☰ Menu eFinancialCareers

Natixis supprime 700 postes surtout en France… pour recruter autant voire plus à l’étranger

natixis

Le plan stratégique 2014/2017 de BPCE et de Natixis, tant attendu, a vu le jour hier. C’est le premier groupe bancaire français à dévoiler des objectifs aussi détaillés depuis les suites de la crise de la zone euro.

Sans surprise, il officialise la suppression de 700 postes chez Natixis pour atteindre ses objectifs pour 2017, notamment celui d’atteindre le seuil de 8 MD€ de revenus. La banque confirme que ces mesures s’appliqueront « principalement en France sur les activités ne présentant pas un profil de rentabilité suffisant », sans plus de précision. Les rencontres avec les partenaires sociaux, qui se tiendront à partir de demain, permettront d’en savoir plus. La direction a cependant déjà donné mi-octobre quelques billes aux syndicats : les métiers de la Banque de Grande Clientèle (BGC), qui ont déjà vu leurs charges fixes baisser en un an de 4% sur la période des neufs premiers mois de l’année, et les fonctions support du groupe en France seraient les activités les plus touchées par ce plan additionnel de réduction des coûts de 100 millions d’euros à partir de 2015.

“New Frontier”

Cependant la baisse des coûts et la recherche de synergies avec le groupe BPCE, engagées par le plan New Deal qui s’achève, n’est pas le seul levier utilisé par Natixis pour adapter son modèle économique. Comme la plupart des banques européennes, la banque de gros du groupe BPCE met résolument le cap sur l’international dans son nouveau plan intitulé New Frontier. Sur ce point, la banque apporte des éclairages nouveaux. Les deux métiers cœurs principalement visés ici sont :

1 – Les métiers de la BGC : pour accentuer leur développement à l’international, la banque veut y porter la part de ses effectifs de 40 à 50% d’ici à 2017. D’après les chiffres du dernier document de référence, cela correspond à une augmentation de l’ordre de 400 à 450 employés.  La banque cite le renforcement de ses plateformes dérivés actions et fixed income sur la zone Amérique (LatAm, Canada,…) ; un ciblage des activités de marché et les financements structurés en zone EMEA, et un déploiement du modèle « Originate-to-Distribute » et du trade finance en Asie.

2 – La gestion d’actifs : là, l’expansion internationale se veut plus agressive encore avec une augmentation de ses effectifs de 500 ETP (équivalents temps plein) « principalement hors de France » d’ici à 2017, en l’occurrence via le développement de sa plateforme aux Etats-Unis et un renforcement de la distribution dans les zones géographiques dynamiques (Asie, LatAm, Moyen Orient).

Conclusion : Natixis se prépare sur la période 2014-2017 à augmenter ses effectifs à l’étranger de près de 950 employés. Un chiffre supérieur donc aux 700 suppressions de postes que la banque prévoit principalement en France. Un lot de consolation pour les employés de Natixis en France ? Peut-être bien. Si le développement à l’international sera très probablement mené d’abord à travers des recrutements externes, dans la mesure du possible la banque essayera de transferer des professionnels basés en France vers l’étranger (idéalement parmi ceux dont le poste sera supprimé en France). Un dossier sensible sur lequel les partenaires sociaux ne manqueront pas d’être attentifs.

LIRE AUSSI :

Natixis, le retour gagnant ?

700 postes supprimés chez Natixis d’ici à fin 2015 : les perdants et les gagnants

Suivre la journaliste sur Twitter :  @JuliaLemarchand

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici