☰ Menu eFinancialCareers

Société Générale traîne toujours de vieilles casseroles

Pour les salariés de SGCIB, les perspectives d’un généreux bonus s’évaporent de jour en jour.
Dans un communiqué publié ce matin sur son site Internet, SG a lancé un avertissement sur ses résultats du quatrième trimestre 2009. Ce qui devrait impacter sévèrement le titre en Bourse. Un nouveau coup dur pour les salariés, qui ont déjà du mal à digérer la mise en place de la taxe exceptionnelle sur les bonus. Cette annonce vient confirmer que la partie actions qui compose leur bonus sera, elle aussi, maintenant sérieusement rognée.

Cela pourrait affecter le cours en Bourse car c’est une mauvaise surprise. Cela dit, le reste du business résiste bien , confie un analyste parisien à Reuters.

L’activité Fixed Income montrée du doigt

La nouvelle a en effet créé la surprise ce matin. La banque a revu sa valorisation de produits à risque et passé une charge exceptionnelle de 1,4 milliard d’euros pour dépréciation d’actifs. Le consensus des analystes tablait sur un bénéfice net de 959,75 millions d’euros pour le dernier trimestre 2009. La banque rouge et noire prévient qu’elle restera légèrement bénéficiaire sur cette période. C’est la première banque à faire ce type d’avertissement cette année.

Principale activité montrée du doigt : la BFI, qui devrait enregistrer un produit net bancaire en baisse par rapport au troisième trimestre , en particulier le fixed income après un ralentissement marqué de l’activité des investisseurs dès novembre et des conditions de marché moins favorables . Au troisième trimestre 2009, le groupe avait fait état d’un PNB de 1,76 milliard d’euros dans sa banque de financement et d’investissement.

SG, la proie de 2010 ?

Didier Valet, directeur financier de la banque, a beau assuré que les activités de BFI ont enregistré un bon début d’année encourageant , l’idée d’une consolidation du secteur trouve de plus en plus sa justification avec une Société Générale affaiblie. Les rumeurs de 2009 pourraient finalement se concrétiser.

Selon Xavier Logeais, partner du cabinet de chasse NESS (New Executive Search Solution), Société Générale est la proie idéale cette année. Tout y concourt : nouveau management, taille trop modeste dans un secteur qui globalement va rétrécir, dépeçage qui a commencé, etc.

commentaires (4)

Comments
  1. Il faut voir l’effet positif : ca va permettre de dégonfler un peu le melon à nos stars de la SG.

    Après les Kerviel et les subprimes, SG filiale de La Poste ?

  2. Il est interdit de dire du mal de la SG!

    Tout va bien d’ailleurs, les resultats sont toujours positifs, non?

  3. Est-ce un vrai “profit warning”?.. On pourrait en douter pour tant de raisons..

  4. Le destin de SGCIB est tout tracé… Ca fait 2 ans environ qu’on en parle au sein même de la banque.

    Les nullités de traders et risk managers de la SG n’ont plus rien à prouver. A force de se croire supérieur à tout le monde, ils ne voient pas leurs erreurs grotesques. A la SGCIB, le département de risque, RISQ, est sous-traité et n’appartient pas à SGCIB. Et quand on voit comment les contrôles de risque sont réalisés, aujourd’hui encore, il ne faut pas s’étonner que ça parte en sucette. C’est d’une médiocrité incroyable, un dialogue de sourd et des gens incompétents qui veulent juste faire un rapport pour le management, quelque soit le contenu, l’important est juste d’y mettre quelques beaux chiffres et d’envoyer ça le plus rapidement possible afin de partir le plus tôt possible.

    BNP Paribas monte, Société Générale s’effondre. Au revoir.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici