☰ Menu eFinancialCareers

Plus de 1.700 lobbyistes financiers en Europe : qui les emploient ? combien gagnent-ils ? …

lobbying

Jusqu’à maintenant aucune étude n’avait été menée pour mesurer le poids et les contours du lobby financier auprès des institutions européennes. C’est chose faite avec la parution, la semaine passée, d’un rapport du think tank européen Corporate Europe Observatory (CEO) intitulé « The fire power of the financial lobby ».

Il y a un an, nous avions évalué le nombre de lobbyistes financiers entre 700 et 1.000 professionnels. Nous étions loin du compte puisque, selon ce nouveau rapport, ils seraient au moins 1.700 experts, soit quatre fois plus que les fonctionnaires européens travaillant sur les questions financières. Voilà ce que le rapport nous apprend sur cette profession manifestement en vogue à Bruxelles, où l’on continue de plancher sur la construction d’une Union bancaire européenne :

Pour qui travaillent-ils ?

Ces 1.700 lobbyistes financiers travaillent pour 700 organismes différents. Un chiffre encore sous-estimé reconnaît CEO, qui s’appuie sur le « registre de transparence » auto-déclaratif instauré en 2008 sous la pression des eurodéputés, sur lequel toutes les organisations exerçant du lobbying sont censées s’enregistrer.

Les lobbyistes travaillent pour une variété d’employeurs : les institutions financières elles-mêmes (banques, assureurs, fonds…) ; leurs intermédiaires, principalement les cabinets d’avocats, les cabinets de conseil, et les cabinets de relations publiques ; et enfin les associations nationales (ex : Fédération bancaire française, British bankers’ association…) ou les fédérations européennes et internationales représentant le secteur financier (ex: European banking association, European Fund and asset management association).

5-biggest-public-affairs-co

Sur les 700 organismes recensés, plus de 140 sont originaires du Royaume-Uni, ce qui en fait le pays le plus actif en matière de lobbying financier. Viennent ensuite les organisations européennes, allemandes, françaises et américaines (!).

5-most-active-lobbying-orga

En quoi consiste leur job ?

Leur mission est de peser à toutes les étapes du processus de décision : en amont (au moment de l’élaboration des textes au sein des groupes d’experts et autres consultations de la Commission européenne), au moment de la prise de décision (consultations du Parlement pour obtenir d’éventuels amendements) et dans la phase d’implémentation des règles (au sein des « stakeholders groups » des agences de supervision comme l’ESMA auprès desquelles ils rendent comptent de l’impact de la réglementation).

composition-of-EU-stakehold

Parallèlement, ces lobbyistes participent à de nombreux séminaires et autres forums comme le European Parliamentary Financial Services Forum rassemblant des députés européens et des lobbyistes, et qui est financé principalement par les institutions financières. Ils ne ménagent pas non plus leur peine pour influencer directement les députés. Ainsi Sven Giegold, un élu allemand siégeant au Parlement européen a répertorié dans son agenda qu’il avait été sollicité pour des rendez-vous par 142 organisations de l’industrie financière au cours des deux dernières années, note le rapport.

Au total, ce sont près de 2.000 rencontres auxquelles les lobbys financiers ont participé depuis le lancement de la réforme financière post-crise, soit 7 fois plus que les autorités nationales, les ONG, les associations de consommation, et les syndicats réunis. L’étude ne compte pas l’action des lobbyistes au sein du Conseil européen, auprès duquel les auteurs ne sont pas parvenus à obtenir d’informations.

Combien gagnent-ils ?

L’étude tente de donner quelques repères, sur la base de calculs complexes et de croisement de données. Les chiffres indiqués, ci-dessous, se situent dans la fourchette basse des salaires, insiste le rapport.

  • 100k€ / an pour un lobbyiste à plein temps employé par une firme financière
  • 70k€ / an pour un lobbyiste à plein temps employé par une association / fédération représentant le secteur financier
  • 70k€ / an pour un consultant à plein temps employé par un cabinet

Des rémunérations à comparer au 36k€ en moyenne estimé pour professionnels travaillant pour des associations, syndicats et autres ONG pour influencer sur les questions financières européennes.

Au total, la première catégorie dépense 123m€ pour le lobby financier tandis que le second groupe ne consacre que 4m€ pour influencer sa cause en Europe.

LIRE AUSSI

Quand les financiers s’essayent à une nouvelle forme de lobbying

Vingt stratégies éprouvées pour sortir de la banque d’investissement

Le sort plus ou moins malheureux des banquiers investis dans les Municipales 2014

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici