☰ Menu eFinancialCareers

Paris se dit prête à des concessions fiscales pour rapatrier ses banquiers depuis Londres

Le gouvernement envisage des mesures favorables en termes d’imposition sur le revenu et sur les retraites pour les gros salaires désireux de rentrer en France.

Selon les propositions faites par Bercy fin mai, les banquiers de retour au pays paieraient des impôts minorés sur leur salaire et bonus, en plus d’un abaissement à 40 % du taux d’imposition marginal. En outre, un plafond annuel serait instauré sur la taxation directe des bonus ou des plus-values immobilières. Le détail des mesures reste attendu.

Les autorités prévoient aussi de rendre transférables sans pénalités les cotisations personnelles acquittées à l’étranger. Une source proche du gouvernement indique : nous sommes conscients qu’une grosse énergie du secteur financier est happée par Londres et d’autres places. Le premier ministre Dominique de Villepin en est saisi et les mesures visent à permettre aux hauts revenus de ne pas penser qu’ils doivent aller à l’étranger pour réussir dans la vie .

Ces incitations fiscales ont initialement été conçues par le gouvernement Raffarin en 2003. Cette année là, la tranche supérieure d’imposition sur le revenu venait de passer à la baisse la barre des 50 % pour la première fois depuis 1981. Ce qui n’avait pas empêché les banques françaises de délocaliser leurs activités à Londres où le taux d’imposition est nettement inférieur.

Les estimations du nombre de citoyens français vivant à Londres faites par le gouvernement avoisinent 300 000, dont une proportion significative travaillent dans la banque, la gestion d’actifs ou l’audit.

Une banque comme Société Générale se qualifie elle-même de bipolaire, à la fois basée à Paris et à Londres où elle effectue la majeure partie de ses opérations de dette.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici