☰ Menu eFinancialCareers

Les tests de personnalité: un passage frustrant mais parfois obligé

Si on vous avait dit que vous alliez devoir affronter Papi pour intégrer la banque de vos rêves, vous ne l’auriez peut-être pas cru. Mais voilà, les tests de personnalité de type Papi, MBTI, Sosie… sont de plus en plus utilisés au moment du recrutement et donnent du fil à retordre aux candidats qui ne savent souvent pas comment aborder l’épreuve.

Les tests de personnalité, tout comme les tests appartenant aux autres grandes catégories (tests d’aptitude ou de mise en situation), sont plus fréquents qu’on ne le pense: nombreuses sont les banques et grandes entreprises qui les utilisent, l’intérêt étant d’évaluer si la personnalité du candidat est réellement en adéquation avec la fonction qu’il est susceptible d’occuper. Il s’agit de vérifier s’il pourra correspondre aux exigences du poste: s’il possède autonomie, leadership, organisation, logique, esprit d’équipe, communication… etc

Ces tests sont généralement organisés suite à un premier entretien au cours duquel le parcours et le CV du candidat ont déjà pu faire l’objet d’une première évaluation. Ils permettent alors au recruteur d’affiner sa première impression et de déterminer s’il a vu juste sur les caractéristiques du candidat. Les tests peuvent également intervenir juste avant une entrevue et orienter l’entretien qui va suivre. L’objectif est toujours pour le futur employeur de se donner les armes afin de réaliser le meilleur recrutement possible. Le candidat soumis à ces tests peut aussi bien être junior que chevronné.

Le choix du test utilisé dépend entièrement de la banque ou de l’entreprise considérée. KPMG annonce par exemple sur son site l’utilisation du test de personnalité Papi pour les managers seniors. Ce test, très apprécié des banques et des recruteurs, soumet le candidat à un questionnaire comprenant 90 paires d’affirmations se rapportant à des sujets professionnels variés. Le principe est de choisir celle des deux phrases qui vous correspond le mieux. Le futur employeur évalue ainsi votre facon de travailler et vos préférences.

Un autre test prisé est le MBTI. Dans ce test, il vous faut choisir la réponse qui vous est la plus proche dans une succession de questions à choix multiples. Il permet de définir votre profil psychologique en établissant si vous êtes davantage extraverti ou introverti, si vous suivez votre intuition ou vos sensations, votre jugement ou votre perception, votre pensée logique ou vos sentiments. Vous saurez ainsi quel est votre mode de perception, de passage à l’action et quels sont vos critères de prise de décision.

Parmi les autres tests utilisés: le test Sosie qui permet de donner une image fidèle de vous au travail. D’autres tests reposent sur l’analyse de photos ou d’images (TAT ou le test de frustration de Rosenzweig) en mesurant les réactions du candidat face aux différentes situations présentées.

Dans tous les cas, rassurez-vous, vous serez amené à discuter vos résultats avec votre recruteur et pourrez éventuellement réaffiner certaines caractéristiques.
Comment aborder ces tests? Difficile d’évaluer la place que donnent les entreprises à ce type d’épreuve. Un test loupé peut-il condamner le recrutement d’un candidat? Il semble difficile d’embaucher un candidat dont les tests réveleraient une absence de leadership et de capacité à travailler en équipe pour un poste de manager par exemple.

Pourtant, certains candidats remettent en question la pertinence des résultats de ces tests de personnalité. Ainsi, cette jeune diplomée qui, suite à un entretien d’embauche pour un poste de gestionnaire d’actifs, a rempli un questionnaire Papi pour s’entendre dire qu’elle était particulierement organisée, à la limite de la rigidité. “Rien de mal à être une personne ultra organisée mais cela ne me ressemble pas. Difficile de dire à un recruteur qu’on est beaucoup plus souple que les tests ne le laissent présager”, explique-t-elle. Les tests seraient pour certains variables selon les humeurs du candidat qui y est soumis.

Quel que soit votre approche, abordez ces tests avec honnêteté et curiosité. Comme le précise KPMG, il n’existe ni bonne ni mauvaise réponse. Il est de votre interêt comme de celui de votre potentiel employeur de savoir si vous correspondez réellement à la mission qui vous sera confiée. Inutile de vous créer une personnalité pour l’occasion, d’autant que les questions se répetent et se recoupent… et que vous pourriez donc être pris la main dans le sac. Demandez plutôt les résultats de vos tests pour en apprendre davantage sur vous ou seulement les regarder avec curiosité.

commentaires (2)

Comments
  1. Où est-ce qu’on peut s’entrainer sur le site concernant les tests?
    Merci.

  2. Désolé mais eFinancialCareers ne propose pas de test de personnalité sur son site.
    Vous pouvez cependant trouve des exemples de tests numériques sur la page Jeunes Diplômés.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici