☰ Menu eFinancialCareers

La proposition choc du Medef qui pourrait dissuader les financiers de partir avec un “gros chèque”

tirelire

Les financiers qui partent ou envisagent de quitter leur employeur en négociant un « chèque de départ » pourraient vouloir réviser leur projet si la nouvelle proposition du Medef voyait le jour. Pour alléger la dette record de l’Unedic de18 milliards d’euros, le Medef lance plusieurs pistes d’économies : entre autres, casser le délai plafond de 3 mois environ (75 jours) avant de toucher les allocations chômage pour les personnes ayant perçu des indemnités supra-légales à la suite d’une rupture conventionnelle ou d’un licenciement, d’après les informations publiées ce matin dans Les Echos.

Le « délai de carence » serait alors modulé en fonction de la somme du chèque perçu par l’employé sur le départ et du niveau de sa future allocation. Le paiement des indemnités chômage pourrait ainsi se voir dans certains cas retardé de manière significative.

Les employés du secteur financier ont de quoi s’inquiéter. Le secteur bancaire a connu une érosion de ses effectifs de 1,5% à 2% ces deux dernières années, selon le dernier rapport de la Fédération Bancaire Françaises (FBF). Un phénomène lié à la baisse des embauches mais aussi aux nombreux plans de suppression de postes, pour lesquels les indemnités de départ négociés dépassent souvent largement les indemnités légales (un cinquième d’un mois par année d’ancienneté). Par exemple, le plan de départs volontaires (PSE) de Société Générale de 2012 prévoyait des indemnités de départ correspondant à un mois de salaire par semestre travaillé (avec un plancher de 30k€ et un plafond de 290k€).  

Pour Régis Dos Santos, Président National du Syndicat National de la Banque et du crédit (SNB), affilié à la CFE-CGC, cette mesure est « typiquement une fausse bonne idée qui, sous couvert de taxer les excès, assimile de nombreux cadres aux quelques dirigeants qui partent avec de très grosses enveloppes. On met ici le doigt dans un engrenage dangereux où des collaborateurs avec des revenus moyens voire modestes risquent de se voir sanctionnés ».

Et le syndicaliste d’interpeller : « Prenons l’exemple d’un employé qui part parce qu’il est au bord du burn-out, son chèque – disons de 50k€ – va jouer quasiment le rôle de dommages et intérêts. Ce déplafonnement du délai de carence, c’est une double peine ! ». Sans oublier que « les cadres sont deux fois moins au chômage que les autres et leur retour à l’emploi est plus rapide, reconnait lui-même le Medef, cité par Les Echos. Avant d’ajouter : L’effort qui leur est demandé est une question de solidarité »

En arrière-plan, l’objectif de la mesure proposée par le Medef est de lutter contre le recours parfois abusif des ruptures conventionnelles, qui ont dépassé le million depuis leur création en 2008. Cependant, dans le secteur bancaire les ruptures conventionnelles ne représentaient que 3% des sorties totales, soit 450 cas recensés en 2012, selon la FBF. Seulement Société Générale et BNP Paribas déclaraient à elles seules pour la même année plus de 1.300 licenciements en France, selon les données disponibles dans leur bilan social annuel.

Le déplafonnement du délai de carence rapporterait plus d’économies que l’abaissement du plafond des allocations chômage (6.100 €) – mesure encore moins consensuelle chez les partenaires sociaux – soit 400 millions d’euros les deux premières années, puis 250 millions par an en rythme de croisière. Le Medef a déjà trouvé un allié : la CFDT. D’accord sur le principe, le syndicat propose néanmoins une formule de calcul différente, qui repousserait le différé de paiement des allocations chômage au-delà des 75 jours à partir de 12.000 euros d’indemnités supra-légales, selon le quotidien Les Echos. En revanche, le niveau de la future allocation du chômeur ne serait pas pris en compte dans le calcul.

LIRE AUSSI :

20.000 postes supprimés en 2014 en banque d’investissement, selon Deutsche Bank (et comment y réchapper)

4 choses essentielles à savoir sur la recherche d’emploi chez les financiers

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici