☰ Menu eFinancialCareers

Barclays négocie l’acquisition des réseaux du groupe ING

Depuis deux ans, Barclays cherchait à se rapprocher d’une entité de taille raisonnable avec laquelle elle pourrait se compléter , précisait alors Pascal Roché, directeur général de l’établissement en France. C’est chose faite pour la banque, qui est allée directement solliciter l’un de ses concurrents. Son choix s’est arrêté sur les deux réseaux du groupe néerlandais, ING Ferri et ING Private Banking, qui représentent près de 30.000 clients, 13 agences et 2,7 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

Négociation en cours. Barclays a confirmé, la semaine dernière, son intention de racheter les activités de clientèle patrimoniale et privée du groupe ING en France. Ce projet devrait se finaliser au cours du deuxième trimestre 2005. Les deux banques discutent actuellement le prix d’acquisition qui devrait être inférieur à trois chiffres , proche des 100 millions d’euros.

  • Cette opération permettra à Barclays d’augmenter son portefeuille de clientèle de 35 % et de faire évoluer
    ses actifs sous gestion de 7,3 à 10 milliards d’euros.
  • Le groupe Barclays entend récupérer la totalité des salariés des deux réseaux ING regroupés actuellement au sein d’une entité juridique, ING Securities Bank France, qui réunit 150 collaborateurs, dont 100 commerciaux.

    Développement dans l’Hexagone. La Barclays, dont les parts de marché encore modestes s’élevaient entre 3 et 5 % selon les avoirs gérés ou le nombre de clients, assure ainsi son développement dans l’Hexagone. Cette opération lui permettra d’augmenter son portefeuille de clientèle de 35 % et de faire évoluer ses actifs sous gestion de 7,3 à 10 milliards d’euros. L’établissement, qui compte à ce jour près de 5.000 clients fortunés, entend bien profiter du travail réalisé par ING dans le domaine de la gestion privée.
    De son côté, le groupe ING poursuit une politique mondiale de recentrage. Dans cette logique, la filiale française a accepté l’offre de Barclays. Elle a pourtant longtemps cherché à se développer en segmentant sa clientèle autour de trois marques bien distinctes. Pour cela, elle a créée en septembre 2003 l’entité ING Private Banking.

  • Nous n’avons pas pu obtenir la taille critique attendue concernant nos activités de personal et de private banking
  • , précise Bruno Houdmont, président du directoire d’ING Bank France.

  • Nous avons fait le choix de nous concentrer sur le pôle majeur de la banque directe, qui représente près de 370.000 clients en France.
  • Ce rapprochement, encore en cours de négociation, démontre une fois de plus la difficulté pour un acteur étranger de se développer sur ce marché extrêmement concurrencé de la gestion privée.

    commentaires (0)

    Comments

    Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

    Réagissez

    Pseudo

    Adresse e-mail

    Consultez notre règlement concernant notre communauté ici