☰ Menu eFinancialCareers

Les banques d’investissement européennes les plus attractives et celles à éviter en 2014, selon Morgan Stanley

traffic light 450988613 (1)

Les analystes de Morgan Stanley ont publié en début de semaine une nouvelle note sectorielle, qui résume les conditions antithétiques des professionnels de la banque d’investissement (IBD : investement banking division) et de leurs collègues des marchés. En bref, la période actuelle est favorable aux activités de banque d’affaires, mais très peu propice à la vente et au trading, de surcroit si l’on travaille dans les activités de taux. Les moins chanceux étant les employés sur les marchés des changes.

Heureux comme un banquier d’affaires…

Les prévisions de Morgan Stanley portent les revenus des activités IBD dans le monde en hausse de 39% sur un an au second trimestre, soutenus en premier lieu par le boom des M&A (énorme bond de 127%) et par les activités de dette (DCM) (jusqu’à 24% de hausse attendue).

Les activités primaires actions (ECM), quant à elles, rament davantage (-9%). Cependant leur situation est bien plus enviable que celle des activités FICC (taux, matières premières et changes), activités dans lesquelles les revenus devraient continuer à décliner, de l’ordre de 20% en glissement annuel au deuxième trimestre. Sur les métiers de change en particulier, la chute tourne au massacre avec un retrait attendu de -48%.

LIRE AUSSI : 

BFI : Les nouveaux défis d’une industrie qui se paupérise, selon Roland Berger

Le banquier d’investissement du futur : entrepreneurial, “compliant”, et efficient

Le business du cash actions se portent plutôt bien en Europe (des volumes en hausse de 20% contre -6% aux US). Cependant les dérivés actions ne devraient pas enregistrer une super première moitié d’année – avec un déclin des volumes prévu de 5 à 15% au niveau mondial au deuxième trimestre.

La vente et le trading Actions de BNP, refuge dans un environnement européen morose ?

Au final, voici à quelle sauce seront mangées les banques d’investissement européennes présentées dans les tableaux ci-dessous d’abord au second trimestre (tableau 1), puis sur l’ensemble de l’année (tableau 2). Les activités FICC de Barclays, RBS et Deutsche semblent être mal engagées à court terme, avec l’espoir d’un relèvement chez Deutsche sur la deuxième moitié de l’année.

Si vous êtes à la recherche d’une activité en pleine croissance, le meilleur endroit serait la division trading et vente Actions de BNP Paribas. Si vous voulez assurer vos arrières dans les activités FICC, essayez HSBC – qui, comme nous l’avions remarqué la semaine dernière, échappe mieux que ses pairs aux volumes en berne et à la faible volatilité du fait que son business repose principalement sur ses clients de banque commerciale.

Prévisions de Morgan Stanley de l’évolution des revenus pour T2 2014 pour les banques d’investissement européennes :

Morgan Stanley Q214 revenue forecasts

Prévisions de Morgan Stanley des revenus pour l’année 2014 pour les banques d’investissement européennes :

Morgan Stanley Full year 2014

Et en guise de conclusion – pour rappel – ce que disaient les analystes de Morgan Stanley il y a trois mois : Une recherche de Morgan Stanley utile pour deviner qui seront les meilleurs employeurs bancaires européens en 2014

 

 

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici