☰ Menu eFinancialCareers

Recrutements : Le secteur financier, champion de l’optimisme !

happy man

En France, les entreprises entament le deuxième trimestre avec un regain de confiance et des intentions d’embauches à la hausse. C’est particulièrement le cas de la banque-assurance, si l’on en croit la dernière note de conjoncture trimestrielle de l’Apec.

Les sociétés du secteur financier sont d’abord les plus nombreuses à déclarer que leur situation économique s’est améliorée depuis un an. Une opinion partagée par 34% d’entre elles. C’est peu de prime abord, mais quasiment deux fois plus que la moyenne tous secteurs confondus (18%).

Surtout, alors que 51% des entreprises en France envisagent de recruter au moins un cadre au 2e trimestre 2014 (+5 points en un an), cette intention atteint 78% chez les banques et les assureurs (+5 points). Il n’y a guère que les activités informatiques qui fassent mieux (88%).

 

barometre-Apec-T2-2014

Cette tendance positive est d’autant plus crédible que le premier trimestre a affiché un vrai mieux en matière d’emploi dans le secteur financier. Selon les dernières données de l’Acoss, la caisse nationale des Urssaf, les déclarations d’embauches de plus d’un mois ont enregistré une hausse de 5% en un an et de 4,5% par rapport au trois derniers mois de 2013. Alors même que pendant ce temps, les chiffres tous secteurs confondus marquaient un léger repli annuel et trimestriel de -1%.

Oui mais…

En dépit de tous ces signes encourageants de reprise, il faut raison garder. Etudiées de plus près, ces statistiques cachent une réalité moins rose;

1 – L’emploi est surtout porté par l’intérim

Sur les 54.838 embauches réalisées dans les activités financières et d’assurance au premier trimestre, les CDI ne représentent même pas un tiers des recrutements (31%).

2 – Des volumes pas forcément en forte hausse au 2e trimestre

Le baromètre de l’Apec porte principalement sur les intentions d’embauche des entreprises. Quid des volumes ? Une question a cependant été posée dans ce sens. Réponse : plus d’un tiers (38%) des banques et assureurs interrogées font part d’un volume actuel d’embauches de cadres moins important que celui de l’an passé à la même période.

3 – Des remplacements plus que des créations de postes

Parmi les raisons invoquées en général par les entreprises pour embaucher, le remplacement des départs (turnover et départs en retraite) arrive en tête pour 52% des directions. Dans la banque-assurance, ce sont près de six entreprises sur dix qui indiquent que le remplacement des départs est la principale motivation des embauches prévues, bien devant le développement de l’activité.

4 – Des créations d’emploi mais pas forcément là où les candidats sont en recherche d’emploi…

Les chiffres de l’Acoss de l’an passé ont montré qu’entre 2007 et 2012, les activités financières et d’assurance n’ont pas détruit mais créé de l’emploi, en l’occurrence 15.600 postes supplémentaires sur la période. Cela s’est fait au profit de métiers comme la gestion de patrimoine ou le courtage en assurance, et généralement au détriment des métiers bancaires, où les effectifs et les embauches sont en repli depuis 2012. Or ces emplois ne sont pas forcément transférables, on voit mal un banquier d’investissement se faire embaucher par un courtier d’assurances…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici