☰ Menu eFinancialCareers

La réforme des CGP continue de faire débat

La crise financière a renforcé le besoin d’une réforme du titre de conseiller en gestion de patrimoine (CGP). Les professionnels ont en effet plus que jamais besoin de démontrer leur crédibilité face à des clients devenus méfiants à l’égard du système financier dans son ensemble.

Désormais, les associations sont d’accord pour créer un statut des CGP indépendants. L’actuelle appellation ambiguë de conseiller en gestion de patrimoine serait ainsi remplacée par le titre unique de conseiller patrimonial. Ce dernier ne serait délivré qu’aux titulaires d’un diplôme homologué. Il existe 23 masters universitaires à destination des professionnels (et 26 formations de troisième cycle pour les étudiants). Depuis quelques années, toutes les banques ont fait passer l’un de ces diplômes à leurs conseillers en gestion de patrimoine , constate Caroline Le Canu, Senior Manager de Robert Half Banque & Assurance. Aujourd’hui, les conseillers qui exercent en indépendant ne sont pas tenus de posséder ces diplômes.

Ordre ou haute autorité ?

Les professionnels sont, en revanche, divisés quant à l’opportunité ou non de créer un Ordre professionnel. Alors qu’une majorité d’associations de conseils en gestion de patrimoine préféreraient la mise en place d’une haute autorité qui réunirait l’ensemble des professionnels du secteur, la Chambre des indépendants du patrimoine (CIP), elle, plaide en faveur de la création d’un tel Ordre, à condition qu’il ne soit pas ouvert aux salariés des banques ou des réseaux.

Les avocats et les experts-comptables disposent bien de leur Ordre, alors pourquoi pas les conseillers en gestion de patrimoine ?, s’interroge Valérie Vérant Kerneïs de la Guérinière, fondatrice du cabinet indépendant de gestion en patrimoine WGK Conseil. C’est une mesure qui va dans le bon sens car elle aide à la clarification auprès de nos clients et nous permet d’accéder à un référentiel, sachant qu’aujourd’hui rien n’existe en termes de normalisation de la profession. La directive relative aux Marchés d’instruments financiers (MIF) ne concerne en effet que les entreprises d’investissement et non les CGPI.

commentaires (13)

Comments
  1. En quoi cela doit il redonner confiance aux investisseurs ?
    Moi perso savoir qu’un conseiller en investissement a un joli diplome mais que ce diplome est le meme que le conseiller precedent qui m’a fait perdre de l’argent ne me donne aucune confiance…

  2. pour répondre à Seb, la création d’un ordre des conseillers en patrimoine peut permettre au client qui se sent spolié d’avoir accés à un recours. Il y a finalement peu de dérive chez les avocats, les experts comptables car ils savent que tout dérapage peut être sanctionné ! et si le diplôme ne fait pas tout il permet quand même de valider une compétence, sinon à quoi servent les diplômes?

  3. Je suis d’accord avec Valérie. Beaucoup de CGP se prétendent être de vrai spécialiste et au final sur le marché, beaucoup sont de simple commerciaux formés très rapidement (je pense à la défiscalisation et l’assurance vie) et qui n’ont au final que très peu de compétence.

    Je crois que la gestion de patrimoine est vrai métier qui mérite une vrai formation afin d’apporter un vrai conseil au client final. Faisons du conseil et pas simplement du produit. Nous travailons souvent sur l’argent issu du travail d’une vie, il faut le respecter et ne pas le détruire. Je ne souhaite pas que notre profession soit victime d’intervenants douteux qui font le métier juste pour faire de l’argent facile.

  4. Pourquoi tu ne me tutoies pas ? “Je suis d’accord avec Valerie”

    Ca fait très macho de parler d’une femme a la 3eme personne, surtout quand tu t’adresses a elle

    Svp évite les remarques sexistes dans le forum a l’avenir

  5. Il y a des gens susceptibles ici… Si Seb78 ne te tutoies pas, c’est parce que ce n’est pas à toi qu’il parle mais aux autres ! Et tu te serais appelé Marc, il aurait certainement dit la même chose. Est-ce que cela aurait fait “féministe” alors (au lieu de macho) ?
    Faut arrêter de toujours vouloir absolument passer pour une victime… sinon, c’est de la paranoïa !!

  6. Il est debile celchanteau ou quoi?

    Evite de poster des anneries stp Chantox

  7. Encore une structure pour pomper de l’argent, demandez aux kiné et autres dentistes se qu’ils pensent des “Ordres” ou plutôt “desordre”
    Encore un système hérité de la collaboration de Vichy et qui perdure…
    Allez voir en Angleterre ou ailleurs s’ils ont besoin d’une autorité quelconque.
    Si un CGP fait une erreur ou une faute, un juge et un tribunal sont suffisants.
    De plus les assurances pro sont là, pour garantir la casse.

  8. Pour répondre au 1er commentaire de seb, il est urgent d’encadrer la profession. Actuellement le titre de CGP n’a aucun sens puisqu’il peut être utilisé par n’importe quel pseudo “conseiller”.
    Il faut savoir que bien souvent dans les réseaux bancaires il n’est pas demandé au CGP d’avoir des compétences particulières mais uniquement de savoir vendre plus que ses collègues.
    De même certains “indépendants” se contentent de vendre de la défiscalisation mais n’ont aucune formation de base en fiscalité. Les réseaux pour qui ils travaillent assurent une formation rapide aux techniques commerciales pour la vente de ces produits.
    Dans les deux cas, les conséquences pour les clients sont souvent négatives.

    Il est donc primordial de réglementer la profession et d’en limiter l’accès aux seuls titulaires de diplômes reconnus afin de garantir un niveau de compétence minimum.

    Un autre point clé de la crédibilité de la profession porte sur la facturation d’honoraires de conseil. Tant que les clients seront réticents à payer le conseil, il ne faudra pas s’étonner qu’ils perdent de l’argent suite à la souscription de produits miracles.
    En bref il faut faire évoluer les pratiques actuelles.

  9. En lisant l’ensemble des commentaires je souhaite dissocier certains éléments relatifs à l’activité de CGP:

    – d’une part l’activité de conseil au titre de laquelle on prend en considération une situation initiale à partir de laquelle certaines préconisations pourront être réalisées: ces dernières peuvent être d’ordre juridique (régime matrimoniaux, organisation de la transmission, modes de détention des actifs), fiscales (composition du foyer fiscal, ….), ou financières par la détection des enveloppes de détention à mettre en place ou optimiser en fonction de la situation du client.
    Il convient de souligner qu’à ce stade on ne raisonne qu’en termes de stratégie et qu’aucun produit ou solution miracle n’a à être évoquée.

    – d’autre part l’activité commerciale par la sélection et la proposition de produits financiers ou immobiliers.
    C’est à ce niveau que ce pose la question du suivi de la gestion financière des actifs dans le temps (par le respect de la sensibilité au risque notamment).

    Il est clair que la question de la règlementation est fondamental pour la pérénité de ce métier et ainsi éviter la défiance suite au passage de commerciaux indélicats autoproclamés…

  10. Bonjour

    ayant fait passer des bts NRC l’année dernière, j’ai été surpris du niveau de connaissance des conseillers dans les établissements bancaires. Il faut savoir que ces conseillers seront des futurs CGP , uniquement par la force des choses (meilleurs vendeurs de carte bleue ou de PEA…) Titulaire d’un master en gestion de patrimoine, il est indispensable de réglementer la profession. Un bon conseil , dénué d’intérêt commerciaux , est un conseil payant (sous forme d’honoraire) par des personnes qualifiées et diplomés.

  11. Bonjour

    Je viens de lire l’article paru sur patrimoinorama.com. De qui se moque t’on ? La crise financière provient elle de l’incompétence des CGP ou CGPI ou de celle des dirigeants des établissements bancaires grâcement payés mais incapables de faire appliquer les mesures réglementaires destinés à protéger l’épargne de nos concitoyens (cf. SG ou CE).

    Ne provient-elle pas des politiques et des autorités de tutelle dont les responsables sont nommés par les politiques et qui sous le prétexte de moderniser les places financières européennes ont laissé toute liberté à des gens peu scrupuleux de dévier de leur fonction première des outils (monep, matif et autres marchès dérivés) destinés initialement à se prémunir contre les risques de marchés et qui aujourd’hui servent les intérêts de spéculateurs. Il paraît que ces derniers participent à l’efficience des marchés…..!! Les CGP, dignes de cette appellation, ne seraient ils pas plutôt pour les épargnants/investisseurs une garantie de sérieux, d’objectivité face à l’hypocrisie d’un système…….De qui se moque t’on !!?

  12. J’ai été “pseudo CGP” comme l’ont écrit certains et j’ai arrêté car effectivement il est difficile de se démarquer après le passage de pas mal de vendeurs plutôt que de vrais conseillers. Le vrai problème est le mode de rémunération, tant que ces bilans seront gratuits et non facturés comme les devis de n’importe quel artisan compétent plombier ou autre – donc alors là oui nécessité de formation, diplôme et assurances ! – avec un système d’agent co rémunérés uniquement à la commission le système ne sera pas sain car obligation de vendre pour récupérer ses charges fixes et vivre.
    Et désolée si j’en choque certains mais pour le Français moyen si c’est gratuit on peut juste “en profiter” pas grave si on demande à quelqu’un de bosser le tard le soir le samedi etc…”juste pour voir”.
    On ne peut avoir le beurre sans vouloir débourser l’argent du beurre
    (ah c’est beau ça…). Les britannqiues l’ont compris depuis longtemps.

  13. Bonjour Valérie,
    Etes vous à l’origine de Maelig (commercialisation de kits de loisirs créatifs) ?
    Merci

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici