☰ Menu eFinancialCareers

Gestion privée : La Banque Transatlantique à contre-courant

Que ce soit par croissance interne ou externe, la Banque Transatlantique cherche à se renforcer sur le segment de la gestion privée. Elle a réalisé en décembre dernier, avec sa filiale spécialisée BLC Gestion, l’acquisition de la clientèle de particuliers d’ABN Amro Securities France. Une opération dont elle ne souhaite pas divulguer le prix de la transaction ni le poids de ses actifs. Par rapport à d’autres, elle a par ailleurs procédé à des recrutements de commerciaux au sein des équipes de la gestion privée et patrimoniale en 2003 et elle le fera encore cette année , note Bruno Julien-Laferrière, directeur général-adjoint de la Banque Transatlantique.

Un développement autonome par rapport à ses actionnaires

L’établissement est une filiale du groupe CIC, lui-même détenu par le Crédit Mutuel. Mais il semble cependant échapper à la vague de réorganisation du pôle gestion privée qui touche actuellement ses actionnaires.

Nous appartenons, en effet, au groupe CIC-Crédit Mutuel : c’est la raison pour laquelle nous travaillons de façon commune pour mutualiser nos systèmes d’information notamment. Mais la Banque Transatlantique se développe en gestion privée sur sa propre clientèle , tient à souligner Bruno Julien-Laferrière.

La banque des expatriés

La Banque Transatlantique est plus connue pour sa spécialisation historique sur la clientèle des expatriés. 40 % de notre clientèle a un lien avec l’étranger, ajoute Bruno Julien-Laferrière, sachant que la banque compte au total environ 50.000 clients. Cette niche d’expatriés et d’impatriés est constituée de cadres supérieurs, de fonctionnaires et de diplomates.

Elle a élaboré des services spécifiques, comme un contrat d’assurance vie dédié aux non-résidents ou encore une couverture santé associant la protection médicale, le rapatriement, les indemnités journalières et le capital décès. Elle s’est également dotée de bureaux à l’étranger, par exemple à Londres, Sydney, Singapour, Washington ou encore Jersey.

Nouvelle campagne

Mais l’établissement, qui regroupe aujourd’hui 260 collaborateurs, parmi lesquels figurent 60 conseillers privés et 4 ingénieurs patrimoniaux, vise aussi la clientèle plus traditionnelle des grandes fortunes sur laquelle elle veut se renforcer. Pour preuve, sa nouvelle campagne publicitaire axée sur la réussite d’une famille et de ses générations futures.

Elle leur propose ses solutions de family office pour un capital financier supérieur à 10 millions d’euros et ses services de gestion privée pour un patrimoine financier de l’ordre de 300.000 euros.
En cherchant une meilleure pénétration sur cette cible déjà très concurrencée, la Banque Transatlantique fait le chemin inverse des banques privées de la Place, qui, elles, s’attaquent à de nouvelles niches comme celle, justement, des expatriés.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici