☰ Menu eFinancialCareers

Bâle II : les ingénieurs financiers sur le pied de guerre

Depuis quelques années, les banques raisonnent en terme de RAROC (Retour sur le capital ajusté du risque pris) pour l’ensemble de leurs opérations, depuis le prêt aux particuliers jusqu’au service de gestion des flux des entreprises. L’ensemble des métiers est si bien impacté au sein de la banque que, selon la Société Générale, le travail de modélisation a vocation à faire évoluer les méthodes et modèles existants, selon les besoins des lignes métiers et/ou les exigences de la réglementation, en étroite liaison avec les opérationnels des différentes branches . Mission corollaire : assurer la mise en conformité de ces méthodes d’estimation, en accord avec les exigences de Bâle II.

Un réel talent en communication

Les profils retenus sont évidemment très matheux. Les banques recrutent des diplômés des grandes écoles d’ingénieurs (X, ENSAE, …) ou, éventuellement, des titulaires de troisième cycle universitaire avec option modélisation ou mathématiques financières. Le vrai plus, c’est d’avoir une expérience professionnelle et de maîtriser la problématique bancaire en termes de gestion des risques. Encore mieux : une maîtrise de la gestion quantitative du couple risque / rentabilité.

Pour les profils senior, véritables pilotes des projets, des aptitudes à communiquer sont nécessaires. Car, il faudra expliquer aux opérationnels, division par division, métier par métier, comment appliquer la méthode Bâle II. Ce calcul de la rentabilité ajustée du risque leur permettra ainsi de proposer le juste prix à leurs clients respectifs. En plus de la documentation des méthodes retenues, il y aura un important travail de formation et de communication autour de Bâle II et des travaux menés par le Groupe. Le chargé de mission devra formuler des recommandations en matière de gestion et de contrôle des risques de crédit , explique-t-on aux Banques Populaires.

Ces métiers n’étant pas exposés aux résultats opérationnels de la banque, la partie variable de la rémunération n’est pas significative. Les salaires doivent toutefois refléter le haut niveau de qualification. Un junior pourra prétendre jusqu’à 45 k€ annuel. Un modélisateur expérimenté verra sa rémunération osciller entre 55 k€ et 110 k€ en cas de responsabilités managériales.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici