☰ Menu eFinancialCareers

La banque qui doit recruter 1.000 personnes en 12 mois

Willike

La Banque Centrale Européenne (BCE) doit recruter beaucoup de monde, et vite. Suite à la décision européenne de créer un mécanisme de surveillance bancaire unique (SSM) pour les 130 plus importants établissements de l’Eurozone, la BCE s’est vu attribuer la tâche d’augmenter ses effectifs de 1.000 postes en l’espace de seulement 12 mois. Tous seront basés à Francfort, au siège de la BCE. Nous avons parlé à Caroline Willeke, en charge de ces recrutements.

Votre mission est de recruter 1.000 professionnels. Comment vous y prenez-vous ?

Nous devons recruter 770 professionnels en charge de la supervision bancaire et 230 personnes pour les fonctions support comme les services statistiques, juridiques, informatiques, ressources humaines. Toutes les offres d’emploi seront publiées sur notre site web, et certaines feront également l’objet d’annonces dans les médias. Les dates de dépôt des candidatures pour les 10 principaux postes de direction sont déjà passées. Nous nous tournons désormais vers les postes de middle management. Ces derniers sont particulièrement importants car ces hommes et ces femmes auront la lourde charge de coordonner les différentes équipes de supervision. Nous commencerons à publier les annonces pour les postes d’experts début 2014. Et nous avons déjà publié quelques postes sur les fonctions support.

Le gros du travail pour vous va donc commencer début 2014 ?

En fait, nous sommes déjà en recherche active de personnels, et quelques-uns nous ont déjà rejoints. Nous employons aussi 80 experts transférés d’autres banques centrales de manière temporaire. Ces spécialistes nous aident à préparer les procédures de contrôle afin que dans les 12 prochains mois nous puissions évaluer la santé des établissements, avant de prendre complètement la main en matière de supervision. D’ailleurs, nous allons très vite recruter 30 auditeurs, car ce travail doit être réalisé au plus vite.

Ces 110 personnes seront-ils en charge de l’application du SSM ?

Ils devront pour cela candidater pour un poste permanent. Tous ces spécialistes se voient proposer un contrat de trois ans et les managers un contrat de cinq ans. A l’issue de cette période, nous déciderons si nous souhaitons les garder sur la base d’un contrat à durée indéterminée.

Est-ce que vous embauchez uniquement au sein des banques centrales ? Quelle place accordez-vous aux candidatures de professionnels issus de l’industrie des services financiers ?

Nous recherchons une mixité de profils et de backgrounds. Nous nous sommes déjà rendus présents au sein des autorités de régulation nationales pour informer leurs employés des postes que nous proposons. Parallèlement, nous recherchons des profils de gestionnaires des risques, avec une expérience en banque ou dans les départements des cabinets d’audit chargés d’auditer les établissements bancaires, par exemple.

Les professionnels des risques, de la compliance et les spécialistes de la réglementation ont été très en vue sur le marché de l’emploi en finance depuis des années maintenant. Comment comptez-vous les convaincre de vous rejoindre ?

La mise en place d’un nouveau superviseur bancaire constitue un défi, qui peut apporter beaucoup dans la carrière de ces professionnels. Ils ont la chance de pouvoir travailler avec des experts extrêmement compétents venus de toute l’Europe. Je crois aussi que les packages de rémunération, qui incluent également pour les enfants de nos employés une inscription à l’Ecole Européenne ou à la crèche, peuvent être compétitifs avec le secteur privé.

LIRE AUSSI :

« Chouchous » des banques, les professionnels des risques ? Plus pour très longtemps…

Cette place financière européenne avec ses généreux salaires, et quasi-épargnée par les licenciements

 

Vous attendez-vous à rencontrer des difficultés à convaincre des personnes de partir de Madrid, Londres ou Paris pour Francfort? L’Allemagne n’est pas un pays anglophone.

Jusque-là les retours que j’ai pu avoir ont été positifs. Nous recevons beaucoup de candidatures de toute l’Europe. A Francfort, ne pas parler Allemand n’est pas vraiment un problème. Je connais de nombreux collègues qui ne parlent quasiment pas l’Allemand et qui se sentent bien à Francfort. C’est une ville très internationale et libérale où la plupart des gens parlent l’Anglais. Certains considèrent qu’elle est plutôt petite par rapport à des villes comme Madrid ou Rome, mais une fois installée ils réalisent que Francfort offre une vie culturelle bien plus dynamique que dans beaucoup d’autres grandes villes.

Quelles sont les langues que les candidats à un poste à la BCE doivent maîtriser ?

La langue de travail est l’Anglais. Et nous souhaitons que nos employés puissent également maîtriser une autre langue européenne. Ce qui n’est pas un problème pour la majorité des candidats, sauf éventuellement pour les anglophones. Les candidatures aux divers postes se font toujours en Anglais.

Quelles sont les nationalités autorisées à candidater pour un poste à la BCE?

Il faut avoir un passeport d’un pays de l’Union Européenne.

Quel est le niveau d’étude et d’expérience exigé ?

Pour les postes d’experts, nous recrutons généralement à un niveau Master ou à un niveau Licence, suivie de quatre ans d’expérience.

Est-ce que les jeunes diplômés peuvent tenter leur chance?

Au vu du nombre de personnes que nous devons embaucher, je n’exclurais pas totalement les candidatures de jeunes diplômés avec une petite expérience. Au début de son existence, la BCE avait surtout d’abord embauché des professionnels expérimentés. C’est ce que nous essaierons de faire également pour les postes consacrés à la mise en place du mécanisme de supervision unique. Parallèlement, rappelons qu’il existe un « graduade scheme » à la BCE, et l’on peut supposer que dans le futur des places au sein de ce programme seront dédiés au mécanisme de supervision unique.

Croyez-vous vraiment possible le recrutement de 1.000 professionnels qualifiés en 12 mois ?

Nous ne ferons aucun compromis sur la qualité des profils que nous recruterons simplement pour atteindre cet objectif de recrutement. Au sein de l’équipe des ressources humaines, nous sommes totalement investis pour recruter autant de personnes sur une année qu’il le faut, et nous sommes très optimistes sur l’atteinte de cet objectif. Jusqu’à ce jour, nous avons toujours été dans les délais. Une fois que les premiers directeurs nous auront rejoints, ils feront tout pour pourvoir les postes au sein de leurs équipes.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici