☰ Menu eFinancialCareers

24 heures dans la vie d’un trader taux d’intérêt

6:45 : le réveil sonne et la maison s’agite très rapidement. Comme tous les traders dont le gros de l’activité correspond à la séance de Bourse, il se lève très tôt mais quitte la banque également assez tôt, ce qui lui permet de profiter de ses enfants. La répartition des rôles est claire. Sa femme emmène les enfants à l’école le matin, et c’est Régis qui assure la relève de la baby-sitter le soir. Il faut quand même se préparer.

7:15 : Régis prend le bus pour gagner la banque située de l’autre côté de la Seine. Heureusement, à cette heure là, ça roule bien. Le calme avant la tempête…

7:45 : On rentre dans le vif du sujet. Avant l’ouverture de la séance, je fais un récapitulatif de ce qui s’est passé pendant la nuit sur les autres places mondiales. Notamment, je vérifie l’évolution des principales variables de marché susceptibles d’affecter mes positions : taux, actions, marchés spot et matières premières , indique Régis Fillon.

8:10 : Comme chaque matin, morning briefing des économistes, analystes et traders de chaque desk. Depuis quelques semaines, le marché de taux est particulièrement sensible à l’évolution des taux d’intérêt à long terme particulièrement volatils, mais surtout au comportement des titres de dettes et actions de General Motors et Ford qui ont fait décaler le marché, et qui affectent les autres émetteurs.

Après avoir balayé ces informations, je peux faire un point sur l’évolution de mes positions et donc de mes objectifs , poursuit Régis.

9:00 : Début de séance. En fonction du calendrier des échéances de mes titres et du fixing, je déboucle certaines positions. Viennent ensuite les opérations techniques comme la mise en place ou le débouclage de contrat dit calendar spread sur le strip euribor, qui consiste à vendre une maturité et en acheter une autre

D’une façon générale, la journée est ensuite consacrée au trading pur de papier. Je regarde les runs sur les fils d’information Reuters et Bloomberg et, selon ma stratégie et ma vision macro-économique, je vends ou j’achète des titres . Pour les contrats futures, le trader dispose d’une plate-forme de trading électronique type GL Trade.

12:15 : Pause déjeuner. 40 minutes maximum en général, et il n’est pas rare qu’il s’agisse d’un simple sandwich sur le desk. Une fois par trimestre en revanche, je m’accorde le temps d’un festin dans un grand restaurant, à l’invitation d’un courtier , se console Régis.

14:30 : C’est l’un des grands moments de la journée avec la publication des statistiques économiques américaines, marché qui donne le la des autres places. C’est l’occasion pour moi de prendre quelques positions en directionnel, c’est à dire lié au marché plus qu’à ma stratégie propre . Pendant toute l’après-midi, le trading continue au gré des opportunités et de l’appétit des contreparties avec lesquelles Régis est en contact quasi-continu au téléphone.

16:00 : Coup de téléphone d’un courtier d’une grande banque anglo-saxonne qui le sollicite pour une présentation sur les Crédits Default Swaps à Londres dans 3 semaines, instrument synthétique permettant d’acheter ou de vendre du risque sur la dette d’un émetteur. Mon métier ne se limite pas à vendre et acheter des papiers. Il peut consister à faire une bonne publicité de l’expertise de la banque à l’extérieur . Régis évalue avec son boss l’opportunité d’accepter.

17:30 : La clôture constitue le moment de vérifier les niveaux des positions prises. A la marge, notre trader peut faire encore un peu de trading pour préparer le lendemain.

Reste une petite heure pour prendre un peu de recul et générer des idées nouvelles. Je consacre près de trois quarts d’heure en fin de journée à lire de la recherche, y compris émanant d’autres banques, pour m’imprégner des idées qui circulent sur la place , commente Régis.

18:30 : Fin de la journée. Régis quitte la banque et vole chez lui pour libérer la baby-sitter. La finance, et plus encore le trading est un monde clos. Une sorte de bulle de laquelle on sort aussi facilement que l’on y entre. Pas question de parler boulot avec sa femme, mais plutôt du bon usage à faire de son salaire. Pour les vacances notamment.

commentaires (4)

Comments
  1. Merci pour toutes ces informations…
    Je n’ai rien trouvé d’ aussi précis et bien fait que cet article sur les trader !
    Cela fait 6 ans que je veux faire trader, j’ai donc une question :
    Est-ce que INSEAD est la meilleur ecole à faire ?

  2. Très intéressant.
    Merci beaucoup pour ces informations.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici