☰ Menu eFinancialCareers

Les banques de détail contraintes de réduire leurs coûts

Pour faire face à la baisse de leurs revenus, et parce que les coupes budgétaires déjà engagées ne suffiront pas, les banques de détail européennes sont en train de lancer une nouvelle vague de réduction des coûts, selon un rapport du cabinet de conseil en stratégie Oliver Wyman, qui a analysé les stratégies de réductions de coûts de 40 banques dans 17 pays. Leur ambition est de diminuer leur base de coûts de 15 %, soit une économie comprise entre 35 et 40 milliards d’euros.

Pour atteindre cet objectif, les banques doivent commencer par rentabiliser leur réseau de distribution qui représente de loin leur principal poste de coûts , relève Fabrice Asvazadourian, l’un des auteurs de l’étude, pour qui la réduction passe par un allégement des agences voire des fermetures (Challenges).

La France n’est pas épargnée

Pour leur part, les banques de détail françaises devront économiser 3 à 4 milliards d’euros sur les cinq prochaines années, soit entre 8 % et 12 % de leur base de coûts. Elles auront cependant moins d’efforts à faire que la moyenne européenne (15 %). À cela deux raisons principales : le marché français est moins sinistré que le Royaume-Uni ou l’Espagne, et bien plus concentré. Toutefois, les retards à combler sont bien réels, notamment au niveau des coûts informatiques (15 %) et de distribution (50 %), supérieurs à la moyenne européenne.

Ces mesures auront un coût social, atténué par les 50 000 départs en retraite prévus dans les cinq ans en France, qui ne seront pas tous remplacés. On va aller vers une réduction légère des effectifs en banque de détail, qui dépendra aussi de l’évolution du produit net bancaire , poursuit Fabrice Asvazadourian. Des plans de départ volontaires sont d’ailleurs déjà à l’ceuvre dans certaines Caisses d’Épargne (Agefi.fr).

commentaires (2)

Comments
  1. Le modèle de distribution des banques françaises doit s’adapter aux nouveaux comportements d’achats de ses clients: 1 internaute sur 2 utilise sa banque en ligne (source Médiamétrie/Netratings T12009).
    Ce qui induit effectivement à une rationalisation de leur modèle de distribution qui passe par la fermeture de leurs points de ventes ou par leur remplacement par des canaux dédiés tels que des GAB et/ou des bornes d’informations…
    De plus, les banques en lignes sont de plus en plus compétitives et attractives,ces nouveaux entrants peuvent présenter de réelles menaces. Quant à la baisse des revenus des banques de détail françaises???
    Outre le groupe Caisse d’Epargne impacté par la crise financière(gourmande en fonds propres),par la réorganisation de sa banque de détail(augmentation significative du coef d’expl)et par la banalisation de son livret A(la vache à lait des caisses), en France des banques telles que la BNP et la Société Générale observent des évolutions de leur PNB de +1% mais sur la zone des pays émergents cette évolution va de 7.4%(SG)à +9%(BNP) et les coût de gestion sont nettement moins importants.

  2. Je crois que nous assistons aujourd’hui à une réorientation stratégique des activités de détail par zones géographiques qui impactera le paysage bancaire français et les emplois de la profession…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici