☰ Menu eFinancialCareers

Calyon survivra-t-elle à la nouvelle menace Chifflet ?

Les professionnels de Calyon ont des raisons de se faire du souci. Contrairement à leurs confrères de SGCIB et BNP Paribas CIB, le ciel ne s’est pas franchement éclairci au troisième trimestre. La banque de financement et d’investissement (BFI) du Crédit agricole reste dans le rouge avec une perte nette de 99 millions d’euros si l’on prend en compte les activités en cours d’arrêt (couvertures de prêts et émissions structurées), selon le communiqué de la banque, publié mardi soir. En outre, le résultat net des activités pérennes est en baisse par rapport aux deux premiers trimestres de l’année 2009 à 359 millions d’euros.

Calyon n’a pas cessé de se serrer la ceinture depuis le début de la crise, en septembre 2008. Au menu, un plan de restructuration, qui s’est notamment traduit par l’abandon de ses activités dans les dérivés de crédit et une réduction de 500 postes en 2009. Aujourd’hui, dans son communiqué, le groupe indique que les charges d’exploitation [ndlr : largement constituées des frais de personnel] continuent à baisser significativement aussi bien sur le trimestre (- 0,9 % par rapport au deuxième trimestre) que sur les 9 mois (- 10,7 %) . La cure de régime ne semble donc pas achevée.

Jean-Paul Chifflet, un redoutable chasseur de coûts

Ce dont on parle surtout aujourd’hui, c’est la nomination de Jean-Paul Chifflet comme nouveau directeur général du groupe Crédit agricole SA à compter de mars 2010. Et là non plus, ce n’est pas d’un grand réconfort pour les équipes de Calyon. On décrit cet Ardéchois, pur produit des caisses régionales, comme un défenseur acharné de la banque de détail, aux antipodes de l’univers des traders et des salles de marché (Reuters).

Lors du dernier congrès des caisses régionales à Nice en octobre 2008, il a déclaré : Non, la course irrationnelle au profit immédiat ne fait pas partie de nos valeurs. Pour compléter le tableau, le remplaçant de Georges Pauget est craint pour son goût pour la chasse aux coûts. Les restructurations et les rationalisations de coûts initiées par Georges Pauget (…) seront poursuivies ou étendues , écrivaient les analystes de Bank of America Merrill Lynch lundi dans leur note de recherche.

Crédit agricole SA a dégagé un bénéfice net de 289 millions d’euros pour le troisième trimestre, en baisse de près de 21% par rapport au troisième trimestre 2008, mais supérieur aux attentes pour le troisième trimestre 2009. Les bonnes surprises viennent du fort rebond de l’asset management (gestion d’actifs, ndlr) et de la très bonne tenue de la banque de détail en France , commente Eric Vanpoucke, analyste bancaire chez Sal. Oppenheim, cité par Reuters.

commentaires (1)

Comments
  1. les interimaires vont encore trinquer !!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici