☰ Menu eFinancialCareers

Les banques qui payent proportionnellement le mieux leurs analystes par rapport aux dirigeants

Vous êtes junior dans une banque d’investissement ? Félicitations ! Si vous êtes à Londres, vous pouvez toucher quelque chose comme 55k£ par an. Mais combien gagnent votre top management ? Au risque de semer la discorde dans les rangs, vous travaillez donc 100 heures par semaine pour 55k£ par an simplement pour que quelqu’un beaucoup plus haut placé que vous puisse décrocher une rémunération d’un million de livres ? C’est bien possible.

Le sujet épineux des écarts de salaires est d’actualité, rappelons que les Suisses s’apprêtent le mois prochain à voter à un référendum pour limiter au sein d’une même entreprise le plus haut salaire à 12 fois le montant du salaire le plus bas. Si un tel référendum devait être voté à Londres, beaucoup de banques serraient mises à l’amende…

Emolument, le site web spécialiste des comparaisons de salaires, nous a fourni des données sur les rémunérations totales des analystes et des managing directors travaillant en front-office (vente, trading, banque d’affaires) au sein de plusieurs grandes banques. Grâce à ces chiffres, nous avons pu mettre en place un indicateur d’écart de rémunération, à partir duquel il est possible d’évaluer la disposition des établissements à payer relativement généreusement les employés les plus jeunes au regard de leurs ainés ou au contraire à concentrer l’enveloppe des rémunérations au profit du haut de l’échelle hiérarchique.

À LIRE AUSSI :

Voici pourquoi les patrons de l’industrie financière sont de mauvais CEO

Fracture sociale : l’étude qui dénonce les rémunérations des financiers

Comme d’habitude, les chiffres d’Emolument n’ont pas été validés par les banques, qui ne discutent pas de leur politique salariale. Autre avertissement : le site a refusé de nous donner la taille de ses échantillons, mais affirme que sa base de données comprend 12.000 références et que les chiffres ci-dessous ont subi des tests pour détecter d’éventuelles anomalies statistiques.

Si tel est bien le cas, les résultats de notre calcul ne sont pas tout à fait surprenants. Ils suggèrent que si vous voulez travailler pour une banque qui adopte une vrai politique de partage des richesses en son sein, vous devez plutôt vous orienter vers un acteur français (à l’exception de BNP Paribas), ou essayer HSBC et, plus étonnant, Goldman Sachs. Si vous cherchez à optimiser votre rémunération tout au long de votre carrière, mieux vaut démarrer chez JP Morgan, avant de récolter les fruits de votre expérience chez Morgan Stanley …

‘Partage des richesses” : qui sont les meilleurs élèves ?

1. Credit Agricole : Les managing directors gagnent (seulement) 7.3 fois plus que les analystes   

Vous voulez travailler pour une banque sensible à une politique de distribution des salaires la plus juste possible ? Essayez Crédit Agricole. Les analystes de la banque française sont payés en moyenne de 42k£, selon Emolument. Les managing directors, eux, obtiennent une rémunération de 312k£ en moyenne, soit environ sept fois plus que leurs collègues les plus juniors. Ceci en fait la banque la plus « égalitaire » de ce panel.

2. HSBC: Les managing directors gagnent 10,5 fois plus que les analystes

HSBC n’est pas française, mais semble apprécier la philosophie des établissements tricolores. Ce n’est donc peut-être pas un hasard si HSBC est la banque étrangère qui abrite la plus grande banque d’investissement en France, et de loin, avec 1.300 employés à Paris. Les managing directors basés à Londres, eux, sont payés en moyenne 523k£ versus 50k£ pour les analystes.

=3. SocGen : Les managing directors gagnent 10,5 fois plus que les analystes

Les managing directors de la SocGen perçoivent en moyenne 384k£ tandis que les analystes se contentent de 31.5k£, selon Emolument. La banque au logo rouge et noir ne se montre pas particulièrement généreuse avec ses jeunes recrues en comparaison avec le marché. En revanche, elle semble mettre un certain point d’honneur à ne pas déraper en matière d’écart salariale.

=3. Goldman Sachs : Les managing directors gagnent 10,5 fois plus que les analystes

Goldman Sachs est relativement généreuse avec ses analystes, qui perçoivent un salaire annuel de 55k£ en moyenne. Les MD chez Goldman gagnent environ 682K£. C’est beaucoup, mais pas autant que chez certains de leurs concurrents.

4. JPMorgan : Les managing directors gagnent 14 fois plus que les analystes

Les managing directors de JPM touchent en moyenne 827k£ par an. Les analystes, eux, sont rémunérés 58k£. Cela fait  de JPM la banque la plus généreuse du panel, en particulier à l’égard de son senior management.

= 5. Barclays : Les managing directors gagnent près de 16 fois plus que les analystes

Les managing directors de Barclays touchent en moyenne 808k£ par an tandis que la rémunération annuelle des analyses se situe autour de 51k£, d’après Emolument.

=5. UBS : Les managing directors gagnent 16 fois plus que les analystes

Les managing directors d’UBS perçoivent un package annuel de 761k£ en moyenne. De leur côté, les analystes gagnent environ 47k£, selon Emolument. Le géant suisse semble payer moins que son rival britannique Barclays à tous les niveaux, mais au final l’écart des salaires est équivalent.

=5. BNP Paribas : Les managing directors gagnent 16 fois plus que les analystes

BNP Paribas est manifestement moins généreuse qu’UBS et Barclays si l’on en croit les données d’Emolument. La répartition de l’enveloppe des remunerations en revanche suit la même logique. Les analystes sont rémunérés par le premier groupe bancaire français 33k£ contre une moyenne de 548k£ accordés à leur MD.

6. RBS : Les managing directors gagnent 21 fois plus que les analystes

RBS n’a pas une politique de rémunération très généreuse, quoique ses managing directors s’en sortent plutôt bien avec une enveloppe moyenne de 986k£ par an. En comparaison, les analystes perçoivent 45k£ par an.

7. Morgan Stanley : Les managing directors gagnent 23 fois plus que les analystes

La banque d’affaires américaine paye ses managing directors particulièrement bien puisque les données recueillies par Emolument indique une moyenne de 1,16m£ annuel. Les analystes sont plutôt bien rémunérés (50k£/an) au vu du marché, mais assez finalement comparativement à leur senior management.

 

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici