☰ Menu eFinancialCareers

“Je ne suis pas riche” : plaidoyer d’un ex-banquier français, propriétaire d’un appart à Manhattan de 3 millions de dollars

Poor

Que deviennent les finances des banquiers une fois qu’ils quittent la banque ?

Yan Assoun, un ex-banquier français de 43 ans, ancien responsable du trading des dérivés actions en Europe chez Credit Suisse à Londres, assure, lui, ne plus avoir d’argent. « Mes revenus ont fortement baissé ces derniers temps », a-t-il déclaré hier devant la Cour d’Appel de Londres, devant laquelle il contestait une décision datant de juillet l’ordonnant à payer les frais d’avocats de son ex-femme Anaïs Assoun, avec qui il est en instance de divorce depuis deux ans. Les frais en question s’élèvent à 235k livres sterling. Une somme qui vient s’ajouter à une pension alimentaire annuelle de 230k£ pour elle et l’éducation de leurs deux enfants, ainsi qu’à un patrimoine d’une valeur de 1,1 million de livres obtenu par l’ex-épouse dans un premier jugement en 2011.

Évoquant le montant des frais d’avocats de son ex-femme, l’ancien banquier a insisté auprès des juges : « Je n’ai pas cet argent… Je n’ai même pas la capacité d’emprunter. J’ai déjà de trop nombreuses dettes à honorer. Je n’ai plus d’argent. »

Yan Assoun a débuté sa carrière comme trader sur produits dérivés chez BNP Paribas à Paris avant de rejoindre les desks de trading sur dérivés à Londres puis à Francfort de la banque française, puis de Deutsche Bank pendant 6 ans. Il est embauché par Credit Suisse en 2007 à Londres, et est licencié deux ans plus tard. Au bord des larmes, le banquier se rassure en se disant qu’il a, malgré tout, la sécurité financière lui permettant de nourrir sa famille, confie-t-il alors à Bloomberg. Yan Assoun n’est pas de ces ex-banquiers désormais contraints de faire la queue pour décrocher un HLM à Londres.

LIRE AUSSI :

Les banques qui payent proportionnellement le mieux leurs analystes par rapport aux dirigeants

4 choses essentielles à savoir sur la recherche d’emploi chez les financiers

Aujourd’hui, Anaïs Assoun est convaincue que son ex-banquier de mari, qui a refait sa vie à New York depuis 2009, a largement les moyens de payer ses frais d’avocats. La presse britannique n’a pas manqué de titrer sur son appartement à Manhattan d’une valeur de 3,3 millions de dollars. L’ancien banquier s’est également mis à son compte en 2009 en lançant une société de trading ‘MYD Market‘, qu’il dirige avec deux partenaires, deux frères – des banquiers français eux-aussi – David et Michael Benisty (ex-‘boy friend’ d’Ophélie Winter et de Larusso).

Cette société, dans laquelle Yan Assoun détient la moitié des parts, affiche un chiffre d’affaires annuel de 8 millions d’euros. Yan Assoun affirme que les apparences peuvent être trompeuses. S’il est venu hier sans avocat plaider lui-même devant la Cour d’Appel, c’est précisément qu’il n’a plus les moyens de s’en payer un pour lui-même, a-t-il affirmé aux juges. L’appel de Yan Assoun a pour l’heure été rejeté. D’autres audiences pourraient néanmoins être à nouveau organisées.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici