☰ Menu eFinancialCareers

Un trimestre de transition pour BNP Paribas et Société Générale

Certes les résultats sont encore en baisse, certes la crise est toujours là, mais ça pourrait être bien pire ! Voici en substance la teneur des réactions suite à la publication, hier et aujourd’hui, des résultats du deuxième trimestre de Société Générale et de BNP Paribas.

Ainsi, avec un bénéfice net de 644 millions d’euros pour SG (- 63 % sur un an) et de 1 505 millions d’euros pour BNP (- 34 %), les deux principales banques françaises présentent des chiffres en baisse mais toutefois supérieurs aux prévisions des analystes. Une performance saluée par les marchés financiers : après SG mardi (+ 9 %), c’est au tour de BNP (+ 6 %) de réaliser la meilleure performance du CAC 40 ce mercredi.

La BFI se reprend mais reste convalescente

En ce qui concerne la BFI, les deux banques bénéficient chacune d’un rebond de l’activité de leur pôle CIB. Toutefois, BNP continue d’affirmer sa supériorité avec des revenus en hausse de 41 % contre seulement 23 % pour sa rivale, qui assure cependant que l’essentiel des dépréciations est passé . Il était temps, car avec 1,2 milliard de décotes de valorisation supplémentaires, la crise des subprimes aura déjà coûté 4,9 milliards d’euros à la SG, soit… autant que la fraude de Jérôme Kerviel.

Nous serons plus forts après Kerviel, s’est contenté d’assurer Frédéric Oudéa, directeur général de Société Générale. L’établissement a tiré les leçons de cet accident ponctuel avec humilité et détermination. Confirmant ainsi sa volonté de poursuivre son programme “Fighting Back” prévoyant le renforcement de ses équipes de support et de contrôle – les rares services où il est encore possible de trouver du travail en BFI. Pour le reste, la tendance est toujours à un fort ralentissement des embauches. On se concentre sur du ponctuel et du qualitatif , affirme un directeur associé d’un grand cabinet de recrutement.

BNP championne du détail

À l’heure actuelle, mieux vaut donc se tourner vers la banque de détail, le seul secteur à afficher des résultats en progrès sur l’année. C’est aussi dans ce domaine que BNP se détache véritablement de sa rivale avec une croissance de 3 % de ses revenus sous-jacents sur le trimestre, contre seulement 0,9 % pour SG où le nombre d’ouvertures de nouveaux comptes a été divisé par deux.

Preuve que même si Frédéric Oudéa assure qu’ aujourd’hui l’impact de la fraude est très largement derrière nous , il en faudra plus pour redorer une image largement entachée par la mauvaise gestion du cas Kerviel . Espérons que d’ici là 2008 ne se soit pas transformé en annus horribilis pour la banque rouge et noire.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici