☰ Menu eFinancialCareers

C’est toujours la ruée pour un job chez Goldman Sachs, selon la banque

On se bouscule à la porte de Goldman...

On se bouscule à la porte de Goldman...

Goldman Sachs est de retour au sommet. La “firme” a dévoilé hier ses résultats du second trimestre. Les marges s’améliorent, les revenus progressent, les bénéfices explosent, et les rémunérations sont – nettement – à la hausse. Et les candidats affluent pour y décrocher un poste.

Les bénéfices de Goldman au deuxième trimestre ont doublé par rapport à la même période l’an passé. Dans le même temps, les revenus n’ont augmenté que de 30%. Goldman est en croissance, et devient beaucoup plus rentable au passage. Les salariés sont récompensés pour leurs efforts. Le total des dépenses de rémunération a augmenté de 30% en glissement annuel au deuxième trimestre.

À LIRE AUSSI :

Chaque année, 100.000 personnes envoient leur CV à Goldman Sachs

Sans emploi depuis plusieurs années ? Goldman Sachs veut toujours de vous

La rémunération moyenne par salarié a progressé de 11% sur les 6 premiers mois de l’année, à 254k $. À ce rythme, le banquier chez Goldman gagnera en moyenne au moins un demi-million de dollars cette année.

Harvey Schwartz, directeur financier de Goldman, a indiqué que la banque expérimentait soudainement un afflux de candidats. La banque a récemment déclaré que seul 2% des candidats pour un stage obtenait in fine le sésame. Parallèlement, Harvey Schwartz a expliqué que le personnel de Goldman était constamment dragué par les recruteurs. « Les collaborateurs de Goldman Sachs suscitent un fort intérêt et nos concurrents cherchent toujours à les débaucher », a-t-il précisé.

Goldman a réduit ses coûts de 1,2 milliard de dollars entre 2011 et mi-2012. Le CFO de Goldman a rappelé que la banque est maintenant « bien positionné » pour le futur. Les réductions d’effectifs sont cependant toujours à l’œuvre au sein de la banque, mais à la marge par rapport aux dernières années. Seulement 300 emplois ont été supprimés au cours des trois derniers mois, et seulement 600 emplois sur 12 mois.

Seul nuage à l’horizon ? Le cours de l’action de Goldman, qui a chuté sensiblement à la suite de l’annonce de leurs résultats. Les banquiers de Goldman ne devraient pas s’inquiéter outre mesure. Le titre a augmenté de 66% en un an. Une bonne nouvelle pour les bonus différés payés sous forme d’actions. En la matière, les banquiers de Citi sont encore mieux lotis avec une valeur en bourse de leur entreprise qui a doublé sur la même période.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici