☰ Menu eFinancialCareers

Un trimestre pour rien pour les employés de CA CIB ?

Surtout ne pas checker l’évolution du titre, au risque d’avoir le spleen à la vue de son bonus fondant comme neige au soleil. Lanterne rouge du Cac 40 ce matin, Credit agricole est la seule banque française à avoir affiché des résultats inférieurs au consensus pour le 1er trimestre, soit un bénéfice de 470 millions d’euros contre 511 millions d’euros attendus par les analystes.

Attaqué en bourse

Depuis le début de l’année, le titre a perdu 16%. Même Goldman, souffre-douleur des médias, n’a pas perdu autant (-15% depuis début janvier). L’action de la banque d’affaires a d’ailleurs gagné 14% sur un an, à l’image du secteur bancaire français (+15%), CA a quant à lui reculer de près de 7% sur cette période.

La cause des attaques du titre en bourse ? Les conséquences potentielles de Bâle III sur les fonds propres de la banque, des poursuites de la justice américaine pour avoir fourni des informations trompeuses aux agences de notation sur des titres hypothécaires (AFP), son exposition à la Grèce dont un “montant de provisions significatif” sur sa filiale Emporiki (Reuters), et une BFI à la peine.

L’arrivée de Jean-Paul Chifflet, peu porté sur les activités de marchés, à la direction du Crédit agricole n’est pas de nature à rassurer les salariés de la BFI.

CA CIB enfin dans le vert

Un nouveau nom (CA CIB remplaçant Calyon), un nouveau site de l’autre côté du périphérique et de nouvelles priorités affichées ( les difficultés de Calyon sur les marchés des dérivés ont créé l’opportunité de remettre à plat l’organisation de ces métiers, mais aussi du modèle de BFI , dixit Chifflet) suffiront-ils à convaincre les marchés et les employés ?

En attendant, après neuf trimestres passés dans le rouge, CA CIB contribue positivement aux résultats du Groupe à hauteur de 157 millions d’euros. Les revenus du Fixed income (532millions d’euros), du pôle Actions (378 millions) et de la banque de financement (651 millions) marquent tous une progression par rapport au dernier trimestre.

commentaires (7)

Comments
  1. ils ont leur salaire mensuel , dans un pays avec 10 pct de chomeurs, c est deja beaucoup !

  2. Génial EGANEM, et puis ça c’est la faute à Sarko aussi hin !

  3. En tant que consultant j’ai pu constaté le climat orwellien qui règne dans cette banque. Particulièrement grotesque est la manière dont Calyon – mais la manoeuvre est classique – s’est arrangée pour faire disparaître les pertes enregistrées avec les opération de titrisation de type subprime qui ont mal tourné. Un bon consultant ne doit pas poser de questions sur la manière dont sont comptabilisées les pertes ni sur la nature des opérations. Les tacherons doivent se contenter de pondre un data model pour le logiciel de gestion des risques afin de faire disparaître des fraudes comptables grossières sous un magma de règles et de procédures destinées à faire croire que la banque prend la gestion des risques au sérieux. Naturellement du côté du Front office, les traders sont trop occupés pour perdre leur temps avec ce genre d’usine à gaz à l’usage exclusif du département des Risques chargé de produire des reportings convaincants à la Commission bancaire. Tout se passe comme si les grouillots du back et du middle office n’étaient là que pour faire illusion, andis que la fête continue entre les traders et leurs contreparties type hedge funds.

  4. Le fric le fric le fric ! A croire que l’on ne trouve aucun autre intérêt au travail dans la finance !

  5. ceux qui ne sont pas satisfait de leur sort peuvent toujours demisionner !!!

    pas vrai, jacques ?

  6. Malgre la vague de licenciements a l’etranger dans cette banque et en France , cela n’aura pas permis de redresser la barre. Dehors, les dirigeants….a force de coopter les petis copains des Caisses Regionales et apres avoir mis les vrais banquiers de la place dehors, notamment les ex Credit Lyonnais, d’ailleurs ils reussissent mieux dans d’autres etablissements a en voir le nombre dans les directions generales maintenant…………bien fait pour vous les fermiers. Il fallait garder les bons.

  7. CA CIB est dirigée par un Monsieur Issue ds caisses régionales qui ne porte pas les activités de marché dans son coeur ou meme ailleurs.

    Ces activités si elles sont correctement mangées (Dixit BNP et SG pour les tricolores) peuvent rapporter gros mais ça va pas plaire aux politiques et à l’opinion publique.

    Conclusion CA CIB ne se donne pas les moyens humain et financier de performer dans ces activités., donc pas de gros bonus, des traders pas contents, et si on pousse la logique un Middle et un Back payé au lance pierre, des projet sIt en berne, …

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici