☰ Menu eFinancialCareers

Emploi en banque d’affaires en France, pourquoi il ne faut pas désespérer…

depression

Bonne nouvelle, la plupart des données sur les activités des banquiers d’investissement français témoignent d’une reprise nette des affaires. Et si, cela se traduira-t-il par des recrutements ?    

D’abord les faits. Les banquiers conseil en M&A ont rarement vécu depuis la crise un début d’année aussi dynamique. Selon Dealogic, le marché français des opérations de fusions-acquisitions annoncées depuis le début d’année pour 2014 atteignait 15,7 milliards d’euros, soit près de deux fois mieux que l’an passé pour la même période. Avec 7 deals dépassant le milliard d’euros, la France se paye même le luxe de prendre la première place du marché européen.

Dealogic-French-volumes-Jan

Source : Dealogic (données au 3 mars 2014)

Côté ECM, la reprise de l’activité est aussi indiscutable : plus de 3,6 milliards d’euros ont été levés par des sociétés françaises à ce jour depuis le début de l’année, selon Dealogic. C’est près de cinq fois plus qu’à la même période l’an dernier, et 2014 figure comme le meilleur démarrage depuis 2005 sur ces deux premiers mois de l’année. Selon les informations recueillies par Les Echos, Euronext tablerait cette année sur une dizaine de nouvelles cotations avec des levées de plus de 500 millions d’euros à Paris.

Sur le plan de l’emploi, les signaux positifs de reprise se multiplient également. « Nous constatons surtout – chose nouvelle – une volonté de remplacer les départs d’Analyste, d’Associate et de Vice President de manière quasi systématique dans les équipes en place et alors que quelques boutiques se montrent plus offensives, confie Etienne Maillard, fondateur et associé de Themis Executive Search. De manière générale, les développements d’équipes restent encore l’exception. Les banques d’affaires se montrent prudentes, ayant à l’esprit le rebond du 1er semestre 2012 qui précéda immédiatement un net ralentissement de l’activité dès le deuxième semestre et dont on sort à peine. Nous espérons néanmoins que 2014 soit un bon cru pour le recrutement de banquiers conseils en M&A, ECM et DCM ».

LIRE AUSSI :

Rémunérations en banque d’affaires et finance de marché à Paris, Londres, New York : les “vrais” chiffres

Quitter la banque d’affaires pour rejoindre une équipe M&A d’un Corporate, une bonne idée ?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici