☰ Menu eFinancialCareers

Gestion de fonds : Paris et Londres augmentent les salaires

Le centre pour la recherche économique et commerciale (the Centre for Economics and Business Research (CEBR)), cabinet de recherche et de conseil, estime que 450 emplois de gérants ont été créés en 2004, hedge funds inclus. Selon le CEBR, la gestion de fonds a connu l’une des plus rapides croissances de la City. Plus de 10% des nouveaux postes créés concerne ce secteur.
Morgan McKinley, un des cabinets de recrutement spécialisé dans la gestion de fonds, a demandé à 250 recruteurs et employés de décrire l’évolution des salaires, en 2004, à Londres. La réponse : une augmentation de 10 à 20%.
Nous avons assisté à une croissance importante et régulière du nombre de postes et du niveau des salaires , explique Jeremy Canning, manager de la division gestion d’actifs chez Morgan McKinley. Les sociétés se préparent à verser des augmentations de salaires ainsi que des primes et des bonus garantis, afin d’attirer et retenir les meilleurs employés.
Selon Morgan McKinley, les gestionnaires de fonds et les analystes, pouvant justifier de quatre à huit ans d’expérience et travaillant à Londres, peuvent gagner entre 85 000 € et 143 000 € Avec une expérience similaire, les cadres en marketing et les managers en marketing relationnel peuvent espérer respectivement de 57 000 € à 107 000 € et de 68 000 € à 128 000 €.
Jeremy Canning explique que les bonus, concernant la gestion de fonds en Angleterre, fluctuent énormément. Ils devraient tout de même augmenter : Si vous avez perçu un bonus de 30% l’année dernière, vous devriez gagner 50% cette année. À propos des fonds, des résultats légèrement meilleurs ont été obtenus cette année, et nous avons tout intérêt à conserver une équipe de haut niveau.
C’est le même scénario en France. Selon Nicolas Manset, spécialiste de la gestion de fonds pour le cabinet de recherche Russell Reynolds, ce secteur a été extrêmement dynamique : La concurrence féroce a stimulé l’embauche et la demande en seniors est importante.
Le Fonds de Réserve : embauche des seniors relancée à Paris
Cette année, l’embauche en France a été particulièrement dynamisée par la mise en place, par le gouvernement, du Fonds de réserve pour les retraites – un fonds de 16,7 milliards d’euros – destiné à financer le déficit du système de retraite de l’Etat. Ce Fonds de réserve a fait saliver les gestionnaires de fonds français et étrangers. D’après Nicolas Manset, de nombreux seniors en marketing ont été embauchés afin d’accroître leurs chances de gagner des parts de marché. Il y a eu une demande accrue de personnel pouvant vendre les résultats obtenus par un fonds , explique-t-il.
Cette évolution ne s’est pas faite sans difficultés. La fusion entre le Crédit Lyonnais et le Crédit Agricole a mené de nombreux fonds de gestion à licencier en France. La fusion entre S&C Asset Management et Isis Asset Management a eu les mêmes conséquences au Royaume-Uni. Après la fermeture de son Global Opportunities Fund et la cessation de son activité de gestion de trésorerie, Cazenove Fund Management a également réduit d’un cinquième son personnel en septembre.
Emmanuel Arthur-Michels, consultant chez Russell Reynolds à Londres, affirme cependant que les gestionnaires de fonds sont moins enclins à faire des suppressions de postes que les banquiers, même en cas de restructuration. Ce n’est pas le type de secteur où l’on se débarrasse des gens comme ça ; ils bénéficient d’une nouvelle formation et sont regroupés. Au Royaume-Uni, de nombreux fonds ont été restructurés en 2004, explique Emmanuel Arthur-Michels. Au lieu d’être licenciés, les managers ont été réaffectés afin de répondre à une demande pour des fonds plus spécialisés, adaptés à une zone ou à un benchmark particulier.
CEBR : l’augmentation des embauches s’essouffle dans les services financiers
Tout en soulignant l’augmentation des embauches dans les fonds de gestion, le rapport CEBR prévoit une fin d’année médiocre, pour les embauches, dans l’ensemble des métiers de la finance.
Face à un niveau de marchés plus faible que prévu, à la baisse du prix des actions, à une activité de fusions et d’acquisitions trop modérée, le CEBR a dû revoir son estimation à la baisse. Il a ainsi annoncé un taux annuel d’augmentation des embauches à la City de 1.5% pour 2004 alors qu’il prévoyait en juillet un taux de croissance de 2.6% pour l’année.
Andrij Halushka, auteur du rapport, prévient que d’autres révisions seront à faire : Il ne s’agit pas d’une simple estimation : nous attendons le rapport annuel de l’activité pour présenter nos chiffres concernant l’emploi à la City en décembre. Selon certaines rumeurs, les chiffres seraient différents de ceux sur lesquels nous avons basé notre rapport.
Dans le même temps, le CEBR prévoit une augmentation des embauches : la City devrait compter 20.000 emplois supplémentaires d’ici 2008.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici