☰ Menu eFinancialCareers

Les banques intensifient leur recrutement en Chine

Les banques d’affaires qui cherchent à renforcer leur présence en Chine continentale en plus de leur présence à hong kong sont en phase de recrutement.

‘Il y a eu un énorme boom des recrutements dans le secteur bancaire (en Asie) au cours des six mois derniers, largement du à la Chine continentale’ selon Harry O’Neill, managing director du groupe de Whitney à hong kong.

D’après Mike Brennan, responsable mondial des marchés financiers chez Alexander Mann, les banques cherchent en particulier à établir une force commerciale sur place en Chine : ‘de plus en plus de banques émigrent sur le continent Chinois. C’est une tendance appelée à durer.’

Les recrutements se concentrent sur les postes de sales actions et dérivés, mais aussi sur les activités de gestion d’actifs, de banque d’affaires et d’analyse crédit expliquent les chasseurs de têtes. ABN Amro, Barclays Capital, Deutsche Bank, Merrill Lynch sont parmi les plus gros recruteurs cette année.

Il y a quelques semaines le Crédit Agricole a indiqué être à la recherche d’un partenaire chinois en gestion privée tandis que HSBC était en négociation pour prendre une participation dans le cinquième plus grand groupe bancaire chinois, Bank of Communications.

Le mois dernier JPMorgan a indiqué recruter cette année 10 analystes additionnels sur le continent Chinois ; et ce mois ci UBS a embauché pour développer sa présence en Chine George Li, le fils d’un ancien membre du Politburo chinois, Li Ruihuan.
En dépit de sa relative inexpérience en banque d’investissement, Li a été recruté au poste de managing director. Les relations ont toujours été essentielles dans la banque d’affaire chinoise où il est utile d’entretenir des liens avec l’élite dirigeante.

Ceci étant la réputation de ces kadors de la banque aux connections politiques importantes a été largement entamé en juin, Citigroup ayant suspendu Margaret Ren, un parent de Zhao Ziyang, premier ministre chinois dans les années 80, pour avoir présenté des fausses informations à la banque et aux régulateurs.

Le vent tourne et les recrutements purement relationnels ont de moins en moins cours expliquent les chasseurs de têtes. Les banques recherchent de plus en plus des chinois qui ont travaillé et été formé à l’étranger rapporte Brennan : ‘il y a une demande massive en returnees – des chinois de 25-35 ans disposant d’une éducation et d’une expérience du secteur bancaire obtenues en Occident.’

Toujours selon Brennan, les salaires des banquiers travaillant sur le marché chinois peuvent être généreux : il n’est pas rare qu’on offre 1 million de $ à des spécialistes en dérivés travaillant sur le marché chinois depuis Hong Kong. Les salaires à Shanghaï sont souvent moitié moins importants qu’à hong kong, mais le coût de la vie est inférieur.

Les efforts des banques pour s’implanter en Chine ne diminuent pas malgré les incertitudes pesant sur les affaires. En 2003, le PIB Chinois a augmenté de plus de 9% et a suscité des inquiétudes quant à une possible surchauffe.

D’autres inquiétudes se sont fait jour après des accusations d’irrégularités comptables chez China Life Insurance, plus grosse introduction en bourse du pays en 2003 ($3.5 milliard).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici