

  9. Il faut des quotas c’est sûr,sinon les choses bougeront jamais
    La méritocratie est une grande utopie….On n’hésitera pas à verser à un homme un bonus 2 fois plus levé que celui d’une femme, à parcours universitaire identiques!

  10. Bonjour à tous,
    Personnelement je n’ai jamais eu de problemes sur les marchés meme dans la salle il suffit de ne pas avoir peur d’y entrer (dans la salle bien sur) et de savoir se faire respecter ..;
    Mais cet article me fait bien rire car finalement il est question des femmes (qui font d’ailleurs de meilleurs managers je suis d’accord avec cali) MAIS on oublie les personnes qui ont depassé 40 ans (meme si ils ne les font pas :)), alors si vous etes une femme de plus de 40 ans qui cherche un job dans la finance …c’est pas gagné.
    A bientôt

  11. Anne Lauvergeon est en train d’imposer un quota de 20% dans les Comex d’Areva.

    Elle dit qu’elle était contre les quotas, mais qu’elle trouvait que ça n’avançait pas, alors elle est passé au quota.

    Ce sera qui, notre Anne Lauvergeon en finance? Qui aura marre que ça ne bouge pas et mettra un coup de quota dans tout ça?

  12. les quotas c’est bien mais faisons des quotas de seniors, handicapes etc alors aussi. il y ont aussi droit
    certaines banques sont des pouponneries : le personnel a une moyenne de 25 ans et le management meme pas 40

  13. plus d’un d’entre ns prendra ce texte au premier degré, alors pas d’humour positif sur ce sujet; parce qu’une femme fait le ménage??? texte écrit par une femme????
    on fait d’abord le ménage dans sa tête!!! et dans ses expressions; pour même style d’expression, pls check: http://imayforumfyc.unblog.fr/2011/08/25/le-menage-des-femmes/

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici