☰ Menu eFinancialCareers

Le plan Paulson sortira-t-il les financiers de l’ornière ?

Jusqu’à 700 milliards de dollars sur la table pour racheter les créances douteuses des banques et des établissements financiers (AFP) : on ne peut pas dire que l’administration américaine a mégoté sur les moyens. Super Paulson sauvera-t-il pour autant la finance ?

C’est un plan large et convaincant pour répondre aux problèmes du système financier , s’est enthousiasmé le patron de la recherche économique d’Unicredit Marco Annunziata
(boursier.com). D’autres sont plus fatalistes, tel Drew Matus, senior économiste pour les États-Unis chez Merrill Lynch, pour qui ce plan sera toujours moins cher qu’une économie qui s’écroule (Les Échos).

La finance sauvée peut-être, mais les financiers s’en sortiront-ils aussi aisément ? Pas sûr… Un peu partout, on commence à entendre monter la gronde : les banquiers, ceux qui ont cédé aux sirènes de la spéculation , doivent d’une manière ou d’une autre rendre des comptes (La vie financière).

Il leur faudra peut-être d’ailleurs sacrifier leurs rémunérations (en gros, vos bonus) ou tout le moins les plafonner pour pouvoir accéder à l’aide proposée par le plan du Trésor, comme le suggère le sénateur démocrate Barney Franck. Sans compter que d’aucuns prédisent davantage de contrôles et un surcroît de réglementation. Cela ne semble en tout cas pas faire peur à Goldman Sachs et Morgan Stanley, qui ont décidé de renoncer à leur statut de banque d’affaires indépendante pour embrasser celui, bien plus contraignant, de holding bancaire, marquant ainsi la fin d’un modèle qui a longtemps fait fantasmer les financiers du monde entier (Le Monde).

Alors, toujours convaincu par le plan Paulson ?

commentaires (12)

Comments
  1. les professionnels du contrôle et autre compliance se frottent les mains, ceux-là clairement ne connaissent pas la crise!!!

  2. Faut arrêter de croire au miracle. D’abord on ne sait pas si ce plan va s’appliquer ailleurs qu’aux États-Unis (on n’a pas vu les autres régulateurs s’exciter avec la même ferveur que le Trésor…) deuzio, ça va forcément se faire au détriment de qq’un : les contribuables américains certes, mais nous aussi on va morfler : l’âge d’or des sympathiques bonus est fini (en tout cas pour un temps !)

  3. à roll3, si on sait à qui va s’appliquer ce plan : banque américaine et filiale américaine des banques étrangeres, d’ailleurs paulson refuse que les hedge funds puissent y participer.

  4. T’as raison Roll3 de préciser pour un temps : dans 3 ans on reprend les mêmes et on recommence ! les banques continueront à payer les petits génies et autres stars en attendant mais plus discrètement

  5. C drôle, on dirait maintenant que les mecs qui gagnent (toujours) plein de frics se sentent de plus en plus mal à l’aise. Je trouve par exemple l’acte de contrition des équipes du hedge funds Paulson & Co trop mignon ! ils ont donné une subvention de 15 millions de dollars à l’association Center for Responsible Lending pour qu’elle défende en justice les ménages dont les biens ont été saisis. C pas craquant ?

  6. Je crois qu’on marche sur la tête, et en particulier les américains et nos économistes qui racontent des c… à longueur de journée… Les américains vont encore s’endetter pour payer toutes les erreurs produites par leur système. Vous, américains, êtes sur le chemin de la décadence et ne produisez plus rien.

    J’invite tous les investisseurs des pays émergents à arrêter d’acheter des T-bills de m… et d’investir leur fric dans des projets industriels concrets au Brésil, en Russie… et non à acheter du vent. L’amérique est sur le déclin… et c’est tant mieux

  7. Les grecs, les égyptiens, les romains, les anglais, et maintenant les americains :) puis la chine ?

  8. RESUME CHIFFRES

    DJ Eurostoxx 50 3.008,19 points -4,70%

    CAC 40 3.953,48 points -5,04%

    DAX 30 5.807,08 points -4,23%

    AEX 323,55 points -8,75%

    BEL 20 2.589,47 points -7,98%

    S&PMIB 25.803,00 points -4,98%

    IBEX 35 10.945,70 points -3,88%

    DJIA 10.365,45 points -6,98%

    Nasdaq 1.983,73 points -9,14%

    S&P 500 1.106,39 points -8,79%

    Nikkei 225 11.259,86 points -4,12%

    EUR/USD 1,4389

    PETROLE USD 96.67

    GOLD USD INDEX 905

    ACTIONS

    Les marchés d’actions européens devraient plonger mardi, après le rejet par la Chambre des représentants du plan de sauvetage des banques élaboré par l’administration Bush.

  9. L’incitation à réglementer à tout va a favorisé la réduction des placements à risques traditionnels et par là même l’augmentation des placements sur des SICAV dites monétaires, ce qui a fini par jouer un rôle contre-productif, ou plutôt destructeur.

    Pour être encore plus clair, l’excès de réglementation de ces dernières années a été un maillon essentiel de la crise des subprimes et de la crise financière qui en a découlé. Dans ce cadre, augmenter de nouveau les contraintes comptables aurait bien peu de sens. Alors que faut-il faire ?

    Tout simplement revenir vers des règles de bon sens, c’est-à-dire une plus grande transparence des stratégies et des placements, une réduction de la mathématisation des marchés et des produits qui ont déconnecté ces derniers de la réalité économique. Il faut également supprimer la rémunération des agences de notations par les institutions qu’elles sont chargées de noter.

  10. Les scénaristes des films catastrophes américains peuvent aller se rhabiller. La réalité dépasse aujourd’hui la fiction. En effet, après le drame des attentats du 11 septembre 2001 qu’aucun producteur hollywoodien n’aurait pu imaginer et même si elle est évidemment moins coûteuse en vie humaine, la crise financière que nous vivons depuis plus d’un an est digne des plus grands films catastrophes qu’a réalisé l’Oncle Sam.

    Tout y est. Au commencement, tout paraît paisible, les méchants financiers paraissent même altruistes, ils inventent des crédits subprime qui permettent aux particuliers non solvables d’acquérir leur logement. Et cela fonctionne tellement bien que d’autres pays veulent suivre cet exemple. Malheureusement, comme dans tout bon film d’action, le mal est là où on ne le voit pas. Ainsi, ce subprime va très vite devenir un virus mortel inextinguible que les banques et les institutions financières vont se transmettre les unes aux autres sans vraiment s’en apercevoir ou du moins en faisant comme si…

  11. les investisseurs ne savent plus à quel saint se vouer et vont même trouver de nouveaux gourous chez les économistes altermondialistes qui étaient les seuls à avoir annoncer une telle catastrophe. Forcément, cela fait plus de vingt ans qu’ils l’annoncent, il faut bien qu’ils aient raison de temps en temps. Une montre cassée donne l’heure juste deux fois par jour…

    Mais, là aussi, comme dans tout bon film catastrophe américain, c’est au moment où l’on croit que tout est perdu que Bruce Willis réussi à sauver le monde. En l’occurrence, ce dernier s’appelle Henry Paulson qui, en proposant d’isoler les virus des banques dans une structure ad hoc détenue par l’Etat américain, a peut-être trouvé le remède miracle.

    Du moins temporairement… Car, lorsque le film catastrophe fait un carton au box office, il est généralement suivi d’une suite encore plus folle et dramatique que la première partie…

    Une chose est sûre, après avoir vécu le krach de 1987, la récession de 1991-93, la crise asiatique de 1997, le krach Internet de 2000, les attentats du 11 septembre, les affaires Enron et WorldCom, le baril à 150 dollars et la crise de 2007-2008, nous pourrons dire à nos enfants : j’y étais !

  12. 01/10/08 – L’espoir renaît concernant le plan de sauvetage américain

    08:47 (il y a 5 heures)

    RESUME CHIFFRES

    DJ Eurostoxx 50 3.038,20 points +1,00%

    CAC 40 4.032,10 points +1,99%

    DAX 30 5.831,02 points +0,41%

    AEX 331,45 points +2,44%

    BEL 20 2.672,20 points +3,19%

    S&PMIB 25.530,00 points -1,06%

    IBEX 35 10.987,50 points +0,38%

    DJIA 10.850,66 points +4,68%

    Nasdaq 2.082,33 points +4,9

    Les valeurs européennes devraient ouvrir en hausse mercredi, après avoir progressé mardi, finissant toutefois le troisième trimestre en baisse d’environ 12% après un mois marqué par de forts soubresauts dans le secteur financier. Les actions ont regagné mardi le terrain perdu en début de séance, grâce à l’espoir qu’un plan de sauvetage du secteur financier aux Etats-Unis soit mis en ceuvre rapidement. Les stratégistes restent toutefois prudents, citant les problèmes économiques fondamentaux persistants.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici