☰ Menu eFinancialCareers

Les 10 bonnes raisons de choisir de travailler en alternance dans la banque

ThinkstockPhotos-497444296

Nous avons passé au crible 10 bonnes raisons de choisir de travailler en alternance dans la banque, sur la base de témoignages de jeunes diplômés, de banquiers et de responsables de grandes écoles. Les dépôts de candidatures ayant généralement lieu entre mars et juin, c’est donc le bon moment pour postuler…

 1. Travailler dans une grande banque…

L’alternance est considérée aujourd’hui par les entreprises bancaires comme une voie privilégiée de recrutement de nouveaux collaborateurs. Les banques françaises proposent ainsi chaque année plus de 6.000 nouveaux contrats en alternance (contrat d’apprentissage, contrats de professionnalisation et VIE), selon les derniers chiffres publiés par la Fédération bancaire française (FBF). Rien que pour l’année 2016, BNP Paribas et Crédit Agricole ont prévu de recruter chacun 2.000 étudiants en contrat d’alternance, tandis que Société Générale table sur 1.400 recrutements et Natixis entre 500 et 600.

Pour ce faire, les banques n’hésitent pas à participer régulièrement à des événements dédiés à l’alternance pour rencontrer directement les étudiants, à l’instar de BNP Paribas qui tiendra un stand le 26 mai lors de la Fête de l’Alternance au Parc Floral à Paris.

2. Payer vos frais de scolarité

L’une des premières raisons – et non des moindres – qui conduit les étudiants à choisir l’alternance est la prise en charge de leurs frais de scolarité par l’entreprise, d’autant plus que les banques sont généralement réputées pour bien payer. BNP Paribas s’honore ainsi de payer ses alternants à l’optimum du marché. “Lorsqu’un apprenti en licence doit être payé 53% ou 61% du SMIC, nous sommes a minima à 75% du SMIC. Mais en fonction des parcours, cela peut aller jusqu’à 106% du SMIC“, rappelle Josselin Aubry, responsable du programme Alternance chez BNP Paribas.

Et le salaire n’est que la partie visible de l’iceberg. “En tant que salariés de l’entreprise, les alternants bénéficient de tous les avantages tels que les congés payés, l’intéressement, la participation, la mutuelle, la prévoyance…“, rappelle de son côté Sophie Le Gac, chargée des relations écoles et de l’Alternance chez Société Générale.

3. Bénéficier d’un accompagnement individualisé

Peu de chances que les alternants puissent se retrouver sur le banc de touche. “Pendant la durée de votre contrat, vous serez accompagné par un tuteur. Il sera votre référent auprès de votre organisme de formation et aura pour mission de vous accueillir, vous former et vous guider tout au long de votre collaboration dans l’entreprise“, explique le service RH de Crédit Agricole.

Il faut dire que l’étudiant est pris en charge de A à Z. “Personnellement, je n’ai rien eu à gérer en direct. Tout est passé par l’entreprise et l’école“, indique l’un d’entre eux.

4. Améliorer votre employabilité

Indéniablement, le dispositif de l’alternance facilite l’insertion professionnelle. “Les DRH recherchent aujourd’hui des profils de plus en plus expérimentés et ‘atypiques’. Avoir un parcours académique très personnalisé, c’est un atout qui peut s’avérer déterminant lors des entretiens de recrutement“, reconnaît  Lucile Ouvrard, directeur du programme en alternance Bachelor Business Sup de Co La Rochelle qui forme notamment des conseillers particuliers Banque et Assurance et dont 95% des diplômés sont en poste 6 mois après leur sortie. “Avec la connaissance approfondie d’un métier et d’une zone géographique, nos diplômés pourront présenter aux employeurs un profil et un CV singuliers qui fera la différence avec les autres candidats“, poursuit-elle.

Aujourd’hui, et dans un contexte d’emplois parfois défavorable, la formation en apprentissage me semble être un excellent moyen offert aux étudiants pour préparer solidement et sereinement leur avenir professionnel“, explique Anne-Sophie, jeune diplômée du Master 2 Banque d’Investissement et de Marché (BIM) de l’Université Paris Dauphine, recrutée depuis chez Natixis au sein du Département Financement de matières premières (GEC-Energie).

5. Avoir une meilleure évolution professionnelle et salariale

En ce qui concerne l’évolution de carrière, bon nombre d’étudiants et diplômés reconnaissent que l’évolution de leur carrière a été plus rapide que les autres étudiants de leur âge qui n’ont pas fait de cursus en alternance. La raison principale de cette affirmation est l’expérience professionnelle acquise, qui permet d’évoluer plus vite au sein de l’entreprise. Ils expliquent également que la période d’alternance permet d’acquérir la confiance de son employeur, ce qui facilite ensuite les évolutions de carrière au sein de la structure, les personnes étant déjà ‘intégrées aux équipes’ et ‘opérationnelles’.

D’après une enquête menée par l’EM Normandie sur l’alternance en France, la moitié des étudiants et diplômés embauchés en CDI l’ont été avec un salaire compris entre 30 et 35 k€ brut à l’année, ce qui représente un salaire correct pour un junior. 57% ont vu leur salaire évoluer depuis leur embauche. Pour 36%, ce salaire a évolué de 1.000 à 2.000 € bruts annuels. Pour 29%, de 2.100 à 4.000 € et pour 21% de plus de 9.000 €.

6. Mieux appréhender la culture d’entreprise

A la question ‘Quelle est la raison principale pour laquelle vous avez choisi la formation en alternance ?’, les entreprises répondent en premier ‘pour former nos futurs salariés à nos méthodes de travail et aux valeurs de notre entreprise’. Guère étonnant qu’un tiers d’entre elles aient recours à l’alternance pour pouvoir pré-recruter de manière plus sûre.

L’alternance est pour l’entreprise un excellent moyen de connaître le jeune car on l’a vu travailler (connaissances, comportement) et donc de faire un recrutement en toute connaissance de cause : le jeune est, dès son recrutement en CDI, opérationnel il a déjà l’esprit et la culture d’entreprise“, confirme le CFA des Métiers de la Banque et de la Finance qui lui aussi tiendra un stand à la Fête de l’Alternance 2016.

7. Concilier études et travail

L’enquête de l’EM Normandie souligne que 23% des entreprises considèrent comme optimal un rythme d’alternance d’une semaine à l’école et de trois semaines en entreprise et insistent sur le fait que celui-ci doit avant tout dépendre de l’emploi occupé par l’alternant.

C’est donc en connaissance de cause que les formations tentent de s’adapter aux exigences des entreprises. “Le Parcours Job Etudiant permet aux étudiants de 1ère année du Bachelor Business de concilier études et travail salarié en CDD. L’emploi du temps est aménagé : même nombre d’heures de cours que leurs camarades, mais sur 3 jours par semaine”, explique Lucile Ouvrard. “Les étudiants qui veulent effectuer un cursus hyper-professionnalisant peuvent commencer l’alternance au second semestre de leur 2ème année et continuer en 3ème année. Au total, les étudiants cumulent plus de 18 mois d’expérience professionnelle“.

8. Plusieurs portes d’entrées

Certes, les entreprises recrutent leurs alternants provenant d’école de commerce avant tout par rapport à la formation qu’ils ont suivie (29%). Les autres recrutements ont lieu par annonce (20%), candidature spontanée (19%), recommandations (14%), organisme de formation (12%) ou réseaux sociaux (5%).

9. Travailler près de chez soi

Pour un tiers des entreprises, le choix d’un alternant provenant d’une école se fait avant tout par rapport à la situation géographique de cette dernière. Côté étudiants et diplômés, c’est également la situation géographique qui arrive en tête (26%) des raisons du choix de leur école.

10. L’alternance, c’est tendance…

L’alternance a encore de beaux jours devant elle, ne serait-ce parce qu’elle permet de pallier aux besoins de main d’œuvre de l’entreprise, d’avoir de la force de travail à coût modéré, tout en donnant une image dynamique de l’entreprise. Les banques ont depuis longtemps compris les enjeux de l’alternance, loin des préjugés et incompréhensions consistant par exemple à voir cette formule comme un dispositif réservé aux “métiers manuels” ou comme “une deuxième chance lorsqu’on a eu des difficultés scolaires”.

En témoignent les métiers que les étudiants Bac+4/5 peuvent exercer en alternance dans les grandes banques françaises : analyste crédit, chargé d’affaires professionnel, chef de projet en maîtrise d’ouvrage, analyste risque engagement, conseiller en banque privée, etc. Bref, ce n’est pas le choix qui manque…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici